Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
S40, la musique sérielle d’après Volvo

S40, la musique sérielle d’après Volvo

La nouvelle S40 est le fruit d'un double défi : renouveler un modèle vieux de huit ans et donner un nouvel attrait à l'entrée de gamme du constructeur. Confiant en son produit, Volvo compte en vendre 1 800 en 2004, puis 2 400 en année pleine sur le marché français. Sous le...

...nom de code "P One", le projet de conception de la nouvelle S40 a cristallisé l'énergie des équipes Volvo de longs mois durant. Il ne s'agissait pourtant pas de révolutionner l'image de la marque, mais ce modèle se situe au confluent de plusieurs impératifs qu'il n'est pas toujours aisé de concilier. Ainsi, il fallait renouveler un véhicule qui, après avoir connu huit années plutôt fastes, commençait, du propre aveu de Christophe Bouiller, chef du département produit de Volvo France, "à s'essouffler, comme en témoignent ses résultats commerciaux en demi-teinte en 2003". A titre indicatif, sur les trois premiers trimestres de 2003, Volvo n'avait vendu que 417 S40 dans l'Hexagone. Par ailleurs, après avoir remis au goût du jour l'ensemble de ses véhicules, Volvo devait impérativement combler la lacune que représentait désormais son entrée de gamme. Enfin, la direction du constructeur scandinave avait identifié une nouvelle tendance marketing à prendre en considération. "De plus en plus de gens envisagent l'achat de voitures de gabarit inférieur, mais lorsqu'il s'agit d'acheteurs de véhicules haut de gamme, un important dilemme se fait jour. En effet, cette clientèle ne supporte pas le compromis et n'accepte de descendre en gamme que si elle ne perd rien au passage", explique Hans-Olov Olsson, Président-directeur général de Volvo Car Corporation.

Sans céder de terrain sur le confort et la sécurité, la S40 a relevé le défi de la compacité

D'une manière générale, la copie rendue par Volvo est de fort bon aloi. La nouvelle S40 est plus courte que sa devancière (- 48 mm) tout en étant légèrement plus haute et large, ce qui lui permet d'embarquer tous les équipements spécifiques au haut de gamme et de rester spacieuse. Ainsi, au niveau de la sécurité, cheval de bataille historique de la marque, cette nouvelle mouture a été notablement améliorée. Afin d'optimiser les réactions de la voiture face à d'éventuelles

TARIFS

  • De 22 100 € (puis 20 600 € fin 2004) à 34 950 €
  • Diesel 2.0 L 136 ch : de 24 250 € à 29 750 €
  • déformations, la structure de la S40 est devenue un savant patchwork d'aciers, alliant le matériau classique aux dernières générations HTLM, et le bloc avant a fait l'objet d'un traitement sécuritaire spécifique. Par ailleurs, la rigidité torsionnelle de la carrosserie a été améliorée de 68 %. Ce dernier élément a aussi des effets positifs sur le confort de conduite. De ce point de vue, la S40 est irréprochable et, dans l'habitacle, une mention spéciale peut être décernée aux sièges en Data Trico-tec, une nouvelle matière issue de l'univers du sport de haut niveau. Au chapitre des motorisations, la S40 sera lancée au mois de mars avec une offre en triptyque : 2,4 l essence 140 ou 170 ch, T5 essence 220 ch, et 2,0 l Diesel développant 136 ch. Suivront ensuite un 1,8 l essence de 125 ch en été, puis un 1,6 l essence de 100 ch et un 1,6 l Diesel de 107 ch à la fin de l'année. L'offre se révèle donc complète même si, en France, le constructeur compte réaliser 80 % de ses ventes en Diesel. Bref, la nouvelle S40 est une composition à la fois sérieuse et séduisante, qui a su tirer profit de certaines mises en commun au sein du groupe Ford. En revanche, l'exercice de style qu'elle représente laisse un tantinet dubitatif. Bien sûr, la console centrale autonome et décrochée constitue un joli trait de style, mais in fine, cela tient de l'anecdote. D'autant que l'habitacle reste délibérément sobre et fidèle à des volumes très classiques. Vue de l'extérieur, la S40 ne réserve aucune surprise, en reprenant scrupuleusement l'ADN des S60 et 80. Les designers de la marque ont beau nous dire qu'ils se sont inspirés de chaises, d'une télécommande télé rectangulaire, d'un rasoir électrique ou encore d'un grille-pain, leur inventaire à la Marcel Brodthaers accouche bel et bien d'une petite jumelle. Cette objection ne signifie nullement que le design global n'est pas plaisant, mais en revanche, on peut se demander comment un concessionnaire va faire pour positionner la S60 entre cette nouvelle S40 très aboutie et la S80 très haut de gamme...

    En 2004, Volvo table sur 1 800 ventes de S40 en France et 70 000 dans le monde

    Visiblement peu angoissé par la question, Volvo compte vendre dans l'Hexagone 1 800 S40 en 2004,

    ZOOM

    La S40 élit domicile en Belgique

    Volvo met fin à son activité de production sur le site de Born aux Pays-Bas et la nouvelle S40 sera fabriquée dans l'usine Volvo Cars de Gand, en Belgique. Volvo a d'ailleurs investi 340 millions d'euros dans cette usine qui jouira d'une capacité de production annuelle de 270 000 voitures.
    sur 9 mois d'exploitation, puis 2 400 en année pleine. "Nous pourrions raisonnablement annoncer un objectif plus élevé, mais nous savons aussi que Volvo cultive la particularité de vendre plus de haut de gamme que de début de gamme", précise Christophe Bouiller. A l'échelle mondiale, Volvo espère livrer 70 000 Volvo, dont 20 000 aux Etats-Unis, 5 000 en Suède, 4 000 en Allemagne et en Angleterre, et 3 000 en Espagne. En premier lieu, Volvo souhaite fidéliser ses clients tout en rajeunissant sa clientèle, un objectif déjà atteint en partie outre-Atlantique. Hervé Rollet, directeur des ventes et marketing Volvo France, reste néanmoins prudent : "Il est difficile d'assurer que nous allons rajeunir notre clientèle avec la S40. Disons que nous voulons séduire la "modern family", un concept mouvant malaisé à définir. Donc, soyons francs et prosaïques, la S40 doit élargir le spectre potentiel de notre clientèle." Parallèlement, Volvo veut conquérir des clients de marques généralistes du segment M1/M2 (Renault Laguna, Alfa Romeo 156, Volkswagen Passat), de marques spécialistes de ces  mêmes segments (Audi A4 Diesel 100 et 130 ch, BMW 318D et 320D, Audi A3, Alfa Romeo 147, Volkswagen Golf). Une ambition à la portée de la S40 qui sera commercialisée au tarif compétitif de 24 250 € en Diesel et qui peut faire la différence grâce à son niveau d'équipement.

    Alexandre Guillet

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Mondial 2016 : le Top 3 des recherches sur Google

    Pendant toute la durée du Mondial de l'Automobile de Paris 2016, Google nous livre en exclusivité les tendances liées à cet événement avec les modèles les plus recherchés.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

    Oil Factory c’est fini !

    Le site BtoB de vente en ligne de lubrifiants a mis fin à ses activités durant l’été. La fin d’une aventure digne d’intérêt, ne serait-ce que par son exclusivité sur le secteur, qui avait

    Le réseau multimarque organisait, dans son fief de Saint-Herblain, la sixième édition de sa Distinxion Académie, journées destinées à former les membres du réseau. L'occasion de faire le point

    Extension de garantie revisitée, location d'accessoires, vente en ligne, labels carrosserie et vitrage… Le service après-vente de Skoda France prépare un solide plan de bataille à mettre en action

    Grand Prix des Marques Automobiles 2016 : et les gagnants sont...

    Evénement mesurant l’attachement des clients VN à leur marque, la dernière édition du GPMA voit BMW triompher. Le constructeur allemand s'octroie ainsi quatre des huit prix mis en jeu. Le palmarès

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page