Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les mandataires et négociants rassurés par les propositions du gouvernement

Les mandataires et négociants rassurés par les propositions du gouvernement

Alors que l’activité des distributeurs automobiles indépendants se voyait menacée d'extinction par une lourde taxation des véhicules importés, professionnels et FNA ont obtenu du gouvernement des garanties plus avantageuses.

 

La distribution automobile alternative peut (un peu) souffler. La semaine dernière, le gouvernement lui annonçait en effet une bien mauvaise nouvelle. Les véhicules importés de pays européens puis commercialisés en France, et donc, dépourvus de certificat électronique e-Coc, allaient écoper d’un malus basé non pas sur leur niveau de CO2 mais sur leur puissance fiscale. Ce qui, au regard de la grille de malus concoctée à partir de cette puissance, a donné à la filière, et c’est un euphémisme, quelques sueurs froides.

 

Epaulés par des organisations professionnelles, ces acteurs sont montés au créneau auprès du gouvernement. Un effort qui n’a pas été totalement vain puisque les ministères de l’économie et des finances, de la transition écologique et de l’intérieur ont pu statuer sur quelques points auparavant extrêmement pénalisants. Trois cas de figures se détachent.

 

Le taux de CO2 des VN importés non immatriculés saisi manuellement

 

Pour les véhicules neufs importés mais jamais immatriculés, le taux de CO2 basé sur le cycle d’homologation WLTP sera donc finalement saisi manuellement pour obtenir le malus approprié. Une solution rendue possible par la volumétrie relativement contenue des véhicules concernés, mais qui doit tout de même rester transitoire pour la FNA. "Et cette transition doit se faire dans délai raisonnable, explique Aliou Sow, secrétaire général de la FNA. Nous souhaiterions qu’à compter du 1er juillet, chaque constructeur soit capable de fournir un e-Coc pour tous ses véhicules produits, quel que soit leur marché de destination."

 

Il est ainsi demandé aux constructeurs, capables techniquement de fournir ses e-Coc comme le prouve l’exemple de la France, d’anticiper une obligation qui n’interviendra pour leur part qu'en 2026… Autre demande du FNA, la mise en place d’un simulateur sur lequel professionnels et consommateurs peuvent se rendre compte plus facilement du montant du malus auquel est soumis le véhicule à partir de son grammage en WLTP.

 

Les VN déjà immatriculés basés sur le taux NEDC corrélé

 

Deuxième cas de figure, celui des véhicules importés, déjà immatriculés et qui ne sont donc de toute façon pas du tout éligibles au e-Coc, quel que soit leur marché de destination. Pour ces véhicules, le gouvernement suggère de se baser sur le taux de CO2 relevé selon le cycle d’homologation NEDC corrélé. Une solution jugée satisfaisante par les professionnels qui réclament tout de même une évolution du SIV leur permettant de renseigner de façon manuelle le taux de CO2 WLTP. Et ainsi, de calculer automatiquement le montant du malus basé sur la grille qui entrera bien en vigueur le 1er mars 2020, comme les trois ministères l’ont d'ailleurs bien confirmé.

 

"Les acteurs ont tous analysé la composition de leur parc et ont, pour la très grande majorité d'entre eux, constaté que la grille WLTP appliquée au 1er mars leur serait plus favorable que celle du 1er janvier", souligne Aliou Sow. D'ou cet empressement à pouvoir saisir, même manuellement, le taux de CO2 selon le cycle WLTP. Date programmée pour cette évolution du SIV : dernier trimestre 2020. Une échéance bien trop lointaine pour la FNA qui réclame une modification au 1er juillet.

 

Les véhicules homologués en NEDC toujours soumis au barème de la puissance fiscale

 

Enfin, troisième et dernier cas de figure : les véhicules immatriculés antérieurement et ne disposant pas de valeur WLTP. Sur ce sujet sensible, aucune avancée n’a pour le moment été permise. Ces véhicules verront bien leur malus se dessiner selon leur puissance fiscale. "Les trois ministères rencontrés n’ont pas été en mesure de statuer sur cette problématique, leur périmètre d’action se dessinant autour du e-Coc. Nous maintenons ainsi notre position sur ce sujet, le gouvernement doit revoir ce système, affirme Aliou Sow. Si ce n’est pas le cas, nous saisirons les institutions européennes », conclut-il.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
RRG lance un vaste plan de cession de 10 sites en France

Le constructeur entame la réorganisation de sa filiale de distribution. Dix sites de distribution sont en passe d'être cédés à des groupes privés tandis que l'immobilier du siège parisien sera vendu.

PSA engrange un bénéfice record en 2019

Le groupe automobile français enregistre un bénéfice de 3,2 milliards d’euros en 2019, en hausse de 13,2 %. La marge opérationnelle atteint 8,5 % aussi bien au niveau du groupe que de la division

Le Peugeot 3008 reste le véhicule le plus produit en France

Pour la deuxième année consécutive, le SUV Peugeot est le véhicule le plus produit dans l'Hexagone. Avec 245 932 exemplaires, il devance la Toyota Yaris et le Peugeot 2008.

Les comptes de Renault dans le rouge en 2019

Le groupe français a annoncé une perte de 141 millions d'euros au titre de l'année 2019. Pour la première fois depuis la crise de 2009, le constructeur perd de l'argent et doit mettre en place un vaste

Gilles Le Borgne, élu Homme de l'année automobile

Directeur de l'ingénierie du groupe Renault et membre du comité exécutif, Gilles Le Borgne a remporté l'élection de l'Homme de l'année, organisée par le Journal de l'Automobile. Les membres du jury

350 000 primes à la conversion accordées en 2019

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a tiré le bilan de la prime à la conversion en 2019. Résultat : un nombre record de dossiers, malgré le resserrement des conditions d'attribution,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page