Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie lors de la journée de la filière automobile organisée par le PFA.

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce au déplafonnement du malus dès 172 g de CO2.

 

« J’aime conduire et j’adore la voiture donc je ne fais pas partie de ceux qui réclame la fin de la voiture. La voiture, c’est la liberté » : dès son intervention, lors de la journée de la filière de la plateforme automobile, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a tenu à rassurer les représentants des 600 entreprises de la filière automobile présents à Bercy. Un message suivi de quelques annonces pour répondre aux attentes des industriels.

 

« Je suis garant que nous resterons fidèles au passé industriel de la France. Nous faisons face à un changement technologique parmi les plus importants de l’histoire de l’automobile, au moment même où le marché vit un retournement. Comme toujours, on doit faire le plus difficile au moment le plus compliqué. C’est un grand classique. Mais si nous ne faisons pas cela en même temps, nous serons déclassés », a précisé Bruno Le Maire en préambule.

 

Déplafonner le malus dès 172 g de CO2

 

Annoncée depuis quelques semaines, la décision de déplafonner le malus automobile a été confirmée. Une taxation supplémentaire sera donc mise en place avec le déplafonnement du malus à partir de 172 grammes de CO2. « Garder le même montant de malus au-delà de 172 g de CO2 est totalement injustifiable pour les Français qui font des efforts en faisant des acquisitions de voitures plus propres. D’ailleurs, aucun de ces véhicules ne sont construits en France et cela ne pénalisera pas l’industrie française » a justifié le ministre de l’Economie. Les recettes de ce déplafonnement sont estimées à 50 millions d’euros dont l’intégralité ira aux sous-traitants automobiles français.

 

Deux fonds de soutien aux sous-traitants automobiles

 

Ces deux fonds seront dotés chacun de 25 millions d’euros. Un pour accompagner la transformation de la filière et le tissu d’industriels afin de les aider à identifier les possibilités de diversifications. Le second soutiendra la trésorerie des PME et TPE. « Beaucoup de sous-traitants vont être en difficulté l’année prochaine et nous les aiderons à passer ce cap difficile. Ces 25 millions entreront dans un fonds qui va générer 200 millions de prêts », poursuit Bruno Le Maire qui demande également aux constructeurs et donneurs d’ordres de les aider à passer ce cap difficile.

 

Au-delà de ces mesures financières, le ministre de l’Economie a expliqué vouloir construire un nouveau modèle pour relocaliser des usines et des emplois sur le territoire français. Hervé Guyot, ex-directeur de la stratégie de Faurecia et un temps pressenti pour prendre la présidence de la Fiev, vient de se voir confier une mission d’évaluation sur les conditions de maintien de l’activité en France. Ce rapport devrait être rendu en avril 2020 avec les premières conclusions dans quelques semaines.

 

100 000 bornes coûte que coûte            

 

Si le ministre de l’Economie fait le pari des nouvelles technologies, il n’a pas manqué d’entendre les critiques concernant le plan d’installation des bornes de recharge pour le moins en retard. Aujourd’hui, seules 28 000 bornes sont implantées sur le territoire alors que 100 000 sont prévues en 2022. Le ministre a réaffirmé que toutes les mesures nécessaires seraient prises pour tenir ces engagements.

 

Visibilité fiscale sur trois ans

 

Après des annonces qui n’ont eu de cesse d’être modifiées, le gouvernement tente de fournir un calendrier à plus long terme. Bruno Le Maire a également précisé qu’Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique annoncera le calendrier des primes versées sur un temps plus long afin que les industriels soient informés en amont des décisions.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vers une usine de batteries PSA dans le Nord

Tous les voyants sont au vert pour l'implantation de l'usine de batteries PSA à Douvrin. Le conseil régional des Hauts-de-France vient de confirmer son soutien financier à un projet qui pourrait générer

Le conseil d'administration de Renault choisit Luca de Meo

Le constructeur français souhaite que Luca de Meo, actuel patron de Seat, soit son futur directeur général. Le conseil d'administration, réuni le 10 décembre 2019, s'est prononcé en ce sens.

Gérard Detourbet nous a quittés

Gérard Detourbet, considéré comme le père de la gamme low cost du groupe Renault avec les modèles Logan, Sandero, Duster ou Kwid, est décédé à l'âge de 73 ans. La nouvelle a été annoncée,

Paul Kroely inaugure son site Mercedes de Metz

Le groupe originaire d'Alsace-Lorraine a inauguré, le 5 décembre 2019, son nouveau site Mercedes de Metz (57). Véritable fleuron du groupe dirigé par Paul Kroely, il devient la référence du programme

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

L’impact du cycle WLTP sur les véhicules électriques

Jato s’est penché sur les caractéristiques de 23 modèles électriques avant et après l'entrée en vigueur du cycle WLTP. Sans surprise, leur autonomie a souvent été pénalisée, avec de fortes

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page