Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi RS4 : Un monstre d’efficacité

Audi RS4 : Un monstre d’efficacité

Prenez une Audi A4 et confiez-la au professeur Quattro. En introduisant le gène RS dans son génome, la sage berline devient féroce. Nouvel opus de la gamme RS, inaugurée en 1994, la RS4 place la barre très haut. Le best seller d'Audi, l'A4, est à nouveau tombé dans la marmite...

...de potion magique ! Il y avait déjà eu des précédents, notamment avec l'ancêtre Audi 80 Avant devenue la RS2 (voir encadré), mais ici, pour cette troisième génération de RS4, les ingénieurs de Quattro GmbH ont rendu une copie quasi parfaite. La RS4 cuvée 2006 atteint un niveau de performances impressionnant. Toutefois, aussi sportive et exclusive soit-elle, la nouvelle RS4 est à l'aise partout. Un nouveau cas de l'étrange Docteur Jekyll et M. Hyde ! Une double personnalité mais, à l'inverse du roman de Robert Louis Stevenson, Audi n'a pas opposé le bien et le mal, mais associé le bien et l'exceptionnel ! Bien, car la RS4 peut se conduire comme une berline "classique". Exceptionnel, car elle est un monstre d'efficacité.
Avant même de presser le bouton de démarrage, une partie du CV de la RS4 vous revient en mémoire. Des souvenirs du Salon de Genève 2005 où elle était apparue : V8 420 ch, 8 250 tr/mn, Quattro... Le sourire est de plus en plus large en la découvrant et il se transforme carrément en banane dès les premiers tours de roues.

Premier moteur atmosphérique de la gamme RS

Rares sont les autos qui distillent un tel plaisir. Certes il en existe des plus puissantes, mais souvent plus pataudes, des plus agressives, mais sans réelle homogénéité, des plus mythiques, mais hors d'âge pour rivaliser. Audi semble, avoir trouvé le parfait équilibre. La RS4 est la parfaite synthèse de l'esprit Audi : "Vorsprung durch technik", avancer par la technologie. Laissant l'ostentation de

L'AUDI RS4 EN BREF

  • Date de lancement : Février
  • Segment de marché :
    Véhicules de plus de 340 ch : 3 013 immatriculations en 2005. 190 immatriculations en 2006 dont 80 Avant.
  • Les principales concurrentes :
    - BMW M3 343 ch : 59 800 € ;
    - Mercedes Classe C 55 AMG 367 ch : 72 250 € ;
    - Porsche 911 Carrera 4S 355 ch : 96 480 €
  • Prix en euros :
    76 000 /V8 420 ch
  • côté, bien que les évolutions du design font de la RS4 un cas à part, les ingénieurs de Quattro GmbH se sont davantage concentrés sur l'aspect technique dont le cœur incontestable est le V8 4,2 l. Même si Audi a troqué le FSi contre le TDi pour les 24 Heures du Mans, l'injection directe essence est en plein développement dans les gammes du constructeur (voir JA 940). Partis du bloc 4,2 l de l'Audi S4 (344 ch), les concepteurs de cette nouvelle mécanique ont usé de cette technologie, entre autres, pour franchir la barre des 100 ch/litre sans suralimentation. Ainsi, ce V8 4,2 l FSi développe 420 chevaux à 7 800 tr/mn. Là encore, pour atteindre de tels régimes, les motoristes ont amélioré les entrailles du V8. Les pistons et les bielles ont été modifiés et allégés, alors que les culasses ainsi que l'ensemble paliers/vilebrequin sont nouveaux. Le premier moteur atmosphérique de la gamme RS, mais aussi le premier moteur de type Haut Régime d'Audi, est capable d'atteindre 8 250 tr/mn. Cependant grâce aux 430 Nm de couple à 5 500 tr/mn, dont 390 sont disponibles entre 2 250 et 7 600 tr/mn, les relances s'effectuent sans torturer la boîte 6 Getrag. Pas besoin de tirer sur tous les rapports pour obtenir de la puissance et de l'agrément. Le tout avec un son bien présent. Alors sans aller jusqu'au "son unique" de la campagne de publicité, d'ailleurs exclusive à la France, reconaissons qu'il ne manque pas de charme. Placé longitudinalement sous le capot, ce V8 passe ses 420 chevaux aux quatre roues. Une transmission Quattro, asymétrique et plus dynamique, qui fait toujours appel à un Torsen, mais ce différentiel central autobloquant est capable de transférer jusqu'à 100 % de la puissance sur un essieu. Dans des conditions normales, la répartition est de 60 % à l'arrière et 40 % à l'avant. Si le Quattro est un incontestable élément de sécurité, l'électronique veille aussi par l'intermédiaire d'un ESP 8.0 de Bosch, qui intervient toutefois assez tard et de manière brève. Mais que les puristes se rassurent, ces aides sont totalement déconnectables.

    A se demander si cette RS4 a un vrai point faible ?

    Si la vitesse de pointe, auto limitée à 250 km/h, n'a rien d'exceptionnel, il en est tout autre avec les vitesses de passages en courbe. Pour offrir un tel comportement, si le châssis de l'A4 et le principe des suspensions à bras multiples ont servi de base, l'aluminium s'est généralisé, les voix ont été élargies (+ 37 mm à l'avant et + 47 mm à l'arrière) et la hauteur de caisse a diminué de 30 mm. Cette dernière peut encore perdre 10 mm avec l'option châssis super-sport qui entraîne également un tarage encore plus ferme des suspensions. Pour parfaire ce nouvel ensemble, les ingénieurs ont ajouté à la RS4 le DRC, le Dynamic Ride Control. Inauguré sur la RS6, ce système d'amortissement, sans électronique, donc sans possibilité de bug, vient contrer le roulis et le tangage de la caisse. Grâce à un flux hydraulique, qui circule entre les amortisseurs opposés en diagonale, le DRC élimine de façons significatives les plongées au freinage, les cabrages à l'accélération et le roulis excessif. A l'image de tout ce que l'on a vu jusqu'à présent, le freinage a également fait l'objet d'un soin particulier. A l'avant, sur des disques flottants de 365 mm, ventilés et perforés, 4 plaquettes sont pincées par les 8 pistons d'un étrier issu de la compétition. A l'arrière, les diamètres des disques redescendent à 324 mm. Ce nouvel étalon pour la catégorie des berlines "pour papas très pressés" est à l'aise sur circuit, infatigable sur la route et même confortable. A se demander si cette RS4 a un vrai point faible ?

    Christophe Jaussaud

    ZOOM...

    La saga RS

    Si la gamme S trouve ses racines dans les années 80, à l'époque de la Quattro S1 qui évoluait en Championnat du Monde des Rallyes, la gamme RS est plus récente.

    En effet, la première du genre, la RS2, n'est apparue qu'en 1994. Vendue à 2 881 exemplaires, dont une petite centaine en France, en une seule année, la RS2 aura marqué son temps. Construite sur la base d'une Audi 80 Avant de l'époque, elle cachait un 5 cylindres turbo développant 315 chevaux. Discrète mais facilement reconnaissable avec ses jantes et ses étriers Porsche (qui avait alors participé au développement), la RS2 fait aujourd'hui partie de l'histoire Audi et du patrimoine de chanceux collectionneurs. Il faudra patienter jusqu'en 1999 pour voir réapparaître le sigle RS sur une Audi.

    En effet, cette année-là la marque d'Ingolstadt présente la RS4. Comme la RS2, il s'agit d'une carrosserie Avant. Côté mécanique, le choix est porté sur un V6 2,7 l aidé de deux turbos pour atteindre 380 chevaux. 6 030 exemplaires seront vendus à travers le monde, dont 275 en France. Véhicules aux performances exceptionnelles, les RS sont aussi de formidables vecteurs d'image.

    Audi poursuit donc en 2002 avec la RS6 qui sera la première des RS à être disponible en berline et Avant. Avec elle, on monte encore d'un cran avec, sous le capot, un V8 bi turbo de 450 ch. Il y aura même une RS6 Plus avec 480 chevaux. 8 000 clients ont été séduits. Aujourd'hui, Quattro GmbH, filiale du constructeur en charge de l'étude et de la fabrication de cette race à part d'Audi, a offert à la nouvelle RS4 un V8 4,2 FSi de 420 chevaux, capable d'atteindre 8 250 tr/mn. C'est également la première fois qu'une RS dispose d'un moteur atmosphérique.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page