Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Norauto s'affirme dans le B-to-B

Norauto s'affirme dans le B-to-B

L'enseigne de centre-auto du groupe Mobivia a nommé un directeur des activités B-to-B, lancé une offre complète dédiée aux professionnels et créé la marque Norauto Pro.

 

Les flottes d'entreprises représentent pour le moins un relais de croissance pour Norauto en France. Si l'enseigne de centre-auto a toujours travaillé pour cette catégorie de clientèle, elle vient pour le moins de faire savoir qu'elle comptait encore s'y développer. En l'espace de quelques semaines, elle a en effet nommé un directeur des activités B-to-B, lancé une offre susceptible de répondre aux attentes des grands comptes ainsi que des artisans/commerçants et des PME/PMI, et enfin annoncé la création de la marque Norauto Pro. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'offre B-to-B devrait ravir les plus de 6000 clients professionnels que compte déjà l'enseigne de centre-auto en France (ils exploitent chacun de deux à plusieurs milliers de véhicules).

 

Elle comprend en fait trois grandes offres, la première ciblant les artisans/commerçants, la seconde les PME/PMI et la troisième les grands comptes. "Elles ont toutes un tronc commun, souligne Louis de Lamaëstre, directeur des activités B-to-B et partenariats de Norauto. Tous les professionnels ont accès au portail de pilotage et de reporting www.norautopro.com, bénéficient d'un accueil spécifique dans nos centres et ont accès dans ces mêmes centres à des véhicules de courtoisie, ces derniers incluant pour l'essentiel des BMW i3 et des Renault Zoé." A partir de 50€ d'achat, tous les conducteurs de clients professionnels bénéficient en outre d'une remise de 10% dans les centres Norauto.

 

"Les différences se font sur les niveaux de remises accordées au niveau de l'entretien, des pneumatiques, du vitrage et des produits annexes", poursuit Louis de Lamaëstre. Elles sont bien sûr différentes selon que les professionnels sont à classer dans la catégorie des artisans/commerçants, des PME/PMI ou des grands comptes, un taux de remise minimum étant accordé à tous ces clients sans exception à partir de deux véhicules et hors pneumatiques. Et avec ces offres, les professionnels bénéficient d'un règlement différé de 30 à 45 jours ainsi que d'une facturation centralisée et mensualisée.

 

Rien d'étonnant, donc, si au moins 350 des plus de 370 centres que compte aujourd'hui l'enseigne Norauto en France ont déjà adopté l'offre Norauto Pro, les 100% devant bien sûr être atteints avant la fin 2017. "Et bien évidemment, notre offre à destination des professionnels ne va cesser de s'étoffer", conclut le directeur des activités B-to-B et partenariats de Norauto.

 

160

Nombre de BMW i3 exploités aujourd'hui comme véhicules de courtoisie chez Norauto.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Dieselgate : Fiat rejoint Volkswagen et Renault...

Le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire à l'encontre du groupe FCA pour "tromperie aggravée visant les dispositifs de contrôle aux émissions polluantes de [ses] véhicules Diesel".

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page