Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La mobilité en toile de fond des élections municipales à Paris

La mobilité en toile de fond des élections municipales à Paris

Paris proche des villes asiatiques en termes de congestion automobile ? Le sujet, qui n'échappe pas aux débats pour les futures élections municipales, a été débattu par les six candidats à la mairie ou leur porte-parole. La voiture est en mauvaise posture.

 


L'image de la voiture polluante et congestionnante n'est pas prête de s'améliorer !  Lors d'une réunion organisée par le CCFA et l'Union Routière de France (URF) le 13 février 2020, les candidats à l'élection municipale pour la capitale (ou leur représentants) n'ont pas manqué de lister l'ensemble des actions pour améliorer la mobilité à Paris. Mais après deux heures et trente minutes de discussions, la congestion ne semble pas uniquement liée à la circulation mais également aux discours des politiques.  

 

Quelle gouvernance de la mobilité ? Quelle évolution des infrastructures ? Quelle place pour la voiture dans le Paris de la prochaine municipalité ? La liste des vœux pieux s'est allongée mais difficile d'y entrevoir des réponses claires et précises ou tout simplement chiffrées. Pourtant le constat est sans ambiguïté et rappelé lors de la présentation d'une étude réalisée par l'institut Kantar. Paris se situe au 10e rang sur 31 mégapoles en terme d'indice de mobilité mais au 21e rang pour la satisfaction, ce qui place la capitale au même niveau que les villes chinoises, selon Kantar.

 

De fait, si seulement 34 % des foyers sont motorisés dans la ville intramuros, cette part passe à 64 % pour les habitants de la petite couronne et progresse pour ceux de la 2e couronne pour atteindre 85 %. Or, la mobilité ne concerne pas que les Parisiens mais bien les habitants de l'Ile-de-France puisque durant de nombreuses années la mobilité n'a été envisagée que pour aller dans Paris même. 

"Aucun habitant n'est satisfait de la mobilité à Paris, qui est devenue la capitale européenne où il est le plus difficile à circuler avec 163 heures de bouchons en 2019 contre 150 en 2018 ", a déclaré Gilles Mentré, représentant de Rachida Dati (liste LR). Ce dernier, qui propose un Grenelle de la mobilité, se demande si la "diabolisation de la voiture est réellement la solution" ?

Visiblement elle l'est pour Jean-Louis Missika, adjoint d'Anne Hidalgo et candidate à sa réélection à la mairie de Paris. Pour ce dernier, le principal problème reste l'autosolisme dans la capitale et promet la création d'une zone à faible émission avec caméras de contrôle et PV à l'appui. Par ailleurs, Uber et Amazon peuvent s'attendre à payer également une éco-redevance. Considérés comme des "passagers clandestins de l''espace public, le porte-parole de la candidate estime que la livraison gratuite est une pure fiction qui doit cesser le plus vite possible." Mais que les autres candidats se rassurent, l'appel d'offre pour la transformation des bornes Autolib ou des trottinettes en libre-service est lancé mais la prochaine municipalité se chargera d'en choisir le vainqueur. 

 

Gaspard Gantzer, ancien conseiller de François Hollande et candidat également, propose de réduire encore la place de la voiture et de supprimer le périphérique qui "appartient aux parisiens et non aux banlieusards". La multiplication des bornes de recharge est également à son programme, sans autre précision. Si celle-ci reconnaît que la voiture incarne la liberté, le candidat souhaite que le nombre de déplacements en vélos passe de 5 à 20 % et propose une aide à la conversion pour les scooters vers l'électrique. Cédric Villani, candidat, va même jusqu'à chiffrer cette aide à 2000 euros. Ce dernier souhaite une meilleure régulation des travaux avec des méthodes plus rigoureuses de programmation. L'intermodalité des transports reste une action privilégiée, pour Sylvain Raifaud, également qui représentait le candidat écologiste David Belliard. Mais dans ce dernier cas, l'intermodalité ne prend en compte que le vélo, le trajet à pied ou les transports publics. La voiture même électrique ne trouve pas grâce.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
RRG lance un vaste plan de cession de 10 sites en France

Le constructeur entame la réorganisation de sa filiale de distribution. Dix sites de distribution sont en passe d'être cédés à des groupes privés tandis que l'immobilier du siège parisien sera vendu.

PSA engrange un bénéfice record en 2019

Le groupe automobile français enregistre un bénéfice de 3,2 milliards d’euros en 2019, en hausse de 13,2 %. La marge opérationnelle atteint 8,5 % aussi bien au niveau du groupe que de la division

Le Peugeot 3008 reste le véhicule le plus produit en France

Pour la deuxième année consécutive, le SUV Peugeot est le véhicule le plus produit dans l'Hexagone. Avec 245 932 exemplaires, il devance la Toyota Yaris et le Peugeot 2008.

Les comptes de Renault dans le rouge en 2019

Le groupe français a annoncé une perte de 141 millions d'euros au titre de l'année 2019. Pour la première fois depuis la crise de 2009, le constructeur perd de l'argent et doit mettre en place un vaste

Gilles Le Borgne, élu Homme de l'année automobile

Directeur de l'ingénierie du groupe Renault et membre du comité exécutif, Gilles Le Borgne a remporté l'élection de l'Homme de l'année, organisée par le Journal de l'Automobile. Les membres du jury

350 000 primes à la conversion accordées en 2019

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a tiré le bilan de la prime à la conversion en 2019. Résultat : un nombre record de dossiers, malgré le resserrement des conditions d'attribution,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page