Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
PSA ferme ses usines en Europe

Le site de Mulhouse va être le premier des sites PSA à être fermé dès le lundi 16 mars 2020.

PSA ferme ses usines en Europe

Le constructeur français a annoncé, le 16 mars 2020, la fermeture de l'ensemble de ses usines en Europe jusqu'au 27 mars. Les mesures de lutte contre le coronavirus se conjuguent avec des ruptures d'approvisionnement et la volonté de réduire les stocks.

 

A l'heure où la France approche d'un confinement général, il paraît difficile pour les constructeurs de maintenir la production dans leurs usines. Dans ce contexte, après FCA en Europe, Renault en Espagne ou encore Michelin, le groupe PSA a annoncé, le mardi 16 mars 2020, que ses usines européennes seraient toutes fermées d'ici la fin de la semaine.

 

"Du fait de l’accélération constatée ces derniers jours de cas graves de COVID-19 proches de certains sites de production, des ruptures d’approvisionnement de fournisseurs majeurs, ainsi que de la baisse brutale des marchés automobiles, le Président du Directoire, avec les membres de la cellule de crise, ont décidé le principe de la fermeture des établissements de production de véhicules, selon le planning suivant et ce jusqu’au 27 mars" a indique le constructeur dans un communiqué.

 

Dès aujourd'hui, Madrid (Espagne) et Mulhouse (France) stoppent leurs opérations. Demain, le 17 mars, ce sera au tour des sites de Poissy, Rennes, Sochaux (France), Saragosse (Espagne), Eisenach, Rüsselsheim (Allemagne), Ellesmere Port (Royaume-Uni), Gliwice (Pologne). Le 18 mars, Hordain (France), Vigo (Espagne), Mangualde (Portugal) viendront compléter la liste. Enfin, jeudi le 19 mars, Luton (Royaume-Uni) et Trnava (Slovaquie) seront à l'arrêt. PSA a logiquement indiqué que "la fermeture des usines de mécaniques et bruts serait ajustée en conséquense".

 

Une fermeture générale qui semblait se déssiner dès le début de la journée. En effet, "la direction a annoncé la fermeture de tous ses sites industriels dans les jours qui viennent, à commencer par celui de Mulhouse cet après-midi", avait indiqué à l'AFP Franck Don, de la CFTC PSA. "Les autres sites industriels suivront", a souligné Christine Virassamy, déléguée centrale CFDT chez PSA, en évoquant le "vent de panique qui secoue les salariés" face à l'épidémie de coronavirus dans l'Hexagone.

 

"Toutes les usines de PSA en France seront à l'arrêt demain soir", a affirmé Jean-Pierre Mercier, de la CGT. "Cela fait beaucoup de temps perdu pour la lutte contre le coronavirus et sa propagation, et pour défendre la santé des salariés", a-t-il regretté, jugeant que "la direction aurait dû prendre cette décision bien plus tôt".  Selon Franck Don de la CFTC, "le télétravail sur les sites tertiaires sera généralisé". (avec AFP)

 


 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Pas de Mondial de l'Auto à la porte de Versailles en 2020

Le Mondial de l'Auto, prévu du 29 septembre au 11 octobre 2020 à la porte de Versailles à Paris, n'aura pas lieu. Seuls les événements Movin'On, Smart City et les manifestations dans Paris sont, pour

Chômage partiel : comment ça marche ?

Quelles sont les conditions de mise en oeuvre du dispositif de chômage partiel ? Quels sont les motifs acceptés et qui peut en bénéficier ? Le CNPA a analysé l'ensemble des ordonnances parues au Journal

25 ordonnances pour la sauvegarde de l'activité économique

Le gouvernement a annoncé les 25 mesures qui viennent compléter l'état d'urgence sanitaire. Report de charges, étalement des dépenses, fonds de solidarité... Voici le détail des solutions économiques

Automobile : dans l'attente du décret sur le chômage partiel

Les réparateurs qui ne peuvent ouvrir faute de clients ou de protections suffisantes pourront-ils prétendre au chômage partiel ? L'inquiétude grandit dans les réseaux en attendant le décret d'application.

Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

D'après la FNA, 67 % des entreprises ont été contraintes de stopper leur activité et les trois quarts de leurs salariés ont été placés en chômage partiel. Le CNPA déplore quant à lui le manque

Le marché pourrait perdre trois quarts de son volume en mars 2020

Avec 59 493 immatriculations enregistrées au 17 mars 2020, celles-ci pourraient chuter de plus de 70 % sur le mois complet. En mars 2019, 225 818 cartes grises avaient été enregistrées.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page