Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Carstudio et le groupe Bernard au capital de Carfit

Carstudio et le groupe Bernard au capital de Carfit

Selon nos informations, la start-up Carfit, spécialiste de la prédiction de panne, va annoncer une levée de fonds complémentaire de 2,5 millions de dollars, le 11 octobre 2018. Parmi les investisseurs se trouvent Mobivia-Carstudio et le groupe Bernard.

 

Carfit vient de boucler un nouveau tour de table, selon les informations obtenues par le Journal de l'Automobile. La start-up française va confirmer, ce 11 octobre 2018, avoir réuni la somme de 2,5 millions de dollars, auprès de nouveaux investisseurs, parmi lesquels se trouvent CarStudio, la structure de Mobivia dédiée à l'innovation dans le cœur de métier, et le groupe Bernard, distributeur incontournable dans le paysage français.

 

Il s'agit de la deuxième opération du genre pour Carfit et elle porte ainsi le montant levé total à 4,5 millions de dollars. La discrétion avait été de mise il y a un an, car les ressources se destinaient à financer les développements techniques et la préparation des algorithmes de prédiction de panne. Cette fois, Carfit entend utiliser l'enveloppe pour soutenir l'effort commercial. "Nous allons mettre en place un réseau de distribution et des équipes de support", révèle un porte-parole de la société en plein essor. L'objectif est arrêté : il faut passer de 20 000 à 500 000 véhicules équipés à travers le monde.

 

Rendez-vous au CES 2019

 

Carfit a défini la ligne stratégique. Les flottes professionnelles, les fournisseurs de nouveaux services de mobilité, les loueurs de longue et courte durée, mais également – et cela justifie leur entrée au capital – les centres d'entretien et les concessionnaires constituent des relais tout trouvés pour s'embarquer dans les véhicules en circulation. La start-up promet, d'une part, un meilleur suivi de l'état de leur parc et, d'autre part, une amélioration de la rotation des stocks VO.

 

Ce dernier atout a retenu l'attention du groupe Bernard, qui s'emploie à se positionner stratégiquement sur la digitalisation du commerce automobiles. "Ils ont une problématique d'immobilisation des actifs sur les parcs, qui se chiffre à plusieurs dizaines de millions d'euros, explique-t-on chez Carfit. Nous allons leur mettre en place notre toute nouvelle solution qui permet de rentrer en contact avec les prospects."

 

Ladite solution est en pré-lancement depuis Mondial.tech. Elle intègre un système d'émetteur, en l'occurrence un beacon, qui récupère les caractéristiques des véhicules pour générer une alerte sur les téléphones des visiteurs du point de vente, via le canal Bluetooth. Cela nécessite que le prospect renseigne au préalable ses critères de sélection, mais dans les faits, le VO va se manifester de lui-même, en communiquant en plus son bilan de santé grâce à la dernière analyse en date de Carfit. Le lancement définitif de cette offre se fera au CES de Las Vegas, en janvier 2019, car elle s'inscrit dans une évolution majeure du catalogue de la start-up. A suivre.

 

D'autres concessionnaires… dans un second temps

 

Si, par l'entremise de CarStudio, Carfit va s'inviter chez les enseignes de Mobivia, avec l'ambition d'être installé au terme des interventions de routine, le groupe Bernard va être prioritaire en ce qui concerne le monde de la distribution. Point d'exclusivité, en revanche, "il s'agit d'apporter la preuve par l'exemple que nous pouvons aider à la vente de véhicules à l'amélioration de l'expérience client", confie le porte-parole de Carfit, avant d'aller à la conquête d'autres concessionnaires qui auraient déjà manifesté un vif intérêt pour la technologie de prédiction de panne de la start-up.

 

Ce tour de table a par ailleurs marqué l'entrée au capital de BGV et PlugandPlay, des fonds d'investissements originaires de la Silicon Valley. Pour mémoire, lors de sa première levée, Carfit avait attiré un constructeur, le groupe Jaguar Land Rover, filiale de Tata Motors. Une aubaine quand on vise un marché qui s'étend de l'Amérique du Nord à l'Asie, en passant par l'Europe.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Paul-Henri Dubreuil :

Comme annoncé hier dans nos colonnes, le groupe Dubreuil récupère les sites de Chartres et Dreux, et signe ainsi son retour dans le réseau Citroën, marque avec laquelle il a créé la structure Claris

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page