Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW X3 : Nouveau départ

BMW X3 : Nouveau départ

Avec l'arrivée d'un 4 cylindres turbodiesel de 150 ch, le X3 démarre quasiment une nouvelle carrière commerciale. Le 2.0d devrait représenter 70 % des 5 900 X3 que BMW France compte immatriculer en 2005. Cela fait près d'un an que le X3 est commercialisé, mais l'arrivée...

...sous le capot du 2 litres turbodiesel de 150 ch va réellement permettre au petit SUV bavarois de jouer pleinement son rôle dans la gamme. Jusqu'ici, il était seulement disponible avec des six cylindres Diesel et essence, certes plus performants, mais le plaçant dans des tranches de prix finalement pas si éloignées de son grand frère, le X5. Ce positionnement ne semble toutefois pas avoir été néfaste aux modèles. Avec 4 082 ventes sur les dix premiers mois de l'année 2004, le X5 progresse de 39 %. Quant au X3, il semble en ligne avec les objectifs annoncés par BMW France lors de son lancement en janvier. En effet, Didier Maitret ambitionnait à l'époque d'immatriculer entre 3 500 et 3 700 unités de ce nouveau SUV et, pour l'heure, à fin octobre, 3 195 ont trouvé preneur dans l'Hexagone. L'arrivée du 2 litres Diesel renforce la demande et BMW France annonce enregistrer 200 commandes par semaine sur ce modèle, promettant ainsi un volume de livraison fin décembre proche de l'objectif initial.

6 500 euros de moins qu'un 6 cylindres Diesel à finition équivalente

Mais l'effet de cette motorisation va être encore bien plus important en 2005. La filiale française prévoit d'immatriculer 5 900 X3, dont 70 % équipés du 2 litres Diesel de 150 ch. Une mécanique que l'on retrouve sur l'actuelle Série 3 et qui soulève une question : pourquoi ne pas avoir monté la version 2 litres de 163 ch que l'on retrouve sur la Série 1 ? Le constructeur bavarois met en avant les normes antipollution pour expliquer ce choix. D'ailleurs, ces dernières expliquent également l'absence d'une boîte automatique sur cette version. Seule une boîte mécanique, franchement pas à son avantage, sera associée aux 150 ch du 2 litres. Si ce dernier n'est pas prompt dès les plus bas régimes qui ne favorisent pas les évolutions à basse vitesse, il se montre plus convaincant au-delà. Cependant, cette puissance haut perchée est, comme souvent, synonyme d'un moteur un peu plus présent dans l'habitacle. Un habitacle qui reste identique, tout comme le comportement routier. Sur ce dernier point, le X3 fait oublier son gabarit de SUV tant il est efficace sur route. Le conducteur appréciera cette fermeté de suspensions, peut-être moins les passagers ! Mais l'incontestable atout de ce nouveau X3 est d'être affiché à un prix compétitif pour une BMW. En effet, à 35 300 euros, dans sa finition Première, le X3 2.0d est 6 500 euros moins cher que l'entrée de gamme Diesel qui existait jusqu'alors, le X3 3.0d Première, à 41 800 euros. Ainsi armée, la famille X voit plus grand. En effet, dès 2005, BMW France compte franchir la barre des 10 000 unités avec le X3 et le X5 qui devraient respectivement représenter 5 900 et 5 000 unités.

Christophe Jaussaud

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Carlos Tavares dévoile la nouvelle stratégie d'électrification pour Stellantis

Le directeur général de Stellantis, Carlos Tavares, a dévoilé une partie de la stratégie d'électrification du groupe. En 2025, 38 % des ventes seront électrifiées grâce à 4 nouvelles plateformes

Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page