Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel réduit encore la voilure en Allemagne

La production d'une Opel Insignia dans l'usine de Rüsselsheim.

Opel réduit encore la voilure en Allemagne

Avec la suppression de 2 100 nouveaux postes dans trois de ses usines allemandes, Opel souhaite améliorer sa compétitivité. Dans le même temps, le site de Rüsselsheim va accueillir la plateforme EMP2.

 

Alors que depuis 2017 et son rachat par PSA, les effectifs d'Opel ont déjà fondu de 6 800 personnes, le constructeur allemand vient d'annoncer, mardi 14 janvier 2020, la suppression de 2 100 postes supplémentaires en Allemagne à travers un plan de départs volontaires où les employés nés avant 1963 pourront prendre une retraite anticipée. Cela concerne les usines de Rüsselsheim, Eisenach et Kaiserslautern.

 

Il n'y aura pas de licenciement sur ces trois sites, ni d'ici à juillet 2025 d'ailleurs. Cela est inscrit dans un accord avec les syndicats qui doit permettre "une nouvelle et nette amélioration de notre compétitivité", a expliqué Michael Lohscheller, patron d'Opel, dans un communiqué. Cela étant, le constructeur et les syndicats ont convenu de la possibilité de supprimer 2 000 autres emplois, en deux tranches, d'ici à 2029.

 

Dans cette réorganisation, le site de Rüsselsheim bénéficiera d'investissements afin d'accueillir une partie de la production de la nouvelle génération de l'Astra (2021) et de sa variante break (2022). Le site proche de Francfort va ainsi produire sur la plateforme EMP2 du groupe PSA notamment synonyme d'hybridation rechargeable. Le deuxième site où sera produite la berline sera en revanche annoncé plus tard. PSA attend d'en savoir plus sur le Brexit et ses conséquences avant d'attribuer, ou non, une partie de la production à l'usine d'Ellesmere Port comme c'est le cas aujourd'hui.  

 

Les difficultés d'Opel s'inscrivent dans un contexte difficile pour le secteur automobile, qui traverse une transformation coûteuse vers l'électrique au moment où la baisse des ventes et l'incertitude commerciale affectent la rentabilité. Ces derniers mois, les grands groupes automobiles allemands ont déjà annoncé quelque 40 000 suppressions d'emplois pour faire des économies alors que la production dans le pays du secteur, longtemps pilier de l'industrie allemande, a reculé en 2019 à son plus bas niveau depuis 22 ans. (avec AFP).

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Eric Wepierre nommé à la tête de Mitsubishi Europe

Mitsubishi Europe annonce l’arrivée à sa direction générale d’Eric Wepierre. L’ex-patron d’Opel succédera, à compter du 1er février 2020, à Bernard Loire qui rejoint quant à lui Maserati.

Le groupe Como inaugurera un showroom EQ d'ici fin 2020

Pour mettre en lumière sa gamme 100 % électrique EQ, Daimler inaugure de nouveaux showrooms dédiés. L’un des premiers ouvrira ses portes à Paris, à l’initiative du groupe Como, distributeur d’envergure

Le groupe Dugardin entre chez Mitsubishi

Le groupe nordiste et la marque japonaise vont officialiser leur coopération naissante. Une première concession va ouvrir dans le fief du distributeur, près de Lille (59). D'autres inaugurations sont

Les ventes mondiales de PSA en berne

En 2019, le groupe français a vu ses ventes chuter de 10 %, à moins de 3,5 millions d’unités à travers le monde. Toutes les marques, sauf DS, sont dans le rouge, ainsi que la plupart des grandes

Vincent Cobee aux commandes de Citroën, Béatrice Foucher de DS

PSA vient d’annoncer deux changements majeurs au sein de son état-major. Vincent Cobee succède à Linda Jackson à la tête de Citroën tandis que Béatrice Foucher remplace Yves Bonnefont chez DS. Les ex-directeurs

Le groupe Sima entre dans les réseaux Hyundai et FCA

Représentant historique de PSA, le groupe Sima, dirigé par Franck Mariscal, débutera dans quelques jours la distribution de Hyundai dans le Nord, puis des marques Fiat, Fiat Professional et Abarth dans

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page