Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volvo V50 : break de charme

Volvo V50 : break de charme

Présenté en première mondiale lors du 28e Salon de Bologne, le nouveau break V50 arrivera en France durant le mois de mars. Design séduisant, mécaniques modernes, équipement sans faille, le V50 a des atouts pour jouer les trouble-fête. "Nous avons mis l'accent sur...

...la séduction du style et un certain sens de la sportivité, avec un plus sous la forme de détails pratiques et d'espace bagages supplémentaires", affirme Hans-Olov Olsson, le président de Volvo Car Corporation, lors de la présentation du V50 durant le Salon de Bologne en Italie. Un V50 séduisant qui apporte du sang neuf dans la gamme des breaks Volvo. Une opportunité pour la marque de rajeunir sa clientèle puisqu'elle vise avec ce nouveau modèle la cible des trentenaires. Plus long de 46 mm que la S40, grâce à l'augmentation du porte-à-faux arrière, le V50 reprend donc beaucoup d'éléments de la nouvelle berline. Les ambiances sont similaires, la planche de bord, avec sa console centrale moderne et très design, en est également issue. Il en va de même pour l'équipement et les mécaniques, avec trois moteurs essence 5 cylindres de 140, 170 et 220 ch. Cette dernière motorisation, répondant à l'appellation T5, sera également disponible en traction intégrale AWD. Pour le Diesel, indispensable sur le marché français, Volvo bénéficie à plein des synergies et des accords du groupe Ford. En effet, le V50 reprend, comme la S40, le nouveau 2 litres de 136 ch, fruit de la coopération entre Ford et PSA. Déjà présente sur le C-Max et la 307, cette mécanique devrait fournir un très bon agrément à cette nouvelle suédoise. Toutefois, le V50, qui arrivera sur le marché français durant le mois de mars, aura fort à faire avec la concurrence des constructeurs nationaux qui proposent également des breaks modernes sur ce segment.

Vendre 74 000 unités par an

Dans l'usine de Gand, près de Bruxelles, 340 millions d'euros ont été investis pour que les chaînes puissent accueillir la nouvelle S40 et ce break V50. A terme, cette usine, qui produira également la S60, aura une capacité annuelle de production de 270 000 unités. Pour le V50, Volvo table sur 74 000 ventes annuelles au niveau mondial. L'Europe sera le marché dominant avec, en tête, l'Allemagne et ses 15 000 unités prévues dès 2004. Viennent ensuite la Suède avec 10 000, le Royaume-Uni avec 8 000... La France arrive beaucoup plus loin avec environ 3 000 en 2004. Ajoutez ce chiffre aux 2 000 unités de S40 (ancienne et nouvelle) prévues et cette gamme devrait représenter pour Volvo France environ 5 000 unités.  

Christophe Jaussaud

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L'incontournable mais problématique vente en ligne

La majorité du parcours client est déjà digitalisé mais l'ultime acte, l'achat, peine encore à être dématérialisé. Tous les constructeurs traditionnels mènent des expérimentations pour faire

L'arrêt des voitures thermiques coûtera plusieurs centaines de milliards d'euros

En 2040, le gouvernement a prévu la fin de la commercialisation des voitures thermiques. Mais le coût de cette décision est-il bien mesuré ? Un rapport parlementaire parle de plusieurs centaines de milliards

Renault nomme en France, en Europe et en Chine

La France, l'Europe mais aussi la Chine et la zone Pacifique sont au centre des nominations que Renault vient d'annoncer.

Carlos Tavares, PSA :

Le patron de PSA prévoit un impact sur l’ensemble de la filière automobile dès la mise en œuvre des normes d’émission de CO2 en 2021. Le groupe pilote d’ores et déjà ses niveaux de stocks

Les immatriculations 2018 de véhicules diesel ont encore baissé en Europe

Les dernières statistiques de l'Acea montrent un recul de 18,3 % des immatriculations de véhicules diesel dans l'Union européenne en 2018, au plus grand bénéfice de l'essence. La part des véhicules

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page