Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi Q7 : Mieux vaut tard que jamais

Audi Q7 : Mieux vaut tard que jamais

Le concept Pikes Peak de 2003 est devenu une réalité. Audi se lance enfin sur le segment très porteur des SUV de luxe. Très abouti, le Q7 risque de venir bouleverser l'ordre établi. Q7. Q pour Quattro, 7 pour son positionnement dans la gamme. En effet, le premier SUV d'Audi...

...vient s'intercaler entre les A6 et A8. Enfin serait-on tenté de dire ! Pour un constructeur qui met en avant le Quattro depuis 25 ans et qui a même bâti son image et sa réputation sur ce nom et cette technologie, l'arrivée du Q7 est totalement légitime. Mais n'est-ce pas trop tard pour la marque aux anneaux ? Trois années se sont écoulées entre la présentation du concept Pikes Peak, à Detroit, et la commercialisation du Q7. Entre temps, le pionnier ML a été renouvelé de belle manière, le BMW X5, malgré le poids des années est resté une référence. Et que dire du Porsche et du Volkswagen Touareg, ses cousins. Si le cas du SUV Porsche reste à part, pourquoi donc le Touareg a grillé la politesse au Q7. Il aurait été plus logique et plus légitime qu'Audi ouvre la voie pour le groupe. Mais a contrario, le fait de lancer le Volkswagen en premier lui a sans doute permis de réellement s'établir, de se bâtir une véritable légitimité afin de ne pas être considéré comme une simple copie d'Audi. Bref, les deux théories se valent, mais revenons au Q7. Produit comme le Porsche et le Volkswagen dans l'usine de Bratislava, le Q7 est toutefois assemblé sur une ligne spécifique à Audi (voir encadré). Le constructeur insiste particulièrement sur ce point : "Le Q7 n'est pas une nouvelle variante de ses cousins germains, mais bien une Audi à part entière. D'ailleurs, il ne partage avec eux que 15 % de pièces communes."

Déjà 1 400 commandes en France

Si le segment des SUV ne cesse de gagner du terrain en Europe, son sous-segment Premium, lui, affiche un taux de croissance insolent. En France, les immatriculations des BMW X5, Mercedes ML, Porsche Cayenne et consort ont été multipliées par deux depuis 2001 pour atteindre en 2005 plus de 28 000 unités, si l'on tient compte du X3. Même constat en Allemagne où sur la même période les immatriculations ont augmenté de 300 % ! Une situation commune à beaucoup de pays, voire même à tous les pays. L'Europe et les Etats-Unis seront les terrains de jeux privilégiés du Q7. Quant à la France, la filiale Audi vise dès cette année 3 500 ventes et 4 000 pour 2007. Cet objectif représente 16 % d'un segment qui selon Audi France sera mature avec 25 000 ventes en 2007. Les ambitions d'Audi sont donc claires : le podium de la catégorie. D'autant que la "fenêtre de tir" semble favorable. En effet, le X5, leader, sera remplacé en 2007, les cousins verront leurs premières rides se creuser, seul les ML et GL seront en pleine ascension. Autant dire que cela commence bien pour le Q7, puisque Audi France a déjà enregistré plus de 1 400 commandes, dont 60 % en finition Avus, la plus élevée.

Bientôt une version 6 places

Avec plus de 5 m de long, 2 m de large et près de 1,74 m de hauteur, le Q7 ne fait pas dans la discrétion, mais pourtant, il apparaît moins encombrant, moins massif que ses cousins, même si en réalité il n'en est rien. En effet, le Q7 est plus long qu'un Touareg de 25 cm ! Des centimètres au service d'une habitabilité supplémentaire grâce notamment à un empattement plus long de 15 cm et un porte-à-faux arrière également plus long permettant l'implantation d'une troisième rangée de sièges. Ainsi, le Q7 est disponible en version 5 et 7 places. Une configuration 6 places sera disponible en fin d'année. Le Q7 jouera clairement la carte du SUV limousine capable d'aller chasser également sur les terres de la Mercedes Classe R. Côté tarifs, il faudra compter, pour un Q7 6 places, 1 470 e de plus que la version 7 places.
Sous le capot, V6 TDi et V8 FSi s'affairent pour mettre en mouvement les 2,2 tonnes de la bête. Le bloc essence, avec ses 350 chevaux, n'éprouve pas de grandes difficultés. Cette mécanique, dérivé du fabuleux 4,2 litres de la RS4, développe ici 350 chevaux avec un couple de 440 Nm disponible à

ZOOM

Le Q7 vient de l'Est

Comme le Touareg et le Cayenne, le Q7 est assemblé en Slovaquie, à Bratislava. Cependant, Jochem Heizmann, membre du directoire en charge de la production, insiste sur le fait que malgré la production dans une usine Volkswagen, une première pour Audi, le Q7 répond à l'ensemble des standards Audi en termes de qualité notamment. Environ 3 000 personnes travaillent sur cette ligne spécifique au Q7 et le constructeur affirme que la production annuelle peut atteindre entre 50 000 et 70 000 unités avec trois équipes. Les mécaniques, elles, arrivent de l'usine hongroise d'Audi. Quant à l'investissement dans l'usine slovaque, peu d'indication, si ce n'est qu'il se chiffre en centaines de millions d'euros.

3 500 tr/mn. Un couple retravaillé par rapport à la RS4 puisque dans sa configuration Q7, ce V8 gagne 10 Nm. Mais plutôt que de longs discours, deux chiffres : 7,4 secondes pour passer la barre des 100 km/h et 248 km/h en pointe. Rançon de cette vivacité, vous allez vite compléter votre DVD thèque avec les points carburant ! En effet, pas moins de 10 litres aux 100 km et cela peut même dépasser les 20 litres en ville. Le 3.0 V6 TDi se montre naturellement moins glouton. Une fois encore il s'agit d'une évolution du bloc des A4 ou A6 mais cette fois avec un couple revu et supérieur de 50 Nm. Il atteint désormais 500 Nm pour une puissance équivalente de 233 chevaux. Toutefois, un TDi plus vaillant, tel le V8 de la marque avec ses 326 chevaux, donnerait au Q7 une autre envergure. Patience.

Petite guerre commerciale entre cousins

Parti sur les routes d'Ecosse pour un galop d'essai, le Q7 n'a pas déçu. Même un temps typiquement écossais n'a pas réussi à freiner sa progression Offroad. Grâce à la nouvelle transmission Quattro, reprise de la S8 et de la RS4 (JA N°947) associée à une suspension pneumatique adaptative (en série sur Avus) et un ESP comportant un mode Offroad, le Q7 possède suffisamment de capacités pour se sortir d'un mauvais pas. Grâce à cette suspension, programmable depuis le MMI, vous avez le choix entre 5 modes, dont le Offroad qui augmente la garde au sol de 25 mm et le mode Lift qui porte la garde au sol à 240 mm pour le passage d'obstacles. Et tout cela se fait dans une ambiance particulièrement soignée. En effet, à l'intérieur, le Q7 ne détone pas de la gamme Audi que l'on raisonne en termes de finition ou d'équipements. Toutefois, nombreux seront les clients à parfaire leur Q7 grâce à une liste d'options typiquement germanique. La détailler serait bien évidemment trop long et rébarbatif, mais notons le régulateur de vitesse intelligent, fonctionnant de 0 à 200 km/h, ou l'Audi Side Assist. Ce dernier système, grâce à deux radars placés à l'arrière, détecte les mouvements dans les angles morts du véhicule et vous prévient d'un danger via une lumière jaune permanente ou clignotante sur vos rétroviseurs extérieurs.
Si l'on peut effectivement dire qu'Audi a pris son temps avant de proposer son premier SUV, force est de reconnaître que son entrée sur le segment est des plus réussie. A qui le Q7 fera le plus d'ombre ? Même si BMW reste le benchmark prioritaire d'Audi et donc sa cible "préférée", Volvo avec le XC90 qui propose également une configuration 7 places peut se faire du souci comme le Cayenne ou le Touareg. Même si l'absence d'une mécanique Diesel n'a pas été un trop gros handicap jusqu'ici pour le Cayenne, l'arrivée du Q7 et surtout de l'image bien plus flatteuse d'Audi, pourrait en Europe faire du mal au SUV de Stuttgart. Les Mercedes ML et GL auront eux aussi à subir les assauts du Q7.

Christophe Jaussaud

LA Q7 EN BREF

  • Date de lancement : Disponible depuis le 16 mars
  • Segment de marché : SUV de luxe. 2 800 unités en France en 2005.
  • Objectif de ventes : 3 500 unités en 2006 ; 4 000 en 2007
  • Les principales concurrentes : BMW X5 3.0d Pack Luxe 218 ch : 55 700 €, Porsche Cayenne S Tiptronic V8 340 ch : 68 749 €, Mercedes ML 320 CDi 224 ch : 52 200 €, Volkswagen Touareg 3.0 V6 TDi Tiptronic 225 ch : 52 250 €
  • Les prix * : 51 900 € V6 3.0 TDi 233 ch 5p Ambiente; 56 350 € V6 3.0 TDi 233 ch 5p Ambition Luxe; 69 950 € V8 4.2 FSi 350 ch 5p Ambition Luxe ; 79 300 € V8 4.2 FSi 350 ch 5p Avus.

    * 5 places. Pour les versions 7 places : + 900 à 1 150 € selon les finitions. Version 6 places disponibles en fin d'année : 7 places + 1 470 €.

  • Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page