Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel Corsa : l'outsider de référence

Comme depuis 1982, la Corsa cuvée 2019 est fabriquée dans l'usine espagnole de Saragosse.

Opel Corsa : l'outsider de référence

Bien que jumelle technique de la 208, la nouvelle Corsa arrive à jouer une partition différente. Les sensations offertes, ainsi que son relatif classicisme et ses tarifs contenus, sont autant d'atouts pour la petite allemande.

 

Depuis son apparition en 1982, la Corsa a toujours été primordiale pour le constructeur au blitz. L'année dernière, elle représentait encore une Opel sur quatre vendues en Europe et cette part grimpait même à une sur trois en France. Et le rôle de cette sixième génération, dans le réseau français depuis le mois de novembre 2019, sera encore plus important à l'avenir. En effet, la Corsa est aujourd'hui la seule entrée de gamme d'Opel puisque les Karl et Adam ont disparu du catalogue tout comme le Mokka X dont la nouvelle génération, basée sur le nouveau Peugeot 2008, ne devrait pas être une réalité commerciale avant la toute fin d'année 2020.

 

Le retour du diesel

 

Sous le capot, pas de surprise puisque la Corsa hérite des mécaniques de PSA. Le 1.2 trois cylindres est décliné en versions 75, 100 et 130 ch (de 93 à 105 g/km). Le plus puissant étant systématiquement associé à la boite automatique 8 rapports EAT8 (en option sur le 100 ch). Des blocs essence qui devraient s'adjuger la grande majorité des ventes mais le diesel n'a pas dit son dernier mot. En effet, contrairement à la génération précédente qui ne disposait plus de ce type de mécaniques, la nouvelle Corsa est disponible avec le 1.5 100 ch (85 à 87 g/km) qui sera un atout indéniable dans la reconquête du marché des professionnels. La Corsa électrique sera également importante sur ce canal.

 

Cette gamme de mécaniques profite du travail réalisé sur le poids du modèle qui, sur l'entrée de gamme, a perdu 108 kg. L'utilisation de la plateforme CMP du groupe français en est une explication avec la caisse en blanc qui perd 40 kg, les moteurs 15 kg ou encore l'arrivée du capot en aluminium 2,4 kg plus léger. Même de nouvelles armatures des sièges permettent d'économiser 10 kg.

 

Pas de compromis

 

Une légèreté retrouvée au service de l'efficience et du dynamisme d'autant que pour cette génération les ingénieurs d'Opel ont pu, tout en partant d'une base PSA, jouer plus qu'à l'habitude la carte allemande car ils n'avaient plus de compromis à trouver. En effet, à l'époque GM, la Corsa était aussi vendue sous le blason Chevrolet dans des pays lointains aux caractéristiques techniques assez éloignées des souhaits des clients européens. Aujourd'hui, direction et suspensions ont été recalibrées pour que cette petite allemande offre des sensations typées outre-Rhin et différentes de celles de sa cousine française.

 

Ainsi, la petite allemande se montre plus communicative, même plus incisive, que la 208 qui privilégie le confort. Puis il y a surtout l'ambiance intérieure où Opel a fait le choix d'offrir une position de conduite et une instrumentation "classique" face à l'iCokpit Peugeot et son petit volant qui peuvent laisser perplexe. Ajoutez à cela une liste d'Adas et de technologies de premier plan, une différence de prix pouvant facilement dépasser le millier d'euros en faveur de l'allemande et vous comprendrez pourquoi la nouvelle Opel Corsa a toutes les chances d'être un succès.

 

 

-------------------------------

 

La Corsa e

A l'image de sa maison mère PSA, Opel a pris le tournant de l'électrification et la Corsa-e en sera l'un des fers de lance. Reposant sur la même base technique que sa cousine 208, l'Allemande proposera une version électrique équipée d'un moteur de 100 kW (136 ch) et d'une batterie de 50kWh permettant à la marque d'annoncer une autonomie de 330 km en cycle WLTP. Pour mémoire, la nouvelle Zoe pointe à 390 km. Le rôle de la Corsa-e sera important dans la réalisation, ou non, des objectifs de CO2. Opel France estime que ce modèle devrait représenter 9 % du mix, soit une électrique toutes les dix thermiques. IHS Markit annonce que la production européenne de cette variante électrique atteindra 32 000 unités en 2020 et 2021. La Corsa e se négociera, en France (hors bonus), à partir de 29 900 euros. L'objectif de vente ne semble pas insurmontable car la Corsa e, comme la e-208, ont le champ libre sur le segment B berline généraliste pour se faire une belle place. Il y a certes la Zoe, et bientôt la Twingo ZE, mais la Clio jouera la carte de l'hybridation en 2020, comme la future Yaris sans doute, et des versions 100 % électriques pour la Polo ou la Fiesta ne sont pas encore annoncées.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Robert Breschkow, Seat : Nous progressons deux fois plus vite que le marché

Depuis le début de l'année 2021, Seat surperforme avec une progression deux fois supérieure à celle du marché. Rencontre avec Robert Breschkow, le directeur de Seat France, à l’occasion du restylage

La vérité sur les marges de la distribution automobile

Le CNPA vient de réaliser une étude sur les coûts de la distribution en France. Loin des 30 % évoqués par certains constructeurs, cette analyse montre que la marge réalisée en moyenne par les réseaux

La Commission européenne signe la fin des moteurs thermiques en 2035

Bruxelles a publié son Pacte vert dans lequel la Commission européenne signe l'arrêt de la vente de véhicules à moteur thermique. Ce projet exclut donc les motorisations hybrides et hybrides rechargeables,

Hervé Miralles, Emil Frey France : Le modèle économique des groupes de distribution doit évoluer

La stratégie initiée par le groupe lui a permis d’amortir le choc subi par le secteur. Mais les règlementations dans l’industrie et la distribution obligent les distributeurs à revoir leur modèle.

Opel et son réseau en phase avec le plan de transformation de la marque

Retrouver la confiance du réseau et renouer avec la croissance, la mission confiée à Igor Dumas, nouveau directeur général d’Opel en France, n’est pas simple. Il confie au Journal de l'Automobile

Thomas Dubruel, Dacia :

Pour la deuxième fois en 2021, la Dacia Sandero a été la voiture la plus vendue dans l'Hexagone le mois dernier, devant la concurrence historique. A l’occasion de ces très bons résultats, rencontre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page