Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volkswagen Eos le ton

Volkswagen Eos le ton

La longue histoire des cabriolets Volkswagen évolue avec l'arrivée de l'Eos, son premier coupé-cabriolet. Attendu depuis 2004 et le Concept C, il débarque avec de fortes ambitions malgré une concurrence toujours plus fournie. Le Concept C, présenté durant l'édition 2004 du...

...Salon de Genève, est enfin une réalité roulante. En effet, depuis le 1er juin, ce concept devenu l'Eos est venu perpétuer la tradition des cabriolets chez Volkswagen. De la Coccinelle à la Golf en passant par la Karmann Ghia, la marque allemande ne manque pas d'expérience. Toutefois, Volkswagen propose ici son premier coupé-cabriolet. Alors s'il est loin d'être un pionnier, l'Eos a néanmoins mis à profit ce retard relatif pour gommer certains défauts de ce type d'architecture. Produite au Portugal à une cadence annuelle qui devrait avoisiner les 50 000 unités, l'Eos débarque sur un segment qui a souffert en 2005. Mais cela ne devrait pas durer car la multiplication de l'offre devrait doper les ventes. En effet, après le restylage des pionnières, la 307 et la Mégane, Opel vient de lancer l'Astra TwinTop, Volvo la C70 et Ford lancera sa Focus CC en septembre prochain. Dans ce contexte, Volkswagen France compte séduire 2 500 clients dès cette année puis 3 500 à 4 000 en année pleine. Des volumes assez ambitieux pour le modèle en France où rappelons que les 307 et Mégane réalisent entre 8 et 9 000 unités chacune.

A la fois Golf et Passat

Il est donc bien fini le temps des Golf cabriolets. En effet, après avoir décliné sa berline en cabriolet jusqu'en 2003, en quelque sorte remplacée par la New Beetle Cab, Volkswagen a cette fois pris le parti de créer un modèle à part entière. Dans ses lignes essentiellement. Pour le reste, la Golf V a été la plus grande contributrice en offrant sa plate-forme, son train avant, ses mécaniques et nombre d'autres composants. La Passat a également participé puisque l'on retrouve son arrière. Une filiation technique qui se traduit par un comportement sain malgré une prise de poids importante. En effet, une Eos pèse environ 200 kg de plus qu'une Golf ! Les renforts nécessaires pour améliorer la rigidité de la caisse mais aussi les besoins de sécurité expliquent en partie ce chiffre. Le système de toit développé en collaboration avec Webasto y joue également un rôle important avec un poids total de 80 kg, dont 12 kg pour le seul toit ouvrant. Oui, ouvrant. Là où Renault avait sur sa Mégane CC un toit vitré fixe, Volkswagen y a ajouté du mouvement. Une première réussie tout comme le système complet d'ailleurs. Au-delà de sa complexité ou de ses cinq parties, ce dernier a le gros avantage de se faire oublier dans le design du modèle. Et sur ce point, les pionnières françaises prennent un coup de vieux ! Les coupés- cabriolets récents qui ont bénéficié de plus de temps et donc des avancées techniques en la matière peuvent se targuer de mieux intégrer cet élément dans le design. Ainsi les lignes de l'Eos sont équilibrées et harmonieuses. Pour autant le côté pratique n'a pas été sacrifié avec notamment une capacité de coffre de 205 litres en cabriolet et de 380 litres en coupé. Toujours dans ce chapitre, partir à quatre est possible mais il ne faut toutefois pas envisager 2 000 km ! Seuls

L'EOS EN BREF

  • Date de lancement :
    1er juin
  • Segment de marché :
    Coupés et cabriolets.
    50 300 immatriculations en France en 2005 soit 3 % du MTM
  • Objectif de ventes :
    2 500 en 2006.
    3 500 à 4 000 en année pleine
  • Les principales concurrentes de l'EOS TDi 140 Sport, 32 060 € :
    - Renault Megane CC 2.0 dCi 150 ch Sport Privilège : 30 340 €,
    - Opel Astra TwinTop 1.9 CDTi Cosmo150 ch : 28 500 €,
    - Peugeot 307 CC 2.0 HDi 136 ch Navteq : 30 650 €,
    - Volvo C70 D5 Momentum Geartronic 180 ch : 41 450 €
  • Les prix :
    27 140 € 1.6 16S FSi 115 ch;
    30 110 € 2.0 16S FSi Sport 150 ch ;
    31 010 € 2.0 16S TDi 140 ch Fap;
    34 070 € 2.0 16S TDi Carat 140 ch Fap;
    36 020 € 2.0 T 16S FSi Carat 200 ch
  • bémols : le toit ne peut être actionné qu'à l'arrêt et de l'intérieur du véhicule.

    Faire essayer le 2.0 Turbo FSi à tous clients entrant dans les showrooms devrait être une obligation pour le réseau

    A bord l'ambiance est sobre et cossue, l'équipement est complet avec dès le premier niveau de finition l'ESP et une climatisation régulée réagissant selon la configuration. Sous le capot, pas de surprises. Et tant mieux dans un sens. Pour l'indispensable Diesel, Volkswagen a choisi le 2.0 TDi Fap délivrant 140 chevaux. Une mécanique brillante, quoi qu'un peu bruyante, qui fait de l'Eos un coupé-cabriolet performant et sobre, sans toutefois en faire le "best in class". Concernant les motorisations essence, le choix est plus large avec 3 motorisations disponibles pour l'heure. En attendant le V6 3,2 l, de 250 chevaux, qui sera associé à la boîte DSG, la gamme essence est coiffée par le 2.0 Turbo FSi de 200 chevaux. Ce moteur déjà bien connu, notamment sous le capot de la Golf GTi, est un véritable régal. Alors il ne transforme pas l'Eos en Eos GTi mais les performances sont accompagnées d'un agrément sans faille. Faire essayer cette motorisation à tous clients entrant dans les showrooms devrait être une obligation pour le réseau ! On retrouve ensuite le 2.0 FSi de 150 chevaux et le 1.6 FSI de 115 ch. Malheureusement nous n'avons pu prendre le volant d'Eos en étant équipées mais il y a fort à parier qu'il faille privilégier la balade avec ces motorisations. Cette gamme essence devrait également être complétée cet automne par le petit mais remuant 1.4 TSi de 170 chevaux.
    L'Eos, alias la déesse grecque de l'aurore, symbolise également le renouveau de Volkswagen. Même si la marque a repris le leadership européen ces derniers mois, son offensive produit n'est aucunement remise en cause. En effet, Volkswagen s'apprête à lancer 20 nouveaux modèles dans les cinq années à venir. L'Eos ouvre la voie.

    Christophe Jaussaud

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Renault veut devenir la marque la plus verte du marché

    Luca de Meo, directeur général du groupe Renault, a détaillé l'avancée de son plan Renaulution avec l'électrification de 90 % de la gamme en 2030, sur la base notamment de sa technologie E-Tech.

    Le CNPA milite pour un maintien du bonus et le retour à une prime à la conversion massive

    Une réunion interministérielle doit se dérouler, vendredi 7 mai 2021, pour décider du maintien ou non du bonus écologique. Le CNPA souhaite garder les montants actuels jusqu'à la fin de l'année

    Le groupe Verbaere lance Unripe, sa marque de solutions de mobilité

    Le groupe nordiste Verbaere vient de lancer Unripe, une nouvelle marque dédiée à la mobilité douce, destinée à répondre aux besoins des sociétés. Présentation du concept avec le président du groupe,

    Les dix points marquants du marché automobile en avril 2021 : loin de 2019

    Le marché automobile français n’arrive toujours pas à retrouver son niveau d’avant-crise. En avril 2021, 140 426 voitures particulières ont été mises à la route, contre 188 195 deux ans plus

    Ouverture des showrooms automobiles le 19 mai 2021

    Il faudra attendre le 19 mai 2021 pour que les commerces et donc les showrooms automobiles puissent ouvrir leurs portes au public, sans rendez-vous préalable. Voici le calendrier de la reprise de l'activité

    Le gouvernement renforce son soutien à la filière automobile

    La mutation qui secoue l'industrie automobile, entre normes environnementales et crise sanitaire, oblige le gouvernement à renforcer sa copie du contrat stratégique de filière. Bonus pour les utilitaires,

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page