Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercedes Classe S : Irréprochable

Mercedes Classe S : Irréprochable

La nouvelle Classe S réussit des débuts fracassants avec des résultats commerciaux supérieurs aux objectifs de la marque. L'offre Diesel, un nouveau bloc six cylindres avec technologie CDI, tient notamment toutes ses promesses. Renouveler un modèle phare et historique, fut-il...

...cantonné sur le segment du très haut de gamme et réservé à une élite, n'a rien d'anodin. La nouvelle Classe S était donc très attendue. Surtout que Mercedes, dont les résultats et la politique de diversification n'ont pas toujours trouvé le point d'équilibre ces derniers temps, tient à maintenir Audi et BMW à distance sur ce segment. Surtout que François le Clech', directeur général de Mercedes Car Group France, rappelait récemment que ce modèle "nourrit l'imaginaire des clients de la marque et représente la substance de Mercedes". Présentée en grande pompe à Francfort et lancée en fin d'année dernière sous deux versions essence (S 350 et S 500), la Classe S a inauguré sa première année pleine avec le renfort d'une motorisation diesel. Un élément déterminant quand on sait que le taux de diésélisation du segment des berlines de luxe est de l'ordre de 70 % dans l'hexagone. Il s'agit d'un nouveau bloc six cylindres CDI de 235 chevaux. Par rapport à son prédécesseur, il gagne en puissance (+ 15 %) et en couple (+ 8 % de couple maxi).

50 000 Classe S  vendues en 8 mois !

Afin de répondre aux impératifs de réduction de poids, les ingénieurs de Mercedes ont doté ce V6 d'un bloc-cylindres en aluminium et de chemises en fonte grise coulée. Aboutissant à un ensemble

CLASSE S EN BREF

  • Date de lancement :
    disponible
  • Segment de marché :
    Berlines de luxe, 2 210 immatriculations en 2005
  • Objectif de ventes France :
    1 100 en 2006 (70 % en diesel)
  • Principales concurrentes :
    - Audi A8 3.0 TDI233 : à partir de 73 160 €,
    - BMW 730d BA : à partir de 72 700 €,
    - Volkswagen Phaeton 3.0 V6 TDI : à partir de 66 430 €
  • Prix : à partir de 77 000 € Classe S 320TDi
  • de l'ordre de 208 kg et à un bon rapport poids/puissance (0,83 kW/kg), ce qui garantit au moteur souplesse et agilité. Deux caractéristiques que le conducteur retrouve en toutes circonstances, même lorsque le grand vaisseau est un brin en déport (le cas est rare et les multiples dispositifs d'assistance à la conduite vous épargnent les sueurs froides…) ou sommé d'effectuer des changements de rythme subits et violents. Majestueuse sur voies rapides, royale à l'arrêt devant le Plaza Athénée, la Classe S se montre aussi souveraine sur les petites routes, cabossées ou non. D'autant que son confort acoustique, qui a fait l'objet de recherches spécifiques des bureaux d'études de la marque, est tout bonnement remarquable. Bref, inutile de gloser sur la maestria de cette nouvelle version diesel, si ce n'est pour souligner que Mercedes a repris une longueur d'avance sur la Série 7 de BMW et, dans un registre certes différent, sur l'Audi A8. Après quelques turbulences, Mercedes peut donc réaffirmer son savoir-faire dans le domaine du luxe et espérer conserver son leadership sur ce segment. Les résultats sont probants puisqu'en huit mois de commercialisation, 50 000 berlines ont d'ores et déjà été vendues ! En France, Mercedes tiendrait son objectif de 1 100 ventes en 2006, soit grosso modo 50 % de ce marché restreint.

    Pari gagné sur la consommation !

    Toutefois, certains esprits tatillons attendaient la Classe S CDI sur la question de la consommation. Ils n'auront pas le loisir de "tatillonner" bien longtemps. En effet, le modèle affiche une consommation de d'ordre de 8,5 l/100 km en cycle mixte. Comptez 10 l/100 avec une conduite un brin dynamique et encore un peu plus, naturellement, en ville. Ces performances tiennent principalement à la technologie de l'injection directe Common Rail de 3e génération. "Les électrovannes utilisées jusqu'à présent ont cédé la place à de nouveaux injecteurs piézo-céramiques dont la structure cristalline est capable de se modifier en quelques fractions de seconde sous l'effet d'une tension électrique", indiquent les ingénieurs de la marque. L'injection de carburant est donc beaucoup plus précise, grâce aussi à un mécanisme de coupure des conduits d'admission et à un nouveau calculateur électronique dédié à la gestion de toutes les fonctions moteur. La Classe S CDI se révèle donc assez économe et arbore aussi des valeurs d'émissions (oxydes d'azote, particules…) inférieures aux seuils de la norme Euro 4. Pour combattre encore plus efficacement les émissions de suie, Mercedes propose aussi en série, dans certains pays, un système de filtre à particules sans entretien. En somme, la nouvelle Classe S est bien armée pour faire aussi bien que sa devancière, vendue à plus de 500 000 unités dans le monde depuis 1998 !

    Alexandre Guillet

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Ventes/France : la

    Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page