Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Quelles perspectives d'évolution dans l'automobile ?

Selon Tanneguy Worth, les créations de postes vont se tasser dans les prochains mois.

Quelles perspectives d'évolution dans l'automobile ?

Si la croissance actuelle de l'automobile rejaillit sur l'emploi, les nombreuses incertitudes technologiques et règlementaires qui planent sur le secteur ont des conséquences directes sur les carrières. Décryptage de Tanneguy Worth, consultant chez Michael Page.

 

Après avoir abordé la question des compétences puis celle des rémunérations, nous évoquons aujourd'hui avec Tanneguy Worth, consultant chez Michael Page depuis dix-huit ans, le troisième volet de notre enquête avec la question des perspectives d'avenir. Un sujet crucial alors que le secteur automobile semble plus que jamais à la croisée des chemins. D'un point de vue factuel, tous les feux paraissent au vert pour celui-ci, avec des ventes en hausse, une confiance retrouvée et des débouchés technologiques prometteurs.

 

Pourtant, c'est bien cette question qui incite tous les acteurs à la prudence. Sur le plan de l'emploi, le secteur automobile reste "un secteur porteur, avec une confiance bien affirmée, où tous les groupes ont toutefois une démarche mesurée compte tenu des nombreuses incertitudes règlementaires qui pèsent au-dessus de leurs têtes", note Tanneguy Worth. Diesel, électrique, autopartage… autant de sujets devenus commun qui agitent les méninges de tous les décideurs.

 

LLD et autopartage, des métiers d'avenir

 

"Sur toutes ces questions, les constructeurs sont déjà structurés, idem dans les réseaux, mais le fait de ne pas savoir ce qu'ils pourront faire ou ne pas faire, du point de vue de la législation, implique une grande part d'incertitude", complète le consultant. Les perspectives d'évolutions de carrière semblent ainsi actuellement à l'arrêt alors même que les métiers évoluent, entraînant avec eux une mutation des compétences, des comportements et des rémunérations.

 

"L'automobile de demain n'aura rien à voir avec celle d'hier. Deux mondes vont s'opposer avec, d'un côté, ceux qui souhaitent être propriétaire de leur véhicule et, de l'autre côté, ceux qui souhaitent simplement s'en servir. Dans ce contexte, le marché de l'emploi devra s'adapter, ce qui n'est pas encore réellement le cas." Tanneguy Worth estime donc que les créations de postes vont se tasser dans les mois à venir pour se concentrer sur les métiers de la LLD et de l'autopartage.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Citroën bichonne les pros avec

La marque aux chevrons a dévoilé un nouveau concept retail entièrement tourné vers la vente de véhicules de société et d'utilitaires légers pour la clientèle professionnelle. "La Manufacture Citroën"

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page