Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Golf : Un retour aux sources ?

Golf : Un retour aux sources ?

Icône de toute une génération, la Golf GTi sillonne nos routes depuis 1976. La 5e génération débarque, se targuant d'être l'héritière du mythe. Avec le 2.0 FSi turbo et ses 200 ch, un bon comportement routier et une personnalité plus affirmée, elle en a les gènes. "Au fil des ans...

...et des générations, la Golf GTi était devenue un "décaféiné", une simple finition plus qu'un véritable dérivé sportif de la Golf. Aujourd'hui, avec cette 5e génération, c'est un véritable retour aux sources", affirme Jörn Hinrichs, directeur marketing de Volkswagen. Le retour d'un mythe au destin sans pareil. Effectivement, si aujourd'hui une GTi ne choque absolument pas dans la gamme, il n'en était pas de même en 1973, tant et si bien que le projet fut quasiment développé en secret par une poignée d'ingénieurs de la marque (voir encadré). Entre 1973 et 1975, le projet ira bon train et deviendra une réalité le 11 septembre 1975. En effet, "la Volkswagen la plus rapide de tous les temps" - le slogan de l'époque - a été présentée, dans une livrée rouge, au Salon de Francfort de cette année 1975. L'histoire s'est donc répétée, puisque c'est sur ce même Salon, en 2003, et parée d'une même couleur rouge, que le concept GTi a été présenté au public pour la première fois. Cette nouvelle génération n'a logiquement pas eu l'effet de surprise de l'époque, mais elle était attendue. Il aurait été dommage pour Volkswagen de se priver d'un tel vecteur d'image, surtout en ce moment. En effet, le sigle GTi est devenu un incontournable : 93,2 % des Européens et même 98,5 % des Allemands connaissent ces trois lettres et les associent à la Golf.

Un parfum de sportivité vient agrémenter une sobriété toute germanique, mais très fonctionnelle

Si le Salon de Francfort s'est révélé être un formidable écrin pour mettre en valeur le concept GTi, le circuit Paul Ricard, lui, a été parfait pour juger des qualités dynamiques de ce modèle commercialisé début décembre en France. En effet, c'est sur le circuit varois et les routes de l'arrière-pays que le constructeur de Wolfsburg a choisi de mettre à l'épreuve sa nouvelle GTi. Dès le premier coup d'œil, cette Golf accroche le regard. La petite cure d'exclusivité qu'a demandée le blason GTi redonne presque au modèle une aura disparue. Avec de petites touches, comme la nouvelle interprétation de la calandre en nid d'abeille avec le traditionnel liseré rouge, la double sortie d'échappement ou des jantes en 17 ou 18 pouces, sa personnalité y gagne incontestablement. Le constat est le même à l'intérieur : un parfum de sportivité vient agrémenter une sobriété toute germanique, mais très fonctionnelle. Trouver sa position de conduite devient un jeu d'enfant grâce aux nombreux réglages des nouveaux sièges sport et du volant. Tout est donc OK pour découvrir ou redécouvrir un mythe sur le non moins mythique circuit du Castellet.

La boîte DSG brille en usage routier

Comparer la GTi de 1976 et celle d'aujourd'hui est un peu comme mettre en parallèle le Paul Ricard des débuts et le HTTT (High Tech Test Track) d'aujourd'hui. Les deux ont évolué, ils n'ont même plus rien à voir, mais ils ont su garder l'essentiel : le plaisir. En effet, dès les premiers tours de roues et les premiers virages, aussi bien la GTi que le HTTT vous mettent en confiance. Les 200 ch du 2.0 FSi turbo respire la santé, sans débordement. Chaque accélération reste linéaire. La barre des 100 km/h est ainsi franchie en 7,2 secondes avec la boîte 6 manuelle et en 6,9 secondes avec la DSG. Un choix de transmission qui ne se serait même pas posé il y a quelques années où l'on associait toujours une boîte manuelle à la sportivité. Eh bien, les choses changent ! Si, sur circuit, la boîte manuelle conserve une petite longueur d'avance, notamment à cause des rétrogradages récalcitrants de la DSG, cette dernière brille lors de la montée des rapports et dans un usage routier où la performance n'est pas forcément recherchée à chaque instant. Côté châssis, cette 5e génération offre un comportement routier sans réelle surprise, efficace, confirmant ainsi les progrès déjà réalisés en la matière sur la Golf normale apparue l'automne dernier. Le châssis sport a été revu avec des combinés ressorts/amortisseurs plus fermes permettant également d'abaisser l'auto de 15 mm. De plus, la barre stabilisatrice arrière a vu sa rigidité augmenter de 20 %. Toujours au chapitre des modifications, la GTi inaugure une direction assistée électromécanique à programmation cartographique sportive qui donne plus de relief, plus de forces, pour un meilleur ressenti. Ce nouvel ensemble est très homogène, offrant de belles sensations, que l'électronique vient parfois modérer.

A 27 000 euros, la nouvelle GTi est compétitive

Cette 5e génération est bel et bien une GTi, son aïeule peut être fière. Si elle ne peut être comparée, en termes de technologie et de prestations, aux deux premières générations, dans l'esprit, c'est pourtant de ces deux dernières qu'elle se rapproche le plus tant les 3e et 4e générations de 1991 et 1998 semblaient taillées davantage pour le marketing que pour la sportivité. Même du point de vue tarifaire, les 13 000 deutsche Mark de 1976 (6 500 euros d'aujourd'hui) sont bien loin, mais cette GTI cuvée 2004, avec un prix voisin des 27 000 euros  pour la 3 portes, se montre plutôt compétitive face à ses concurrentes. Les objectifs de Volkswagen France sont d'atteindre un volume de 2 à 3 % de la gamme Golf, soit un gros millier d'unités. Ce volume sera-t-il aidé par une version GTi TDi ? Si effectivement, comme le dit une publicité de Volkswagen, rouler avec un Diesel dans les années 70 était quasiment une honte, il y a bien longtemps que le gazole a changé de statut. Même la Golf GTi "herself" a cédé aux chants des sirènes Diesel en 1996 avec une version GTi TDi 110 ch. Alors qu'en sera-t-il pour cette 5e génération ? Officiellement, rien ne semble prévu, mais il y a toujours un mais ! En revanche, la transmission 4Motion ne devrait pas être de la partie, il faudra plutôt regarder du côté de la future R32 qui est déjà dans les tuyaux.

Christophe Jaussaud

FOCUS

La Saga GTi en 11 dates

  • 1976 : 1re génération (110 ch)
  • 1984 : 2e génération (111 ch)
  • 1986 : lancement de la Golf GTi 16 V (sans catalyseur 139 ch et avec 129 ch)
  • 1990 : lancement de la Golf GTi G60 (160 ch)
  • 1991 : 3e génération (115 ch)
  • 1992 : lancement de la GTi 16V (150 ch)
  • 1996 : lancement de la GTi TDi (110 ch)
  • 1998 : 4e génération avec trois moteurs essence de 150 à 170 ch et deux moteurs TDi de 110 et 130 ch
  • 2000 : lancement de la GTi TDi 150 ch
  • 2001 : lancement de la GTi 1.8 Turbo (180 ch)
  • 2004 : 5e génération de GTi avec un 2.0 FSi turbo (200 ch)

  • ZOOM

    La naissance controversée d'un mythe

    Pour comprendre la genèse de la Golf GTi, il faut remonter à l'avant Golf ! En effet, en 1973, la Coccinelle était encore largement diffusée et une version sportive lancée cette année-là va jeter les bases de la Golf GTi, alors même que le projet Golf, baptisé "EA 337", est déjà dans les tuyaux. Ainsi, le 18 mars 1973, Alfons Löwenberg, ingénieur d'essai, envoie une note interne à quelques amis du département R&D afin qu'ils réfléchissent à la production d'un véhicule résolument sportif. Seuls Herbert Horntrich, spécialiste des trains roulants, et Hermann Hablitzel, chef du développement, sont réceptifs. Puis, au fil des semaines, Alfons Löwenberg trouve de nouveaux alliés tels Horst-Dieter Schwittlinsky, responsable marketing, et Anton Konrad, directeur du service de presse. Ce dernier est enthousiasmé par le projet, mais confirme qu'il doit continuer à mûrir en toute discrétion. Il invite donc l'ensemble de cette équipe "souterraine" à son domicile. Avec l'aval d'Hermann Hablitzel, Alfons Löwenberg et Herbert Horntrich se mettent au travail et proposent un "monstre de métal hurlant", se souvient Anton Konrad. Il leur demande alors de revoir leur copie. Le deuxième prototype fait l'unanimité dans le petit groupe secret, poussant même Alfons Löwenberg à le présenter à Ernst Fiala, le directeur du comité de développement. Son verdict : "Trop cher, vous êtes complètement fous !" L'histoire de la "Golf Sport" aurait pu s'arrêter là, mais ce "châssis expérimental" va continuer à être développé officieusement. La deuxième présentation au comité de développement sera la bonne. Ernst Fiala est enthousiaste et, fin mai 1975, l'ordre officiel de développer une variante sportive de la Golf est donné. Les ingénieurs officieux deviennent officiels et sont rejoints par Herbert Schuster, nouveau directeur du département d'essai, et Herbert Schäfer, chef du design. Ce dernier façonnera la personnalité de cette sportive avec de nombreux détails tels le spoiler, les sièges sport à carreaux ou la balle de Golf sur le levier de vitesses. Le 11 septembre 1975, la Golf GTi est une réalité au Salon de Francfort. La réaction du public est si enthousiaste que la direction annonce la production de 5 000 exemplaires. Les premières GTi seront livrées courant 1976 et cette série limitée ne sera finalement jamais arrêtée ! Un million cinq cent mille exemplaires, série en cours !

    Voir aussi :

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Le groupe Pautric investit à Rennes

    L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page