Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La BLS : Cadillac ou Saabillac ?

La BLS : Cadillac ou Saabillac ?

Spécialement conçue pour l'Europe, la BLS doit ouvrir Cadillac à une nouvelle clientèle sur le segment des berlines moyennes de luxe. Fabriquée chez Saab sur la même plate-forme que la 9-3 et l'Opel Vectra, la BLS gagne en rigueur ce qu'elle perd en personnalité. Qu'est-ce...
...qu'une Cadillac aujourd'hui ? De la réponse à cette question dépend peut-être une partie du succès commercial de la BLS. Pour Jim Vurpillat, directeur marketing et développement de la firme, "le point fort de Cadillac reste le design. Il doit se démarquer de la concurrence. Nous devons ensuite positionner la marque par une publicité adéquate et un réseau qui traduit l'image luxueuse de nos voitures". Ce discours est confirmé par Jim Taylor, directeur général du constructeur américain, pour lequel la BLS "s'adresse aux amateurs de luxe, avec une attention particulière pour les exigences des marchés européens et des autres marchés internationaux. (...) Le style distinctif

FOCUS

Un accord avec LeasePlan

Le 28 février dernier, Cadillac et la société de location longue durée LeasePlan ont signé un accord de partenariat. La marque américaine va utiliser le fichier clientèle du loueur pour présenter sa berline au cours de journées spéciales organisées dans plusieurs villes d'Europe jusqu'au mois de mai. En France, trois étapes sont prévues à Paris, Lyon et Lille.

plaira aux clients qui osent affirmer leur différence
". Il est vrai que les lignes arborées par les dernières créations de la marque ne laissent pas indifférent. Sur la BLS cependant, le design, baptisé un peu pompeusement "Art & Science" par le constructeur, ne s'exprime pas aussi bien que sur le reste de la gamme. La parenté reste évidente mais la singularité du dessin perd de sa force. Dans l'habitacle, l'ambiance évoque davantage l'austérité germanique que l'exubérance américaine. Au centre du volant, le blason Cadillac s'avère indispensable pour identifier la marque du véhicule. Si rien ne paraît vraiment critiquable, tout a un air de déjà vu. Surtout du côté de chez Saab, à l'image du volant, strictement identique.
L'effort consenti par le constructeur pour mettre sa berline aux goûts et standards européens se heurte à un problème d'image inattendu. Les géniteurs de la BLS ont si bien réussi leur mission qu'ils ont enlevé tout repère qui pourrait lier la voiture à l'image de la marque Cadillac telle qu'elle figure dans l'esprit de nombreux européens. Extérieurement, la filiation avec ses aînées reste visible mais sur les dimensions plus réduites du segment M2, les lignes verticales caractéristiques du design "Art & Science" se révèlent moins décalées que sur les CTS ou STS.

Une Cadillac sans le goût de l'Amérique

Développée sur la même plate-forme que ses cousines germaines Opel Vectra et Saab 9-3, la BLS doit projeter une nouvelle image de la marque Cadillac auprès de la clientèle européenne. Pour y parvenir, la firme américaine propose la première motorisation diesel de son histoire sur la BLS. Sorti des décombres de l'accord Fiat-GM, ce quatre cylindres turbo de 150 chevaux équipe de nombreuses voitures du groupe italien. Dans la Cadillac, il offre un bon niveau de prestations mais

LA CADILLAC BLS EN BREF

  • Date de lancement :
    Avril 2006
  • Segment de marché : Berlines (M2) de luxe
  • Principales concurrentes :
    Audi A4 2 l Tdi 140 ch Ambiante BV6 (31 150 €),
    BMW 320 d Premium 163 ch (31 700 €),
    Lexus IS 220 D Pack 177 ch (31 300 €),
    Renault Laguna dCi 150 ch Confort (28 250 €).
  • Prix :
    28 650 € 1,9 l TiD 150 ch ;
    27 890 € 2,0 l T 175 ch ;
    29 790 € 2,8 l V6 T 255 ch ;
    40 550 € 2,8 l V6 T Sport Luxury
  • ne passe pas inaperçu lors des accélérations, en dépit du haut niveau d'insonorisation de la BLS. Fabriquée dans l'usine Saab de Trollhättan, cette berline conserve l'empreinte du constructeur suédois, ce qui ne constitue en rien un défaut. Seule l'impression ressentie à son volant reste éloignée de l'identité d'une Cadillac. Longtemps décriées sur le vieux Continent pour leur comportement et leur caractère trop américains, ces voitures deviennent aujourd'hui beaucoup plus "européennes". La BLS franchit un cap dans ce domaine, au risque peut-être de dissoudre l'identité de la marque. Le pari est osé. Comme l'explique Larry Craig, ingénieur en chef du programme BLS, "lorsque nous avons conçu la BLS, nous avons pris comme référence la BMW Série 3 pour ses qualités dynamiques et l'Audi A4 pour l'ergonomie et la qualité perçue". L'objectif de la marque consiste à conquérir de nouveaux clients sur le terrain de ces constructeurs. Cependant, les acquéreurs potentiels céderont-ils aux sirènes du Nouveau Monde ? La firme américaine l'espère. Les 14 membres de son réseau national aussi. La BLS doit permettre à Cadillac de doubler ses ventes sur le Vieux Continent dès 2006. Pour remplir cette mission, les distributeurs disposeront non seulement du Diesel, incontournable sur le marché français, mais aussi de deux moteurs essence. Un quatre cylindres turbo de 2 litres disponible en version 175 ou 210 chevaux, et un V6 suralimenté de 2,8 l pour 255 chevaux. Ces motorisations bénéficient de boîtes manuelles et automatiques à cinq ou six rapports. Parmi ces différents ensembles, le Diesel et le V6 héritent des transmissions à six vitesses, agréables à l'usage. Dans les deux cas, l'ultime rapport permet d'abaisser le régime moteur, de réduire le niveau sonore et d'économiser du carburant sur les trajets autoroutiers. Sur des trajets plus tortueux, les 1 600 kilos du véhicule pèsent de tout leur poids dans les virages. Le train avant a la lourde responsabilité d'entraîner la voiture tout en supportant 60 % de sa masse, ce qui provoque un léger sous virage en dépit des systèmes électroniques d'aide à la conduite.
    Au nombre de ces assistances, les classiques ABS et antipatinage sont complétés par le CBC et le StabiliTrak. Le premier système régule la pression de freinage sur chacune des quatre roues lorsque le conducteur décélère dans un virage. En option, le second système agit sur les freins et le moteur, en cas d'écart du véhicule, pour ramener celui-ci sur la trajectoire enregistrée par un détecteur d'angle de direction. Le niveau de technicité atteint sur cette BLS et sur les modèles de nouvelle génération remet la marque au niveau de la concurrence après quelques années d'errements qui lui ont coûté cher sur son propre marché. Cette volonté d'offrir des produits plus rigoureux et en phase avec le marché européen représente un tournant important pour la firme américaine. La prochaine étape pourrait toutefois s'avérer décisive. La nouvelle image de la marque devra s'imposer sans dissoudre la part du rêve américain qu'elle personnifie pour de nombreux continentaux.    

    Frédéric Marty

    ZOOM

    Les ambitions de Cadillac

    En 2005, le constructeur américain a vendu 253 322 voitures dans le monde. Ce résultat représente une augmentation de 37 % depuis le renouvellement de la gamme entamé en 2001. Les ambitions de la marque se révèlent pourtant bien supérieures. Selon Gerard Jansen, directeur de Cadillac et Corvette Europe, "l'objectif est de passer à trois millions d'unités grâce à la BLS et au moteur diesel". Pour atteindre ce but, sans échéance précise, le constructeur compte sur les marchés chinois et européens. Vingt neufs "Experience Center" devraient voir le jour dans l'Empire du Milieu afin d'atteindre les 40 points de vente d'ici 2007. Sur le vieux continent, "le réseau doit encore être amélioré mais les fondations sont en place pour que Cadillac se développe" selon Gerard Jansen. En France, deux "Experience Center" devraient ouvrir leurs portes d'ici dix-huit mois à Paris et Lyon et s'ajouter aux 14 distributeurs déjà présents.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Renault va lancer un label VO ZE

    A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page