Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
DS Automobiles à la recherche d'un second souffle

Yves Bonnefont, directeur général de DS Automobiles.

DS Automobiles à la recherche d'un second souffle

Avec des ventes mondiales en hausse de 14 % à l'issue du premier semestre, la marque premium du groupe PSA peut se réjouir de cette première partie d'exercice. Toutefois, le bilan d'une marque qui se veut globale est terni par les scores hors Europe, et notamment en Chine.

 

"La fusée a décollé. Nous avons appuyé sur le bouton concernant le lancement de la nouvelle phase de la marque", a introduit Yves Bonnefont, directeur général de DS Automobiles lors de sa conférence de presse portant sur le bilan semestriel de la marque. Une fusée à trois étages pour le dirigeant avec le produit, le réseau et l'expérience client matérialisée par Only You.

 

A l'issue des six premiers mois de cet exercice, DS Automobiles a vu ses ventes mondiales progresser de 14 %, à 31 754 unités, "et si on isole le deuxième trimestre, cette hausse se porte à +35 %", insiste Yves Bonnefont, qui a aussi rappelé que "la croissance de la marque n'était pas pilotée par les volumes".  Des ventes toutefois encore très "européennes".

 

Celles-ci ont représenté 28 326 unités au premier semestre et progressent de 25 % sur la période, mais pèsent surtout 89 % des ventes totales d'une marque, qui se veut mondiale. Locomotive de ces ventes européennes, le marché français, qui, à lui seul, a écoulé 13 400 VN (+20 %). Les marchés britannique (3 900 VN ; -24,3 %), espagnol (2 530 VN ; +26,3 %) et allemand (2 245 VN ; +28,7 %) arrivent ensuite.

 

Cinquième marché de la marque, la Chine a déçu l'état-major de DS Automobiles. "Nous ne sommes pas contents", a commenté Yves Bonnefont. En effet, seuls 2049 véhicules ont été écoulés sur le premier semestre avec une chute de 35 %, quand la marque avait totalisé 6 000 unités sur tout l'exercice 2017. "Il est très difficile d'installer une nouvelle marque sur un marché tel que le marché chinois. Notre notoriété est encore insuffisante et, de surcroît, nous nous concentrons uniquement sur les clients premium", s'est justifié Yves Bonnefont.

 

Ce dernier compte aussi étendre le réseau mondial de la marque. Actuellement composé de 340 points de vente, dont 260 en Europe, il devrait s'appuyer sur une toile mondiale d'environ 500 d'ici la fin de l'année. "Nous souhaitons maintenir un rythme d'une ouverture par jour pour y arriver", a expliqué le dirigeant, qui souhaite "en 2021" compter sur un réseau global de 800 points de vente. Là encore, la France fait figure d'exemple puisque le réseau hexagonal compte aujourd'hui 130 points de vente détenus par 74 investisseurs. "Le maillage est complété aux trois quarts avec l'objectif final d'arriver à 180 sites", a aussi commenté Yves Bonnefont.

 

Mais le meilleur reste à venir pour la marque premium du groupe PSA avec notamment une gamme en devenir et le lancement de six modèles ces cinq prochaines années, couvrant les segments B à D aussi bien en SUV qu'en berline classique. Dès le Mondial parisien, la marque présentera aussi une première DS 100 % électrique. Une stratégie d'électrification qui se poursuivra avec tous les modèles lancés jusqu'en 2025, date à partir de laquelle toute la gamme sera uniquement proposée en motorisation électrifiée.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Renault conforte sa croissance à l’international

Si, au premier semestre 2018, le groupe français a performé sur son marché national et plus globalement en Europe, les plus fortes croissances ont été observées à l’étranger. Renault a notamment

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page