Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Toyota  RAV 4 : Le défi d’un pionnier

Toyota RAV 4 : Le défi d’un pionnier

Douze années de commercialisation et deux générations ont déjà promené la vision du 4X4 compacts, imaginée par Toyota en 1989, sur les divers marchés du globe. Le Rav 4, créateur de son propre segment, poursuit aujourd'hui son destin de leader avec l'ambition de grimper encore en gamme. Un...

...vrai challenge que le constructeur aborde sans céder à la facilité.

Avec plus de deux millions d'exemplaires vendus depuis son lancement en 1994, le Rav 4 peut assurément s'appuyer sur un succès commercial des plus flatteurs pour préparer, comme il se doit, les premiers pas de sa troisième génération . Un avantage donc, mais des écueils également. Comment, en effet, ne pas attendre au tournant ce véhicule qui a donneé au marché des SUV de nouveaux débouchés ? Douze ans que Toyota a compacté le 4X4 loisirs et douze années que ce marché mute. L'an dernier, le marché français des SUV s'établissait à 120 537 immatriculations, en progression de 15 % par rapport à 2004. Sur ce total, le segment luxe s'attribuait 22,8 % des ventes, la famille des 4X4 classiques représentait 23,9 % des transactions, alors que le segment du 4X4 compact focalisait sur lui la majorité des intérêts de la clientèle avec 53,2 % des ventes. Alors, lorsque le véhicule qui est à l'origine de ce succès affiche un nouveau visage, l'équipe commerciale du constructeur-iniateur refuse de parler de suite logique mais plutôt de défi et de virage à bien négocier.

Pas de version 3 portes

Produits intégralement sur le site de Tahara, à l'extrême sud du Japon, les premiers modèles ont débarqué en concession durant le mois de février dernier. Et force est de constater que l'aura qui entoure le véhicule peut prêter à l'optimisme. Notamment parce que le tour de force des designers de Toyota est justement d'avoir su faire évoluer les courbes du Rav 4 sans en avoir bouleversé l'identité. La première chose qui saute aux yeux, c'est véritablement la filiation de ce nouveau modèle à ses aïeuls. Les 80 mm supplémentaires en largeur et les 145 mm de plus en longueur ne changent en effet rien à l'esprit du véhicule. "Conçu pour la vie d'aujourd'hui", clame t-on chez le constructeur. Rien de bien nouveau en somme. Puisque l'aspect multi-utilisation était au cœur du succès des anciens modèles. Urbain, utile, dynamique, sportif, les années passent et la recette demeure. Il est tout de même un changement de taille qui mérite d'être souligné : Toyota Europe a décidé de ne pas commercialiser de version trois portes de son modèle à succès. Etonnant quand on sait que près de 30 % des ventes françaises de Rav 4 étaient justement réalisées par cette version. Mais à l'échelon européen, les ventes de 3 portes ne représentaient pas plus de 12 % du mix. Dommage… N'est-ce pas pourtant cette version, très prisée par les femmes en quête d'une alternative "funny" aux petites citadines, qui a contribué à l'effet de mode qui a longtemps fait le succès du Rav 4 ? Alors, coup de folie ou coup de poker de la part de Toyota ?

Un bon démarrage et des objectifs revus à la hausse

Pour l'heure, le client donne raison au constructeur. Puisqu'en moins de trois mois, le réseau français a déjà enregistré 6 000 commandes et la filiale a revu à la hausse ses objectifs à 13 000 unités (contre 11 600 à l'origine). La direction commerciale serait même en train de faire le nécessaire pour éviter les soucis d'approvisionnement. A l'heure actuelle, les délais de livraison oscillent, par ailleurs, entre trois et quatre mois. Le modèle le plus populaire ? Question stupide, le Diesel, évidemment. L'an dernier, sur le segment des SUV compacts, 90 % des ventes étaient, en effet, réalisées par des moteurs à gasoil. De facto, Toyota a

LE RAV4 EN BREF

  • Date de lancement : février 2006
  • Segment de marché : SUV compact
  • Objectif de ventes 2006 : 13 000
  • Ses concurrentes :
    Nissan X-Trail 2.2 dCi 136 ch (28 100 €),
    Honda CR-V 2.2 CDTi 140 ch (27 750 €),
    Hyundai Tucson 2.0 CRDi 140 ch (27 670 €),
    Suzuki Grand Vitara 2.0 luxe 5p 140 ch (26 000 €).
  • Prix :
    26 990 € 2.0 VVT-i 152 ch ;
    27 990 € 2,2 D-4D 136 ch ;
    28 990 € 2,0 VVT-i 152 ch VX ;
    33 900 € 2,2 D-4D 177 ch Clean Power.
  • beaucoup misé sur ces versions Diesel qui ne peuvent, précisons le tout de suite, être associées qu'à la boîte manuelle 6 rapports.
    Outre le moteur essence 2,0 VVT-i 152 chevaux, disponible en boîte manuelle 5 rapports ou en boîte automatique à 4 rapports, le nouveau Rav 4 affiche deux motorisations Diesel. La première, un bloc 2,2 D-4D de 136 chevaux. Faisant preuve de performances routières très agréables, ce moteur est d'ailleurs celui qui s'allie le mieux à l'ensemble de la machine. Souple et coupleux, il renvoie un sentiment de sûreté et de contrôle en toutes circonstances.

    En route vers le haut de gamme

    Le nerveux 2,2 D-4D de 177 chevaux, emprunté à l'Avensis, procure quant à lui de belles sensations sur route mais peut effrayer les plus frileux sur des chemins moins balisés. Cette dernière version Diesel, flanquée du nom Clean Power, équipe la version la haut de gamme du modèle.
    Avec une vitesse de pointe de 200 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 9,3 secondes, le Rav 4 Clean Power est, en effet, l'étendard de la gamme. Et pas seulement par les performances de son moteur. La roue de secours, disposée sur la porte du coffre des autres modèles, disparaît ici totalement. Elle n'est en effet plus nécessaire puisque cette version Luxe est montée sur des pneus de technologie de roulage à plat. Sellerie cuir, sièges chauffants à réglage électrique, GPS, système Bluetooth, caméra arrière d'aide au stationnement, cette version voit même sa silhouette se différencier quelque peu du reste de la gamme. Notamment en accueillant une calandre singulière, des élargisseurs d'ailes, des optiques spécifiques et des jantes en alliage léger de 18 pouces. Un must qui ne doit pas faire oublier le très bon niveau d'équipement du reste de la gamme. Autant d'agréments qui s'ajoutent à un dessin intérieur des plus agréables. Car, sur ce point, Toyota franchit encore un palier. Par la qualité de finition, bien sûr. Mais également par le dynamisme insufflé dans l'espace intérieur. Avec cette console centrale scindée en deux parties, l'originalité de l'habitacle se fait l'un des points forts de Rav 4. Son identité est ainsi clairement marquée. Le SUV de Toyota ne fait pas dans la banalité. Il y va, avant toute chose, de la préservation de son leadership. Car, c'est là le défi majeur du constructeur japonais : muer en gardant ses adeptes, tout en pénétrant à petits pas vers le segment des SUV haut de gamme. Donner longue vie à une success story n'est pas chose aisée. Les premiers échos venant des concessionnaires plaident en tous les cas en la faveur des options prises par Toyota.

     David Paques

     

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Le groupe Pautric investit à Rennes

    L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page