Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

Renault Mégane : Une cure au turbodiesel

Lancée le 20 janvier dernier, la nouvelle Mégane, se veut davantage en adéquation avec les attentes du client, nous dit-on. Le visage de cette dernière ne subit pourtant pas de grand bouleversement. C'est ainsi le nouveau bloc moteur 2,0 dCi 150 chevaux qui donne un vrai coup de jeune à la...

...Mégane.

Depuis le lancement de la Mégane 2e génération en septembre 2002, Renault en a écoulé 2,4 millions d'unités dans le monde, toutes carrosseries confondues. A l'aube de sa 4e année d'exploitation, l'heure était donc venue pour la marque au losange d'offrir un léger rafraîchissement à son modèle. Revue et corrigée, la nouvelle Mégane n'en offre pas pour autant un visage remodelé. Un regard certes plus charmeur, avec le nouveau dessin de la calandre en V, plongeant surmontée d'une paire d'optique redonnant un soupçon de dynamisme à la face avant. Un bouclier redessiné, davantage emprunt de bonhomie, laissant même transparaître les émanations gutturales du nouveau bloc moteur. Bref, de l'antirides par-ci, des injections de l'autre. Une cure de jouvence bien maigrelette si le constructeur français n'avait pas donné un nouveau cœur à sa machine. Car à défaut d'un supplément d'âme, Mégane se fait désormais plus athlétique. En accueillant le moteur 2,0 dCi 150 ch, la Mégane trouve ici son second souffle. Et si le renouvellement du modèle n'entraîne pas de lifting majeur au niveau de la grille des tarifs, la jeunesse, elle, a bien un prix : 25 500 euros. Le moteur 2,0 dCi 150 chevaux n'est malheureusement disponible que sur les versions "Luxe" des différentes carrosseries.

Une direction améliorée

Pour l'heure, seules les versions Berline, Estate, Classic (berline 4 portes), Coupé et Coupé-

LA MEGANE EN BREF

  • Date de lancement : Disponible
  • Segment de marché : M1 (403 500 unités en 2005, 19,5 % du MTM)
  • Ses concurrentes : Peugeot 307 2,0 Hdi 16 V 136 ch FAP (23 300 à 23 700 euros), Citroën C4 Hdi 138 ch FAP (22 500 à 27 600 euros), Volkswagen Golf 2,0 16 S Tdi 140 ch (23 500 à 28 600 euros).
  • Objectif de ventes 2006 : 70 000 en France
  • Prix en euros : 25 500 à 26 650/2.0 dCi 150 ch
  • cabriolet ont eu droit à la discrète retouche esthétique. Scénic et Grand Scénic patienteront encore un peu pour leur intervention chirurgicale. Mais, d'ores et déjà, les autres carrosseries sont disponibles dans leurs nouveaux habits. Outre la refonte de quelques éléments extérieurs, Mégane s'affuble en effet aujourd'hui de selleries et d'ambiances intérieures inédites. Mais là encore, pas de révolution à bord. L'insertion d'un cerclage chromé sur le volant et la présence de la 2e génération du système de navigation Carminat accompagnent ainsi la timide mue du modèle. Et si Renault annonce quatre nouvelles jantes et quatre nouvelles teintes, la véritable évolution du modèle ne tient décidément pas dans le saupoudrage esthétique réalisé, mais bien dans l'apport de nouveaux agréments techniques. A commencer par la refonte de la direction assistée. Cette dernière attirait sur elle une grande partie des retours négatifs sur les qualités de son aïeule. La marque au losange rectifie donc le tir et opte ici pour un système "Tube in Tube" qui améliore la remontée des informations et augmente ainsi la maîtrise du conducteur ainsi que son plaisir de conduite.

    Nouvelle boîte de vitesses

    Autre évolution cachée : la PK4. Une nouvelle boîte de vitesses montée uniquement sur la dernière motorisation turbodiesel du constructeur. Basée sur la transmission manuelle trois arbres à six rapports (PK6), habituellement usitée pour les motorisations à fort couple, celle-ci vient ainsi compléter les performances du bloc moteur lui-même. Un mariage réussi si l'on en juge par les prestations de ce 2.0 dCi 150 ch sur la route. Un dynamisme et un répondant qui s'approchent, d'une façon assez surprenante, de ceux d'une motorisation essence. Et tout cela dans un confort acoustique des plus appréciables. 500 millions d'euros auront ainsi été nécessaires pour le développement de ce premier moteur de l'Alliance Renault Nissan, qui ne devrait d'ailleurs pas tarder à faire réagir la concurrence. Le constructeur français reste en tous les cas prudent en ce qui concerne ses objectifs de ventes. Renault prévoit en effet 70 000 immatriculations pour la première année de commercialisation en France. Soit une baisse de 6,5 % par rapport au volume écoulé en 2005. Rappelons que l'an dernier, le constructeur avait immatriculé 74 885 unités, déjà en baisse de 24 % par rapport à l'année précédente.

     David Paques

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Prime à la conversion : les caisses sont vides !

    Victime de son succès, le dispositif de la prime à la conversion semble bloqué. Alors que 100 000 primes avaient été budgétées par Bercy, plus de 250 000 demandes devraient être enregistrées

    PGA entre dans le groupe Bernard !

    Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

    Paris et Renault officialisent leur union

    Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

    Rendez-vous en 2018

    Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

    Peugeot sur la piste des Genius

    Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

    Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

    Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page