Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Vedecom Tech expédie une Zoe autonome en Australie

La Zoe a été acquise par l'autorité de régulation des transports australienne pour le compte de l'université du Queensland.

Vedecom Tech expédie une Zoe autonome en Australie

Ce 6 juin 2019, Vedecom Tech a remis les clés d'une Zoe autonome à une équipe de chercheurs australiens. Un événement très symbolique pour la structure commerciale de Vedecom.

 

De mémoire d'industriel, il y avait quelque chose d'inédit dans l'air. La livraison de la Zoe autonome de niveau 4 qui a été réalisée ce 6 juin 2019 à Versailles-Satory par Vedecom Tech constitue l'une des toutes premières commercialisations de voiture autonome dans le monde. Pour la structure commerciale de Vedecom, la cérémonie était en tout cas pleine de sens car il s'agit du premier contrat obtenu hors d'Europe. Le nouveau propriétaire étant l'autorité de régulation des transports australienne qui la confiera au Queensland University of Technology (QUT), l'université australienne spécialisée dans la haute technologie.

 

Cette Zoe autonome servira en effet dans un programme de recherche qui se veut un complément des travaux menés par Vedecom en France. A ce titre un accord a été signé entre les deux parties pour entériner le projet de collaboration. Les membres de QUT auront la possibilité de rentrer dans le fonctionnement du véhicule, de ses équipements et sous-systèmes (intelligence artificielle, capteurs, logiciels…). "Ils seront à même de le modifier et de réaliser des plans de test comparables avec ceux de Vedecom, en vue d’une coopération scientifique approfondie", disait-on du côté français. Un argument qui a fait basculer la négociation, selon les représentants australiens.

 

Une conduite plus naturelle

 

"Pour parvenir à ce niveau, il faut une profonde collaboration avec le constructeur de la voiture, commente pour le Journal de l'Automobile, Stéphane Rabatel, le président de Vedecom Tech. Après avoir acheté la voiture en point de vente, nous nous sommes rapprochés de Renault Tech qui a accepté d'ouvrir l'accès aux données techniques". Vedecom Tech intervient en tant qu'intégrateur, en s'occupant d'abord de la robotisation avec Renault Tech (actionneurs des pédales et de la direction), puis en ajoutant les éléments de perception de son catalogue (radars, lidars, caméras…) avant de créer enfin du lien entre tout cela grâce aux avancées de l'Institut Vedecom en matière de maitrise de l'architecture électronique.

 

Un ensemble de tâches complexes et d'instrumentation à forte valeur ajoutée. Pas étonnant alors que la facture comporte a minima sept chiffres. Mais à ce prix, la voiture rivalise avec les navettes autonomes, dont Vedecom dispose également pour ses expérimentations. "Nous ajoutons un système de tracking des objets. Quand une navette réalise des photographies toutes les millisecondes pour déterminer son environnement et agir, la Zoe suit en permanence les véhicules et objets comme le fait un cerveau humain, explique Stéphane Rabatel. Elle se conduit donc de manière plus naturelle".

 

Avec sa voiture, Vedecom Tech cherche à attirer d'autres clients. Les cibles privilégiées se trouvent dans les rangs des constructeurs, des équipementiers et des centres de recherche notamment. "Deux prospects ont témoigné leur intérêt", confie Stéphane Rabatel.  A l'heure actuelle, seule la marque Renault – membre fondateur de l'Institut Vedecom – a atteint ce niveau contractuel de partage d'informations. Il conviendrait donc d'en attirer d'autres afin de composer une offre élargie. La Zoe livrée arrivera quant elle sur les terres australiennes à la fin de l'été. Après quelques cérémonies officielles d'usage avec des membres du gouvernement, la citadine électrique commencera alors sa carrière d'instrument de laboratoire.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
PSA : Trémery passe à l'électrique

Alors que les premiers modèles à batterie de PSA sont dans les starting-blocks, l'appareil industriel du français s'adapte logiquement à ces nouvelles offres. Le site de Trémery, champion des blocs

Car Avenue se structure au Luxembourg

L’opérateur a posé les premières pierres de sa future concession regroupant Peugeot, Citroën et DS. Les trois marques devraient générer sur ce site 3 600 ventes en année pleine.

Jean-Dominique Senard (Renault) :

Pour la première fois, Jean-Dominique Senard, président de Renault, a dirigé l'assemblée générale des actionnaires du groupe. Une réunion très attendue où près de 900 actionnaires ont fait le déplacement

Eden Auto en passe de reprendre le groupe Pigeon

Rebondissement dans la vente du groupe Pigeon : convoité par Tressol-Chabrier, l’opérateur devrait finalement passer dans le giron du groupe Eden Auto. Cette opération permettrait au distributeur

Renault soucieux de préserver son influence

Malgré les tentatives de Bruno Le Maire d'apaiser les choses, Renault menace, selon Nissan, de bloquer une réforme de la gouvernance du nippon. Le français y voit un risque de perte d'influence.

Verbaere s’implante dans la Marne avec Seat et Skoda

L’opérateur annonce la reprise de Reims Champagne Auto, distribuant les marques Seat et Skoda. Cette opération lui permet de poser des jalons sur un deuxième et nouveau département : la Marne.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page