Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le marché automobile résistera en 2020

Le marché automobile résistera en 2020

Nombre de voyants sont passés à l'orange en 2019 pour le marché automobile mondial. De quoi laisser présager une année 2020 difficile ? Pas à en croire les prévisions de l’observatoire Cetelem qui table plutôt sur une stabilité.

 

Les vents contraires s'accumulent dans un secteur automobile tourmenté. Entre une fiscalité de plus en plus contraignante, notamment en Europe, une défiance générale envers l’automobile, mais aussi ces défis technologiques coûteux à relever, les acteurs ont effectivement de quoi s’inquiéter. Pourtant, tout n’est pas si noir, à en croire l’observatoire Cetelem, qui, comme chaque année, a présenté son bilan 2019 et ses prévisions 2020 à travers une étude réalisée en partenariat avec C-Ways.

 

Cette étude est tout d’abord venue confirmer les prévisions révélées il y a quelques jours par l’agence de notation Fitch pour 2019. Le marché automobile mondial devrait bien enregistrer sa seconde baisse consécutive, avec un recul estimé à 4,4 %, soit un peu moins de 62,9 millions de VP neufs écoulés. L’Europe, sur le périmètre des 27 + EFTA, afficherait un repli de 1,5 %, avec 15,4 millions d’unités écoulées, avec un marché français quasi stable, soit -0,2 % et  2 170 000 millions de VP neufs immatriculés.


"L'Europe a bien résisté"

 

Les plus gros reculs, causant cette diminution mondiale, sont prévus du côté de la Chine, avec -10 % et 21,3 millions d’unités, mais aussi des Etats-Unis, avec un repli de 1,5 % soit un peu moins 17,1 millions de véhicules commercialisés. "Le marché automobile a été difficile au niveau mondial, mais l’Europe a bien résisté", analyse Flavien Neuvy, directeur de l’observatoire Cetelem. Pas grâce à la demande des particuliers, constamment en baisse, mais bien grâce à des canaux tactiques actifs. "Nous voyons une rupture de la tendance haussière amorcée il y a 10 ans après la crise de 2008. Même si ce recul s’effectue sur un niveau élevé", reprend-il.

 

Un marché automobile stable en 2020

 

De mauvaise augure pour 2020 ? Pas selon l’observatoire qui anticipe un marché automobile mondial stable par rapport à l’année précédente, à environ 60,8 millions de VP neufs vendus, soit une différence d’un peu plus de 50 000 unités. « Une stabilité qui traduit un niveau élevé, très porteur », précise Flavien Neuvy. Tandis que le marché américain restera en repli de 2 % environ, le plus grand marché auto au monde devrait, selon les projections, repasser dans le vert. « Nous pensons que le plus dur est derrière nous en Chine et que la demande devrait repartir en 2020 », commente le directeur de l’observatoire.

 

Ce marché, dirigé par les autorités, pourrait bien profiter d’un coup d’accélérateur, par le biais de quotas plus souples par exemple. Tendance similaire en Turquie, qui, après une année noire notamment marquée par une crise monétaire sans précédent, devrait voir ses volumes légèrement croître.

 

Un recul de 3 % sur le Vieux Continent

 

Quid de l’Europe ? En prenant en compte les contraintes sur le plan du CO2, l’observatoire anticipe, toujours sur le périmètre des 27 + EFTA, un repli de 3 % à moins de 15 millions d’unités. Tous les principaux pays devraient connaître des reculs de leurs immatriculations, dont les big five, avec -2 % pour l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne, -5 % pour le Royaume-Uni. En France, compte tenu de la fiscalité, ce recul devrait atteindre environ 3 %. Ce qui n’empêchera pas le marché de rester à un haut niveau. « Chacun anticipe une année 2020 difficile, mais nous devrions rester au-dessus du cap des 2 millions, donc, au-dessus de la moyenne des 20 dernières années. C’est donc loin d’être la crise… du moins pour le moment ! », souligne Flavien Neuvy.

 

Même si l’année 2020 ne s’avère donc pas si difficile, reste tout de même plusieurs problématiques qui pourraient toutefois compliquer la vie des acteurs de l’auto dans les années à venir : si le « mur » CO2, n’aurait quasiment pas d’impact en 2020, la situation devrait être différente à partir de 2021. « Sans compter que les constructeurs devront s’adapter à la multitude d’usages qui seront fait dans les années à venir et ne pourront plus s’adresser de la même façon à ces clients. La voiture dans 10 ans ne sera par exemple  pas attendue de la même manière dans les grandes villes que dans les zones urbaines », conclut Flavien Neuvy.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vers une usine de batteries PSA dans le Nord

Tous les voyants sont au vert pour l'implantation de l'usine de batteries PSA à Douvrin. Le conseil régional des Hauts-de-France vient de confirmer son soutien financier à un projet qui pourrait générer

Le conseil d'administration de Renault choisit Luca de Meo

Le constructeur français souhaite que Luca de Meo, actuel patron de Seat, soit son futur directeur général. Le conseil d'administration, réuni le 10 décembre 2019, s'est prononcé en ce sens.

Gérard Detourbet nous a quittés

Gérard Detourbet, considéré comme le père de la gamme low cost du groupe Renault avec les modèles Logan, Sandero, Duster ou Kwid, est décédé à l'âge de 73 ans. La nouvelle a été annoncée,

Paul Kroely inaugure son site Mercedes de Metz

Le groupe originaire d'Alsace-Lorraine a inauguré, le 5 décembre 2019, son nouveau site Mercedes de Metz (57). Véritable fleuron du groupe dirigé par Paul Kroely, il devient la référence du programme

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page