Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le Pole Mov'eo focalisé sur la consolidation

Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, accueillie par Marc Charlet, le DG du Môle Mov'eo, lors de la présentation de l Phase IV, en juillet 2018.

Le Pole Mov'eo focalisé sur la consolidation

A l'occasion de la tenue de la Semaine européenne de la mobilité (16-22 septembre 2019), Marc Charlet, directeur général du Pôle Mov'eo, dresse le bilan des actions menées dans un contexte qui lui est favorable.

 

Le vent en poupe. A la veille du coup d'envoi de la Semaine européenne de la mobilité (16-22 septembre), le moins que l'on puisse c'est que les pôles de compétitivité engagés dans la filière profitent d'un courant favorable. Le Pôle Mov'eo n'échappe pas à la tendance. Alors que la Phase IV du développement vient de débuter, Marc Charlet, le directeur général de l'institution, se félicite de constater "une augmentation des échanges entre les industriels et les représentants de territoire".

 

Dans ce contexte, la priorité du Pôle Mov'eo est donnée à la consolidation. Après avoir voté, en juin dernier, la fusion avec l'Association régionale des industries automobiles de Normandie (ARIA Normandie) et le Réseau automobilité & véhicules en Ile-de-France (RAVI), la concrétisation du mouvement devrait intervenir en novembre prochain. "Nous serons alors en mesure d'industrialiser des projets, grâce à une maîtrise complète de la chaine de valeur, depuis la conception des produits, jusqu'à leur production", rappelle les enjeux Marc Charlet.

 

 

Les effets bénéfiques ne tarderont pas suivre. D'après le président du pôle, qui tend à faire de la vallée de Seine un territoire d'excellence, ce futur cadre de travail va engendrer une progression du chiffre d'affaires chez les membres, dès 2020. Et le terrain se prépare. Les équipes de Marc Charlet ont monté des dossiers dans plusieurs appels d'offres publics, notamment chez France Mobilités. "Ce sera toutefois une année compliquée pour la filière industrielle, frappée d'incertitudes, liées à la baisse des ventes de véhicules et aux changements de comportement des consommateurs", avertit-il.

 

Renforcer l'offre de formations

 

Sondé sur la question de l'électrification, le directeur général de Mov'eo juge que la marche arrière n'est plus possible. "Les technologies sont prêtes pour aider à baisser les émissions de gaz polluants, mais nous devons encore mesurer les niveaux d'acceptation", conditionne-t-il, tout en observant une appétence croissante pour les véhicules 100 % électriques. "On ne cache pas les impacts en amont et en aval, mais globalement le bilan écologique est bien plus favorable", ajoute Marc Charlet.

 

"Une mutation rapide qui prend de court beaucoup d'acteurs, souligne le président. Il y a un besoin d'accompagnement". Le Pôle Mov'eo prépare une stratégie qui constituera à construire des programmes de formation avec des partenaires, vendus sous forme de prestation aux industriels présents sur sa zone d'influence. Le projet est à l'étude chez les autorités compétentes. La réponse ne tardera pas à se faire connaître. 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Welcomcar inaugure un nouveau format de concession pour Seat

L’opérateur, désireux d’intensifier sa présence à Orléans, a opté pour un nouveau format de concession, adapté au centre-ville et sa clientèle. Son crédo : proposer notamment des services

Renault s'associe à Mobivia pour racheter Exadis

La maison mère de Norauto a confirmé l’information. Elle s’associe au constructeur en vue d’acquérir les 9 plateformes de pièces de rechange d’Exadis, filiale du groupe Laurent.

Livraison de pièces de rechange : Renault en porte-à-faux

Depuis le début de l’été, la plateforme principale du groupe Renault n’arrive pas à assurer les livraisons de ses pièces de rechange, provoquant la colère de son réseau. Renault répond.

Le groupe Maurin poursuit son offensive dans le réseau Volvo

L’opérateur a officialisé son intention de reprendre les affaires Volvo et Honda, situées à Aix-en-Provence. Une acquisition qui lui permettrait d'entrer dans le top 3 des distributeurs Volvo et d’ajouter

CO2 : l’industrie automobile à l’aune des 95 grammes

Les constructeurs sont désormais aux portes du défi imposé par l’Europe pour abaisser leur moyenne d’émissions de CO2. Bond du parc électrique, achat de crédits pollution, fusion…les spéculations

Le groupe GCA bâtit sa flotte d’ateliers mobiles

Le distributeur déploie sur sa zone de chalandise une flotte de camions aménagés en ateliers. Objectif, effectuer plus efficacement les campagnes de rappel et toucher une clientèle peu habituée des showrooms.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page