Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW X3 : Nouveau départ

BMW X3 : Nouveau départ

Avec l'arrivée d'un 4 cylindres turbodiesel de 150 ch, le X3 démarre quasiment une nouvelle carrière commerciale. Le 2.0d devrait représenter 70 % des 5 900 X3 que BMW France compte immatriculer en 2005. Cela fait près d'un an que le X3 est commercialisé, mais l'arrivée...

...sous le capot du 2 litres turbodiesel de 150 ch va réellement permettre au petit SUV bavarois de jouer pleinement son rôle dans la gamme. Jusqu'ici, il était seulement disponible avec des six cylindres Diesel et essence, certes plus performants, mais le plaçant dans des tranches de prix finalement pas si éloignées de son grand frère, le X5. Ce positionnement ne semble toutefois pas avoir été néfaste aux modèles. Avec 4 082 ventes sur les dix premiers mois de l'année 2004, le X5 progresse de 39 %. Quant au X3, il semble en ligne avec les objectifs annoncés par BMW France lors de son lancement en janvier. En effet, Didier Maitret ambitionnait à l'époque d'immatriculer entre 3 500 et 3 700 unités de ce nouveau SUV et, pour l'heure, à fin octobre, 3 195 ont trouvé preneur dans l'Hexagone. L'arrivée du 2 litres Diesel renforce la demande et BMW France annonce enregistrer 200 commandes par semaine sur ce modèle, promettant ainsi un volume de livraison fin décembre proche de l'objectif initial.

6 500 euros de moins qu'un 6 cylindres Diesel à finition équivalente

Mais l'effet de cette motorisation va être encore bien plus important en 2005. La filiale française prévoit d'immatriculer 5 900 X3, dont 70 % équipés du 2 litres Diesel de 150 ch. Une mécanique que l'on retrouve sur l'actuelle Série 3 et qui soulève une question : pourquoi ne pas avoir monté la version 2 litres de 163 ch que l'on retrouve sur la Série 1 ? Le constructeur bavarois met en avant les normes antipollution pour expliquer ce choix. D'ailleurs, ces dernières expliquent également l'absence d'une boîte automatique sur cette version. Seule une boîte mécanique, franchement pas à son avantage, sera associée aux 150 ch du 2 litres. Si ce dernier n'est pas prompt dès les plus bas régimes qui ne favorisent pas les évolutions à basse vitesse, il se montre plus convaincant au-delà. Cependant, cette puissance haut perchée est, comme souvent, synonyme d'un moteur un peu plus présent dans l'habitacle. Un habitacle qui reste identique, tout comme le comportement routier. Sur ce dernier point, le X3 fait oublier son gabarit de SUV tant il est efficace sur route. Le conducteur appréciera cette fermeté de suspensions, peut-être moins les passagers ! Mais l'incontestable atout de ce nouveau X3 est d'être affiché à un prix compétitif pour une BMW. En effet, à 35 300 euros, dans sa finition Première, le X3 2.0d est 6 500 euros moins cher que l'entrée de gamme Diesel qui existait jusqu'alors, le X3 3.0d Première, à 41 800 euros. Ainsi armée, la famille X voit plus grand. En effet, dès 2005, BMW France compte franchir la barre des 10 000 unités avec le X3 et le X5 qui devraient respectivement représenter 5 900 et 5 000 unités.

Christophe Jaussaud

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Automobile : la distribution sous tension

Si les carnets de commandes sont pleins, les livraisons peinent à arriver et certaines ne pourront avoir lieu avant la fin de l'année. Ce sont pourtant les mises à la route qui permettront, ou non,

LS Group en bonne voie pour entrer dans le réseau Volvo

L'opérateur a notifié auprès de l'Autorité de la concurrence son intention de reprendre le groupe Defrance Automobiles, marquant son entrée dans le réseau Volvo.

Hervé Miralles :

Le groupe Emil Frey France a ouvert le plus grand centre de reconditionnement de véhicules d'occasion en France à Ingrandes (86). A terme, plus de 30 000 véhicules seront rénovés dans cette usine

Automobile : ce que le gouvernement pourrait retenir de la Convention Citoyenne pour le Climat

Publicité sur les produits émetteurs de CO2, indemnités kilométriques, bonus sur les électriques neufs et d'occasion, création d’un malus basé sur la masse… Quels sont les points de la Convention

Le groupe Hess vise cinq sites Renault Retail Group

L’opérateur du Grand Est devrait finaliser, d’ici la fin de l’année 2020, l’acquisition de cinq sites appartenant à Renault Retail Group. Cette opération lui permettrait de faire son entrée

En 2022, les émissions de NOx devront être identiques en laboratoire et sur route

Les députés européens viennent de voter pour une correspondance parfaite des émissions de NOx en laboratoire et en conduite réelle dès le mois de septembre 2022.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page