Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Saab 9-5 : tradition respectée

Saab 9-5 : tradition respectée

Avec une nouvelle motorisation et quelques retouches esthétiques, Saab veut relancer sa grande berline. Une occasion de faire le point, avec Jan-Ake Jonsson, vice-président ventes et marketing, sur la stratégie de la marque suédoise. Aux côtés d'une 9-5 Aero légèrement revisitée extérieurement...

...pour affirmer un peu plus sa personnalité, le constructeur suédois lance également une nouvelle motorisation. Il s'agit du bloc 2,3 l, développant cette fois-ci une puissance de 220 ch. A mi-chemin entre les versions 185 ch et 250 ch, cette nouvelle mécanique remplace dans la gamme le 3,0 l V6 de 200 ch. Pour Philippe Van Der Meulen, le directeur général de la marque en France, qui évoque le fleuron de cette gamme 9-5, "sur un segment diésélisé à près de 83 %, nous sommes conscients que la 9-5 Aero ne jouera pas un rôle majeur, avec environ 200 unités sur l'année, mais elle perpétue la tradition Saab avec des mécaniques turbo essence". Une confirmation avec le mix de ventes de la 9-5 prévu pour 2003, avec 312 unités essence contre 629 Diesel. Il en va de même avec la 9-3 Tid qui représente 1 665 des 2 659 unités que devrait totaliser le modèle.
Mais cette présentation était aussi l'occasion pour Jan-Ake Jonsson, vice-président ventes et marketing de la marque en Europe, Asie et Pacifique, de rappeler la direction empruntée par Saab. "Après la 9-3 Sport Sedan, la 9-3 Cabriolet, pour laquelle nous avons déjà enregistré 3 000 commandes, puis bientôt avec le concept-car 9-3 Sport Hatch, que vous avez pu découvrir à Francfort et qui est très proche de la voiture que nous allons commercialiser, nous développons des produits ambitieux." A cette liste, Jan-Ake Jonsson a également ajouté la petite Saab 9-2, réalisée en collaboration avec Subaru également membre de la famille GM, qui devrait permettre à la marque d'élargir sa cible clientèle, notamment chez les jeunes. Mais l'actualité produit du constructeur suédois est encore riche car, dès septembre 2004, il va lancer aux Etats-Unis un grand SUV, basé sur une plate-forme GM, avec lequel il espère faire croître son total de ventes américaines. Saab a donc les idées claires : "Nous ne voulons pas suivre la tendance, nous voulons un design distinctif et distingué, des voitures sportives, agréables à conduire. Ce sont les clés de la réussite ", indique Jan-Ake Jonsson. Cette indépendance stylistique, Saab veut aussi l'entretenir grâce à ses liens avec GM. "Nous devons réellement tirer profit de ce que GM peut nous offrir, notamment en réalisant des économies d'échelle importantes", souligne-t-il. Des progrès qui passent inévitablement par l'outil industriel. Le constructeur en est conscient puisqu'il a investi 500 millions d'euros dans son usine de Trollhättan.

Christophe Jaussaud

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page