Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Véhicules d’occasion : le diesel résiste

En novembre 2019, la part de marché des VO diesel s'établit à 59 %.

Véhicules d’occasion : le diesel résiste

Alors que le marché de l’occasion progresse au mois de novembre 2019, les véhicules diesel profitent de l’essor, enregistrant même quelques centaines d’immatriculations supplémentaires par rapport à novembre 2018.

 

Avec 463 429 VO immatriculés au mois de novembre 2019, selon les données fournies par AAA Data, le marché progresse de 2 %, alors même que le mois comptait deux jours ouvrés de moins que novembre 2018. Et malgré les multiples incitations, notamment réglementaires, pour se détourner des véhicules roulant au diesel, il semblerait que cette motorisation résiste.

 

Selon AutoScout24, près de 273 200 VO diesel ont été immatriculés au cours du mois écoulé, soit plus de 300 unités qu'en novembre 2018. Certes le diesel perd un peu de terrain au niveau de sa part de marché mais celle-ci s’établit tout de même à 59 %. "La conversion vers les motorisations essence semble se ralentir et les motorisations diesel enregistrent une très légère croissance en volume", commente Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24 France.

 

En ce qui concerne les motorisations essence, avec plus de 179 000 VO échangés, sa part de marché s’établit à 38,7 %, toujours selon AutoScout24, contre près de 38 % au mois de novembre 2018. Selon Vincent Hancart, la ruée vers l’essence se stabilise et se fait de manière beaucoup plus équilibrée que ce que l'on a pu voir notamment l'année dernière.

 

Dans le détail, les ventes globales des véhicules âgés de 6 à 10 ans sont en perte de vitesse (-3 %), notamment car cette tranche d’âge est trustée par les VO diesel. "Environ 75 % des VO de 6 à 10 ans sont des diesel, c'est pourquoi ce segment continue à souffrir", explique le dirigeant d'AutoScout24. D'ailleurs les essence grapillent essentiellement des parts de marché sur cette tranche d'âge.   

 

Les VE en perte de vitesse

 

Concernant les motorisations alternatives, si l’hybride enregistre quelques centaines d’immatriculations supplémentaires, environ 7 000 contre 6 450 unités l’année dernière, sa part de marché reste stable à 1,5 %. En revanche l’électrique est en perte de vitesse et affiche quelques dizaines de secondes mains en moins par rapport à la même période l'année dernière.

 

Avec environ 1 760 VE vendus, l’électrique représente moins de 0,4 % de part de marché. Ce revers est vraisemblablement dû au manque d’offres sur le marché. "Les énergies alternatives marquent le pas après l’engouement observé au cours du dernier trimestre 2018, faute à des offres limitées, confirme Vincent Hancart. Plus que jamais, les stocks des professionnels doivent être en ligne avec la demande du marché qui évolue rapidement", prévient-il.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vers une usine de batteries PSA dans le Nord

Tous les voyants sont au vert pour l'implantation de l'usine de batteries PSA à Douvrin. Le conseil régional des Hauts-de-France vient de confirmer son soutien financier à un projet qui pourrait générer

Le conseil d'administration de Renault choisit Luca de Meo

Le constructeur français souhaite que Luca de Meo, actuel patron de Seat, soit son futur directeur général. Le conseil d'administration, réuni le 10 décembre 2019, s'est prononcé en ce sens.

Gérard Detourbet nous a quittés

Gérard Detourbet, considéré comme le père de la gamme low cost du groupe Renault avec les modèles Logan, Sandero, Duster ou Kwid, est décédé à l'âge de 73 ans. La nouvelle a été annoncée,

Paul Kroely inaugure son site Mercedes de Metz

Le groupe originaire d'Alsace-Lorraine a inauguré, le 5 décembre 2019, son nouveau site Mercedes de Metz (57). Véritable fleuron du groupe dirigé par Paul Kroely, il devient la référence du programme

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page