Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Navya arrive en Bourse mais lève moins que prévu

Navya a été la première au monde, en 2015, à commercialiser des navettes autonomes.

Navya arrive en Bourse mais lève moins que prévu

Si la start-up tricolore Navya, spécialisée dans les véhicules autonomes, a acté son entrée en Bourse, celle-ci a annoncé n'avoir levé à cette occasion que 37,6 millions d'euros contre 51 attendus.

 

Annoncée il y a plusieurs semaines, l'entrée en Bourse de Navya est désormais effective. La start-up tricolore est arrivée ce mardi matin sur la place Euronext Paris. Le prix d'émission a été fixé à 7 euros par action, selon un communiqué de la société diffusé lundi, soit un prix plus bas que la fourchette (entre 9 et 12 euros par action) initialement prévue par la société, qui avait dit le 12 juillet avoir pour objectif de lever 51,3 millions d'euros lors de cette opération.

 

"L'offre révisée a été accueillie favorablement par les actionnaires français et les investisseurs institutionnels étrangers", a affirmé le fabricant de voitures autonomes. Les premiers échanges sur les actions Navya ont débuté ce mardi matin à la Bourse de Paris "sous la forme de promesses d'actions". "Cette opération nous permet de conserver notre leadership technologique, de développer notre organisation et d'investir dans des marchés connexes", a affirmé Christophe Sapet, le président du directoire de Navya cité dans le communiqué.

 

Une capitalisation estimée à 190 millions d'euros

 

L'introduction en Bourse permettra de "développer nos solides bases actuelles pour devenir un leader mondial des véhicules autonomes", a ajouté le dirigeant. La capitalisation boursière de la société atteint 190 millions d'euros sur la base du prix d'introduction en Bourse.

 

Considérée comme une pépite française des nouvelles technologies, l'entreprise basée à Villeurbanne, près de Lyon, a été la première au monde en 2015 à commercialiser des navettes autonomes, des véhicules électriques limités réglementairement à une circulation dans des zones privées, comme des campus universitaires, des aéroports ou de grandes entreprises. Navya revendique déjà 67 navettes vendues dans 16 pays à la fin du premier trimestre 2018. (AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les Grands Prix de la Distribution Automobile se profilent

En novembre prochain, aux côtés des Concession et Groupe de l'Année, le Journal de l'Automobile élargira le périmètre de son événement dédié à la distribution. Les Grands Prix de la Distribution

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page