Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mitsubishi  L200 : Plus qu’une EVOlution

Mitsubishi L200 : Plus qu’une EVOlution

Représentant une vente sur trois dans le réseau français, on comprend mieux l'importance du nouveau L200. Inspiré, dans ses traits, par l'EVO du Dakar, ce pick-up ne manque pas de caractère. Si les Pajero EVO de Luc Alphand et Stéphane Peterhansel...

...demeurent les rois du désert, le L200 a perdu sa première place sur le marché européen des pick-up. Mitsubishi se devait de revoir sa copie pour revenir dans la course. C'est chose faite. Comme nous avions pu le voir lors du dernier Salon de Bologne, où il avait été dévoilé en première mondiale, le L200 cuvée 2006 s'est fortement inspiré des lignes des concepts EVO de 2001 et 2002 ainsi que du Pajero EVO de compétition. La filiation est claire et offre une forte personnalité à ce nouveau pick-up. Produit en Thaïlande, où il vient d'ailleurs de décrocher le titre de meilleur pick-up (sous le nom de Triton), le L200 veut donc reconquérir l'Europe. Pour poursuivre sur cet aspect industriel, depuis 1995, presque tous les pick-up aux diamants sortent des chaînes de l'usine Thaïlandaise du constructeur. Installé dans ce pays depuis 1988, Mitsubishi exporte aujourd'hui 80 % de sa production vers plus de 140 pays. 120 572 pick-up ont été assemblés en 2005 et plus de 86 300 ont été exportés, principalement vers l'Europe, l'Afrique et l'Amérique Latine. Et les Etats-Unis ? Le pays de l'Oncle Sam reste pourtant LE pays du pick-up puisqu'il représente à lui seul près de 50 % de la demande
totale ! Le L200 n'y est pas importé car Mitsubishi y propose un modèle spécifique baptisé Raider, qui a été lancé l'automne dernier. Le Raider, développé avec DaimlerChrysler et produit dans l'usine de Warren dans le Michigan, est un pick-up plus volumineux (5,3 m contre 5 m pour le L200) et équipé de V6 et V8 essence. Mitsubishi a fait le choix de segmenter son offre contrairement à d'autres, comme Nissan qui propose un même produit de 5,22 m appelé le Navara en Europe et le Frontier aux Etats-Unis. Une autre stratégie mais qui ne semble toutefois pas pénaliser Nissan qui enregistre d'excellents résultats et notamment en France où le Navara a détrôné le L200. Il y a de la revanche dans l'air ! D'autant que le pick-up est quasi vital pour Mitsubishi et son réseau. Si, en Europe, le L200 représente 16 % des ventes du constructeur, en France cette part bondit a plus de 30 %. Un véhicule sur trois vendu par le réseau est un L200 ! Les objectifs de la marque en France sont donc conformes à ce ratio avec 3 000 unités de L200 prévues cette année sur les 10 000 Mitsubishi annoncées pour 2006.

Les suspensions, mises à rude épreuve, n'ont fait que briller

C'est sur les routes de la Sainte Baume que le L200 Double Cab nous a livré ses premières informations dynamiques. Pas de sable, pas de dunes, mais des petits virages et des chemins de pierres. Les suspensions mises à rude épreuve quelque soit le revêtement n'ont fait que briller. En effet, le L200 est resté confortable même sur les chemins défoncés du massif. Au chapitre mécanique, ce nouveau L200 propose toujours son 2,5 litres Diesel mais qui a reçu l'injection common rail. Ce

LE L200 EN BREF

  • Date de lancement : 3 avril
  • Segment de marché :
    Pick-up : 9 701 immatriculations en 2005 en France
  • Les principaux concurrents du Double Cab Intense 136 ch (29 499 . ) :
    Nissan Navara Double Cab 174 ch : 30 600 € ;
    Toyota Hilux Double Cab 102 ch : 26 950 €  ;
    Isuzu Dmax Crew 2.5 D LS 101 ch : 26 550 € 
  • Objectif de vente : 3 000 unités en 2006
  • Prix :
    21 799 €  Single Cab Inform;
    24 999 €  Club Cab Invite ;
    26 799 €  Double Cab Invite ;
    31 599 €  Double Cab Instyle
  • bloc passe ainsi de 133 à 136 chevaux et le couple progresse de 36 Nm pour culminer à 314 Nm. Une mécanique présente sur toute les carrosseries de ce nouveau pick-up, qu'il soit single (vrai VUL, 5 % des ventes), Club (avec 2 strapontins, 15 % des ventes) et Double Cab (plus SUV, 80 % des ventes). Si la progression de cette mécanique n'est pas phénoménale, le L200 gagne en agrément mais surtout en consommation, puisque cette dernière est inférieure de près de 2 litres/100 km par rapport à la génération précédente. Une mécanique étant au centre du marché en terme de puissance. Dans le bas de la fourchette, Toyota se limite à 102 chevaux sur son Hilux alors que Nissan en propose 133 sur ses versions Single et King Cab et 174 sur le Navara Double Cab. Si le L200 (14,6 s de 0 à 100 km/h) surclasse le Toyota Hilux (18,6 s), il s'incline face au Nissan Navara (11,4 s) malgré ses 200 kg de moins. Cependant si cet alignement de chiffres nous renseigne sur les performances intrinsèques du véhicule, il ne faut pas perdre de vue que ces véhicules sont destinés soit à des professionnels soit à des aficionados des loisirs qui ne mesurent pas la valeur de leur voiture au chrono. Cependant, selon la charge (environ 1 tonne) ou l'objet tracté (750 kg sans frein, 2 700 kg avec freins) cette puissance peut avoir son importance. Seul bémol concernant cette mécanique, qui se montre tout a fait à la hauteur par ailleurs : elle se montre assez bruyante, voire même envahissante, selon le régime auquel vous évoluez. Mais comme nous l'avons évoqué, la mécanique est loin d'être le seul critère de choix. L'habitabilité ou le volume de charge en sont d'autres sur lesquels le L200 n'a rien à envier à la concurrence. Ce serait même l'inverse car il propose des équipements jusqu'ici absent du segment des pick-up. Ainsi, sous l'acronyme ASTC (Active Stability & Traction Control), le L200 propose un contrôle de traction et de stabilité pour une plus grande sécurité. Toujours dans cette optique d'une sécurité optimale, cette nouvelle génération offre, avec la transmission Super Select, la possibilité d'être en 4x4 permanent. Dernier atout de choix, financier celui là, même en Double Cab, donc plutôt SUV, la carte grise reste en VU faisant que les entreprises et autres artisans pourront récupérer la TVA et ne pas payer la TVTS.

    Christophe Jaussaud

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page