Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le groupe Gueudet confirme son intérêt pour la pièce multimarque

Gueudet a mis la main, en mai dernier, sur l'un des plus importants distributeur de pièces de rechange multimarque

Le groupe Gueudet confirme son intérêt pour la pièce multimarque

Selon les informations de nos confrères de Zepros Auto, l’opérateur amiénois est l’heureux propriétaire, depuis le 23 mai dernier, du distributeur de pièces de rechange Delestrez, également basé en Picardie.

 

Les grandes manœuvres des distributeurs automobiles en matière de distribution de pièces de rechange se poursuivent. Alors que PSA, à travers Distrigo, et Renault, via le groupe Bodemer, ont désormais chacun officialisé leur stratégie en la matière, faisant naître partout en France des plateformes opérées par un ou plusieurs distributeurs, les initiatives se multiplient autour de la pièce multimarque. Après Emil Frey France (PGA Motors à l’époque), qui a ouvert le bal en 2016 en rachetant Flauraud, c’est aujourd’hui au tour du deuxième opérateur français de se pencher sur cette potentielle manne de revenus : le groupe Gueudet.

 

Selon les informations de nos confrères de Zepros Auto, l’opérateur amiénois se serait emparé fin mai 2019 de l'activité pièces de rechange de Delestrez, lui aussi basé en Picardie. Adhérent historique Groupauto, le distributeur de pièces détient cinq sites situés dans l’Oise (60) et la Somme (80), réalisant 19,2 millions d’euros de chiffre d'affaires. Un volume qui l'a d'ailleurs placé à la 24e place des distributeurs PR les plus importants en France, selon le top 100 édition 2018, dressé par Zepros Auto.

 

Gueudet renforce sa position d’incontournable

 

Pour Gueudet, cette superstructure vient donc s’ajouter à la plateforme de distribution de pièces de rechange Distrigo de Bussy-Saint-Georges, héritée du rachat en février 2019 du groupe Métin. Elle permet aussi à l'opérateur d'assoir sa position d’incontournable dans l’industrie automobile en confortant son organisation tentaculaire, déployée dans les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Normandie, Ile-de-France, et Auvergne-Rhône-Alpes, uniquement en Haute-Savoie.

 

Pour rappel, l’entreprise, dirigée par Cyril Gueudet, s’est positionnée deuxième de notre top 100 en 2019, derrière Emil Frey France, avec 53 000 véhicules neufs vendus, 47 000 modèles d’occasion écoulés à travers 100 sites principaux et 50 secondaires. Le tout, pour un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros, en hausse de 50 % grâce notamment à l’acquisition du groupe Métin, qui lui avait également donné l’opportunité d’ajouter à son portefeuille déjà conséquent quatre marques, Peugeot, Citroën, DS, Audi et Kia.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurecia déjoue les pronostics au premier semestre 2019

Dans un contexte de marché difficile, l'équipementier français a bien résisté. Son bénéfice net a progressé de 1 % au premier semestre, à 346 millions d'euros. Les volumes de ventes sont toutefois

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, qui entre en vigueur le 1er août 2019, se recentre sur les véhicules électriques et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et d'occasion émettant moins de 117 g de CO2 pourront

La nouvelle prime à la conversion entre en vigueur au 1er août 2019

Contre toute attente et sans concertation avec la filière automobile, le gouvernement a publié ce matin au Journal officiel les nouveaux critères d’accès à la prime à la conversion. Comme prévu,

Année noire en perspective pour le salon de Francfort

Grand-messe de l'automobile, en alternance avec le Mondial de Paris, le salon de Francfort va sans doute vivre sa pire édition en septembre 2019. La liste des constructeurs absents ne cesse de s'allonger.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page