Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Conduite autonome : Nvidia souhaite un niveau 2 amélioré

Jensen Huang, le président-fondateur de Nvidia.

Conduite autonome : Nvidia souhaite un niveau 2 amélioré

Sans fard, le président-fondateur de Nvidia, Jensen Huang, s'est exprimé face à la presse sur l'intelligence artificielle et son emploi dans l'automobile du futur. Dans un contexte de flou artistique, il appelle à une nouvelle génération d'automatisation de niveau 2, plus claire pour les consommateurs.

 

Il faut en finir avec les doutes et les mauvaises interprétations. En substance, voici ce que l'on peut retenir de la position de Jensen Huang, l'emblématique président-fondateur de Nvidia, le fabricant de supercalculateurs embarqués par plus d'une vingtaine de programmes de développement de la conduite automatisée, à travers le monde. A l'occasion d'une rencontre intimiste avec la presse, ce 11 octobre 2018, Jensen Huang a tenu à faire passer un message à l'industrie dans son ensemble : la fin de l'ambiguïté autour des niveaux d'automatisation de la conduite.

 

Sans détour, alors qu'il était interrogé sur le sens du terme "Level 2+", dont il a fait mention pour annoncer le partenariat avec Volvo, le président de Nvidia a appelé de ses vœux à concevoir "une nouvelle génération de système d'automatisation de la conduite de niveau 2". Pour lui, le consommateur se pose une question simple derrière son volant : a-t-il le plein contrôle ou non de son véhicule ? "Les passagers d'un véhicule veulent savoir que lorsqu'ils délèguent la conduite, alors le véhicule assure sa mission", se montre convaincu cet ambassadeur mondial de l'intelligence artificielle. "Les voitures actuelles sont dangereuses car, malgré leur niveau de sophistication, elles désengagent trop souvent la fonction", estime celui qui dans la vie possède une Tesla, dont Nvidia est fournisseur.

 

Cette nouvelle génération de véhicules de niveau SAE 2 (sur une échelle de 5, pour rappel) doit se révéler plus sécurisante pour les conducteurs, et ainsi rétablir la confiance qui s'effrite au rythme des accidents qui prennent des tournures médiatiques de grande échelle. Elle ne doit pas pour autant déresponsabiliser les êtres humains, qui demeureront les maîtres à bord. A ce stade de l'automatisation, l'intelligence artificielle et l'ordinateur font des recommandations et surveillent la concentration. Et il est peut-être là le paradoxe. Le bagage technologique de contrôle mériterait davantage d'éléments.

 

SAE 2 et 3 pour les VP

 

En fait, pour le président de Nvidia, le public peine à saisir les subtilités de l'échelle d'automatisation : "Cela n'a rien de marketing, soyons clairs, et je crois en chacun des niveaux, mais il importe que chaque évolution doive être commercialisée en état de fonctionnement." Cela constitue un enjeu majeur pour celui qui estime que la conduite autonome de niveau 5 est plus facile que celle de niveau 2 perfectionnée, car cela implique une maîtrise complète de l'environnement de circulation. D'où la complexité à laquelle se heurtent les constructeurs, à ce jour.

 

Cela soulève la question de la stratégie des niveaux. Le président de Nvidia juge que les SAE 2 et 3 auront un avenir sur les véhicules particuliers, tandis que les 4 et 5 s'adresseront davantage à des services de mobilité. "Au niveau 3, la voiture prend la responsabilité de la conduite et la fonctionnalité servira surtout dans le trafic routier", a-t-il exprimé son opinion personnelle. Quid des deux derniers paliers, lui a-t-il alors été demandé. "Les niveaux 4 et 5 sont similaires, en réalité, la différence se fait sur la liberté parcours, au niveau 5." Il connaît d'autant plus le sujet que ses supercalculateurs s'embarquent dans des navettes autonomes et des robots-taxis, à l'instar d'EasyMile (Continental) et de Volvo (opérés par Uber).  

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Paul-Henri Dubreuil :

Comme annoncé hier dans nos colonnes, le groupe Dubreuil récupère les sites de Chartres et Dreux, et signe ainsi son retour dans le réseau Citroën, marque avec laquelle il a créé la structure Claris

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page