Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Saab 9.3 Cabriolet : Den svenska sommaren - l'été suédois

Saab 9.3 Cabriolet : Den svenska sommaren - l'été suédois

Après dix ans de bons et loyaux services, une nouvelle génération du cabriolet 9-3 débarque en France. Véritable cabriolet 4 places et véritable Saab, cette nouvelle génération permet également au constructeur d'être plus ambitieux. Six, c'est le nombre d'exemplaires vendus du premier cabriolet...

...Saab en 1956. Le Sonett 1, qui était en fait un roadster, ne connaîtra pas un grand succès, mais le constructeur suédois s'est rattrapé trois décennies plus tard. L'année 1983 marque le réel point de départ pour les Saab Cabriolet. A cette date, la 900 Cabriolet apparaît et 49 000 exemplaires seront vendus jusqu'en 1993. La génération suivante, commercialisée de 1994 à 2003, sera la confirmation pour Saab car le succès est réellement au rendez-vous : 140 500 unités seront écoulées dans le monde. Mais cette génération a également eu la particularité de changer de nom au cours de son existence, passant de 900 à 9-3, préparant ainsi le terrain à la troisième génération commercialisée aujourd'hui. Au fil des années, cette carrosserie s'est imposée dans la gamme pour y prendre de plus en plus de place. La 900 Cabriolet représentait environ 14 % des ventes du modèle avec un total annuel de 7 000 unités. Avec la deuxième génération, la part du cabriolet est montée à 24 % avec 15 500 ventes par an. Avec la 9-3 Cabriolet cuvée 2003, la part de cette carrosserie devrait encore gagner du terrain car le constructeur annonce un objectif mondial compris entre 23 000 et 25 000 unités. Dans l'Hexagone, les chiffres sont plus mesurés avec un objectif de 500 unités en année pleine, ce qui représente moins de 10 % du mix de la gamme 9-3, contrairement à l'Italie ou à l'Angleterre où près d'une Saab sur deux vendues est un cabriolet.

200

C'est le nombre de Saab neuves (autant de VO) que vend chaque année la concession Saab de Tours. Propriété de Christian Chassay, cette concession 100 % Saab Unlimited est superbe. Cette cathédrale de verre fait partie du Top 5 des concessions européennes toutes marques confondues du groupe GM.

4 vraies places au soleil en 20 secondes

Face à une concurrence qui a été renouvelée ces derniers mois, principalement avec le CLK, la Série 3 et l'Audi A4, la 9-3 Cabriolet se devait d'évoluer. Mais si les évolutions ont été nombreuses, l'esprit Saab a demeuré, invariablement. Ce dernier est constitué de trois piliers. Le premier repose sur un design d'avant-garde, distinctif, à l'esprit scandinave. Le deuxième fait appel à la sportivité, au plaisir de conduire, alors que le dernier met en avant la modularité et la polyvalence. Un triptyque que l'on retrouvera évidemment dans les modèles à venir, comme l'a confirmé Peter Augustsson, P-dg de Saab Automobile : "Le lancement de la nouvelle Saab 9-3 Cabriolet est la nouvelle phase du programme de nouveaux modèles lancés par Saab, chacun représentatif du caractère sportif et multidynamique qui fait la spécificité de la marque." En Europe, la version de série du concept 9-3 Sport Hatch devrait être la prochaine déclinaison de ces thèmes. En attendant, revenons à cette version cabriolet de la 9-3. Le design, élément subjectif par excellence, est sans réelles surprises, ceux qui aimaient la 9-3 berline ne seront donc pas contrariés, quant à ceux qui ne l'aimait pas, ils devraient camper sur leur position. Esthétiquement, Saab a choisi de rester fidèle à une capote en toile, triple épaisseur, qui isole parfaitement les quatre passagers tout en conservant une ligne fluide. Toutefois, cette capote n'étant pas destinée à rester fermée en permanence, une fois les beaux jours de retour, seulement 20 secondes sont nécessaires pour inonder cet habitacle de soleil. Toujours au chapitre de la séduction, si "l'intemporalité sans ostentation" du style Saab ne faisait pas effet, le constructeur suédois compte également sur le comportement routier et les mécaniques de son cabriolet.

Zoom

Saab en France

A fin septembre, Saab France est à - 20,9 % sur un marché à - 7,2 %, on ne peut donc pas dire que ces chiffres soient bons. Toutefois, selon Stéphane Chauville, directeur des ventes et après-vente de la marque, il faut les relativiser. "Cette année nous avons fait zéro location courte durée, alors que nous en avions réalisé 300 en 2002. De la même manière, nous avons réduit de plus de 30 % les préimmatriculations. Si nous avions continué à appliquer cette même politique en 2003, nos résultats afficheraient seulement un recul de 2 %." Pour le directeur des ventes de Saab, il s'agit d'une politique d'assainissement pour que le réseau ne soit pas pénalisé, notamment par des buy backs, alors que de nouveaux modèles arrivent.

Déjà une centaine de commandes

Et dans ce registre, Saab en général et la 9-3 en particulier ont des atouts à faire valoir. Le cabriolet repose sur la plate-forme de la berline qui a subi, cabriolet oblige, une cure de renfort pour arriver à une très bonne rigidité structurelle. A titre de comparaison, ce cabriolet est plus rigide que la deuxième génération de berline 900. Les trains roulants sont aussi issus de la berline où l'on avait pu découvrir à l'arrière l'essieu réactif ReAxs (JA N° 830). Quant aux mécaniques, il s'agit en fait d'un même bloc, un 2 l tout aluminium, proposé en trois versions offrant 150, 175 et 210 ch. Même le 1,8 t affiche une cylindrée de 1 998 cm3. Le marketing a des lois que la mécanique ne comprend pas. Et pourtant, ces mécaniques peuvent être un point de critique face à la concurrence qui propose des 6 cylindres. Mais aux 2 cylindres supplémentaires, Saab répond, par tradition, avec un turbo. Avant de voir apparaître le porte-drapeau, la version Aero (210 ch), en février prochain, la gamme cabriolet s'articule aujourd'hui autour des motorisations 150 et 175 ch. Ce dernier devrait d'ailleurs en être le cœur. Les premiers chiffres semblent le confirmer car durant les dernières semaines, lors des présentations à la clientèle dans les concessions, cette version dominait effectivement dans la centaine de commandes déjà enregistrées. Une concession a même réussi à signer cinq bons de commandes en une soirée. Il semble donc que le président de Saab Automobile, Peter Augustsson, ne se soit pas trompé en lançant lors de la présentation du modèle : "Nous croyons sincèrement qu'elle ira au-delà des attentes - pourtant exigeantes - de nos clients." La clientèle Saab ne l'a donc pas fait mentir, mais le constructeur compte également sur un taux de conquête de 60 %. Fabriqué chez Magna Steyr Fahrzeugtechnik, près de Graz en Autriche, le nouveau cabriolet 9-3 vise la première place du segment des cabriolets 4 places. Un Diesel pourrait l'aider dans cette quête, mais, pour l'heure, même si la porte n'est pas fermée, ce n'est pas d'actualité. En attendant, l'été sera chaud.

Christophe Jaussaud

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page