Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Eléphant Bleu garde le cap

Eléphant Bleu garde le cap

La croissance du réseau, le lavage automatique, la digitalisation avec notamment l’application Eléphant Bleu, le paiement sans contact… Autant de points abordés à l’occasion de la Convention parisienne du franchiseur.

 

Grand rendez-vous annuel du réseau Eléphant Bleu, la convention 2018 s’est déroulée à Paris fin octobre, en présence de 220 participants. Après une convention 2017 anniversaire qui avait mis en avant les piliers de la réussite de l’enseigne (le concept, la franchise, les hommes), le franchiseur a donné le cap à l’horizon 2020. Sur fond d’innovation digitale et de services, il a livré sa feuille de route. Sans surprise, celle-ci s’oriente sur la performance des stations de lavage, l’autonomie de gestion et la relation client en s’adaptant aux nouveaux modes de consommation.

 

Mais il y a d’abord la croissance. En 2018, le réseau s’est agrandi de quinze nouveaux centres (pour atteindre désormais le cap de 470 centres, dont 50 en propre) et a accueilli huit nouveaux franchisés parmi lesquels figure par exemple Christophe Demoulinger, exploitant d’un supermarché, qui possédait une station de lavage sans marque sur le parking de son magasin. Le fait de se rallier à l’enseigne lui a permis d’augmenter son chiffre d’affaires.

 

Dans le même registre, Eléphant Bleu maintient sa stratégie offensive dans l’achat de terrain et la transformation de centres concurrents. "L’enseigne demeure à l’affût des opportunités foncières afin de développer des formats de centres sur mesure adaptés aux moyens de l’investisseur, à la surface disponible, mais aussi aux attentes consommateurs", confirme Jean-Christophe Rogez, responsable du Développement commercial Eléphant Bleu.

 

Maintenant, si la croissance du réseau se mesure par le nombre d’ouvertures, elle se mesure aussi par l’évolution des centres existants et du concept. A ce niveau, le succès des portiques qui équipent désormais la moitié du réseau et l’évolution de la clientèle vers les solutions de lavage automatisées ont créé un nouveau standard du centre de lavage Eléphant Bleu. Ainsi, au-delà des pistes de lavage haute pression, le concept comprend désormais obligatoirement une zone de lavage automatique. Celui-ci est devenu l’élément central du modèle économique de l’enseigne.

 

Restent l’évolution de l’offre lavage, la relation client, la performance et la gestion des centres. Pour le réseau en franchise, les leviers exploités reposent sur l’innovation technologique, la digitalisation ou encore la qualité de maintenance. Dans ce cadre, de nouveaux outils et services sont proposés aux franchisés pour améliorer la maintenance préventive des centres, l’objectif étant de rendre le franchisé plus autonome sur les opérations de maintenance simple, c’est-à-dire réalisables sans outillage particulier. Si c’est bien le cas aujourd’hui pour 50 % du réseau, l’objectif est d’atteindre les 90 % d’ici un an.

 

Auprès du consommateur final, les projets d’innovation répondent à la volonté de diversifier les services. Le tunnel de lavage dont deux sites pilotes "en propre" ouvriront en 2019 (l’un sur Montpellier, l’autre sur l’ouest de la région parisienne) en donne un bel exemple. Quant à la digitalisation, elle répond à la volonté d’optimiser la relation client avec notamment le paiement sans contact, l’application Eléphant Bleu (localisation d’un centre à proximité du domicile, offres promotionnelles et paiement via Smartphone).

 

"La vocation d’Eléphant Bleu est de mettre à disposition du client un service complet de lavage dans les meilleures conditions de praticité, de confort et de plaisir avec le double objectif de satisfaire toutes les demandes de l’automobiliste et d’en donner les moyens aux franchisés, résume Patrick Mary, directeur du réseau Eléphant Bleu. Le réseau progresse vite car il partage la même volonté de suivre les évolutions du marché et des attentes du consommateur." Certes.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ford s’oppose à la reprise du site de Blanquefort par Punch Powerglide

Le constructeur américain a annoncé qu’il écartait l’offre de reprise de son usine de Blanquefort par Punch Powerglide. Bruno le Maire dénonce "la trahison de Ford".

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page