Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Navya officialise son entrée en Bourse

Christophe Sapet, président du directoire de Navya.

Navya officialise son entrée en Bourse

La start-up tricolore, spécialisée dans les véhicules autonomes, a confirmé ce jeudi 12 juillet sa volonté d'entrer en Bourse après avoir reçu l'aval de l'Autorité des marchés financiers.

 

Le groupe ambitionne de lever 51,3 millions d'euros lors de cette opération et jusqu'à 66,1 millions d'euros en cas d'exercice intégral de l'option de surallocation. "Navya est à la pointe de la révolution de la mobilité autonome urbaine. Les fonds que nous souhaitons lever nous permettront de conserver notre leadership technologique, de développer notre organisation et d'investir dans des marchés connexes stratégiques", précise dans un communiqué Christophe Sapet, président du directoire de la société.

 

La fourchette indicative de prix de l'offre est comprise entre 9 et 12 euros par action et la période de souscription qui a débuté jeudi s'achèvera le 18 juillet. Le premier jour de cotation sur Euronext, sous forme de promesses d'actions, devrait être le 20 juillet, précise le communiqué. L'entreprise basée à Villeurbanne, près de Lyon, a été la première au monde en 2015 à commercialiser des navettes autonomes, des véhicules électriques limités réglementairement à une circulation dans des zones privées, comme des campus universitaires, des aéroports ou de grandes entreprises.

 

Un chiffre d'affaires de 480 M€ pour 2021

 

Navya revendique déjà 67 navettes vendues dans seize pays à la fin du premier trimestre 2018. Son modèle "Autonom Shuttle" est commercialisé au prix unitaire de 260 000 euros. L'entreprise se considère comme le numéro un sur ces véhicules pouvant transporter jusqu'à quinze personnes et dont la vitesse est limitée réglementairement à 25 km/h.

 

Le marché mondial des navettes autonomes atteindra 34 000 véhicules en 2025, selon Navya. Mais la jeune pousse veut capter aussi "une part significative" du marché beaucoup plus gros des robots-taxis, estimé à 2 millions d'unités. Après avoir atteint 10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017, Navya vise 30 millions d'euros en 2018 et 480 millions en 2021, soit un objectif de 40 % de part de marché des navettes autonomes. Et elle espère atteindre fin 2019 l'équilibre au niveau de l'exploitation. (AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Renault conforte sa croissance à l’international

Si, au premier semestre 2018, le groupe français a performé sur son marché national et plus globalement en Europe, les plus fortes croissances ont été observées à l’étranger. Renault a notamment

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page