Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Brexit : une opportunité pour l’industrie automobile française ?

Brexit : une opportunité pour l’industrie automobile française ?

A l’occasion du FEAL 2018, congrès sur l’industrie automobile du futur, la question du Brexit sur les activités industrielles britannique et européenne a été posée. Pour plusieurs intervenants, ce renoncement du Royaume-Uni pourrait être source d’opportunités pour plusieurs pays à la culture industrielle automobile forte, dont la France.


"Le Brexit est un sujet dont les impacts précis restent encore flous. Même les anti-Union européenne sont étonnés du résultat et en paient le prix. Ce qui est sûr, c’est que personne ne voit une opportunité quelconque dans ce Brexit qui aura des impacts dévastateurs pour l’industrie automobile britannique." L’introduction de Tommaso Pardi, directeur du Gerpisa (Groupe d'étude et de recherche permanent sur l'industrie et les salariés de l'automobile) a le mérite d’être claire.

 

Pour le Royaume-Uni, le Brexit n’est pas porteur de bonnes nouvelles. Et encore moins dans le domaine de l’industrie automobile, pourtant jusqu’ici plutôt solide. "Après la crise de 2008, l’industrie automobile britannique a su, plus vite que les autres, se remettre du choc", explique Tommaso Pardi. Et ce, grâce notamment à la faiblesse de la livre et aux investissements massifs des marques à l’origine nationales, Jaguar Land Rover, dont la production de véhicules s’est accrue de 376 % depuis 2009. Le pays a ainsi vite pu retrouver des niveaux de production du début des années 2000.


Une industrie très dépendante aux exportations


Pourtant, cette industrie jusqu’ici prospère admet une faiblesse qui pourrait se révéler fatale avec le Brexit : une très forte dépendance aux exportations. A l’heure actuelle, 80 % de la production britannique est exportée, soit entre 1,4 et 1,7 million de véhicules par an, dont 60 % en Europe. La raison : une vraie dichotomie entre la demande domestique et le marché international. Quelques chiffres pour illustrer ce fait : 86 % du marché britannique reste servi par les exportations, et 80 000 véhicules allemands sont importés sur le marché britannique.

 

"L’industrie automobile est en réalité extrêmement vulnérable car soumise à des facteurs qui échappent au contrôle du Gouvernement, dont le cours des devises et les barrières protectionnistes." En clair : si aucun accord de libre échange n’est conclu avec les marchés environnants, les véhicules Made in Britain seront frappés de taxes supplémentaires, comme le veulent les règles fixées par l’OMC. "Et même si le pays réussit à conserver ou négocier certains accords de libre-échange, il restera toujours les barrières liées aux normes de sécurité ou l’environnement, dictée par la règlementation européenne. Une entorse à ces règles, et le pays ne pourra plus exporter", détaille Tommaso Pardi. De quoi effrayer rapidement les constructeurs étrangers établis dans le pays, qui représentent une large majorité de la production.


Une opportunité pour les autres industries européennes


"Dans les années 2000, Ford et Vauxhall se sont retirés quand les choses ont commencé à se gâter avec la très forte appréciation de la livre fin des années 1990, rappelle Tommaso Pardi. Beaucoup de constructeurs ont des plans B mis en place." Des plans B qui pourraient bien faire des heureux, plus précisément les pays à la culture industrielle automobile forte, dont la France. Nissan, qui produit plus de 500 000 unités par an au Royaume-Uni, possède des plateformes communes avec Renault. Toyota, basé à Sunderland, prévoit également l’ouverture d’une deuxième ligne de production à Valenciennes, via un investissement de 300 millions d’euros. PSA pourrait également penser à rapatrier sa production d’Opel/Vauxhall dans ses usines nationales.

 

"Si les choses tournent mal, les industriels se déploieront en Europe. La France a évidemment ses chances de profiter de ce report d’activité, alors que le pays peut compter sur une base d’équipementiers très performante, établie, prête à récupérer le business", souligne Tommaso Pardi. Les autres industries européennes peuvent aussi faire valoir leur atout : les pays de l’Est, à la main d’œuvre encore moins chère, et même l’Allemagne, qui a réussi à coordonner toutes les parties prenantes de cette industrie pour en faire une filière solide avec une vision d’ensemble pérenne.
 


Les Hauts-de-France à la pointe


Une Région en France en particulier peut se targuer de représenter plus particulièrement l’industrie automobile française : celle des Hauts-de-France, stratégiquement située géographiquement. Ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence si cette troisième édition du FEAL s’est tenue à Lille : avec sept sites de production majeurs et 400 fournisseurs majeurs pour 700 000 véhicules produits chaque année, soit presque 2/3 du volume total produit en en France. Plus de 400 millions d’euros sont investis environ chaque année dans des projets liés à cette industrie qui fournit plus de 50 000 emplois dans la région, dont 6 000 sont concentrés sur la recherche et le développement.

 

Pour préserver cette position dominante, la Région mise sur deux axes : la préservation du savoir-faire et de la compétitivité. Sur le volet des compétences, 3 414 parcours de formation sont aujourd’hui disponibles, consacrés à l’automobile, hors métallurgie. La région réfléchit également à décliner à son échelle le contrat de filière automobile. "Pour aller plus loin, nous réfléchissons à la création d’un campus automobile avec des formations initiales et continues, détaille Xavier Bertrand, président de la Région Haut-de-France. Via la transformation de l’automobile avec le connecté, le vert et l’autonome, les besoins en formation vont être tels dans les années à venir que nous devons nous préparer à y pourvoir."


"Les Hauts-de-France, Région voiture friendly"
 

Autre axe majeur de la Région : la préservation de sa compétitivité. Son président envisage la création d’une zone franche en Calésie, financée à la fois par l’Etat, les collectivités locales, dont la Région, avec, à la clé, des avantages pour toute nouvelle implantation dans le domaine industriel et commercial. Enfin, la Région plaide pour une diminution des taxes sur les sites de production, beaucoup plus importantes qu’en Allemagne par exemple.

 

Et pour Xavier Bertrand, ces mesures pourraient effectivement bien donner encore davantage d’arguments à la Région en cas de potentielles délocalisations des acteurs industriels implantés au Royaume-Uni. "Nous avons été contactés par des entreprises manufacturières implantées au Royaume-Uni, sans avoir fait de démarche. Nous n’allons pas mener une stratégie agressive pour attirer ces entreprises, il s’agit d’une stratégie amicale", confirme-t-il.

 

Encourager la mobilité en voiture



Cette volonté de pérenniser l’hégémonie de la Région Hauts-de-France en matière d’industrie automobile passe aussi par la facilitation des déplacements en voiture. "Les Hauts-de-France sont voitures friendly, je n’ai pas peur de l’affirmer", explique Xavier Bertrand.

 

Plusieurs initiatives ont été mises en place pour ce faire, comme une aide de 20 euros par mois pour les personnes qui font plus de 30 km en voiture pour se rendre à leur travail, une baisse du coût de la carte grise, et enfin une voiture à deux euros par jour pour les personnes qui ont retrouvé un emploi. Une initiative mise en place avec Toyota et le groupe de distribution RCM. En tout, ce sont 2,6 millions d’euros qui ont été investis par la région en 2016 dans les mesures favorables à la formation, l’emploi et la mobilité.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Renault conforte sa croissance à l’international

Si, au premier semestre 2018, le groupe français a performé sur son marché national et plus globalement en Europe, les plus fortes croissances ont été observées à l’étranger. Renault a notamment

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page