Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
WinFlotte s’attaque aux flottes complexes

Le logiciel WinFlotte intègre de nouvelles fonctionnalités.

WinFlotte s’attaque aux flottes complexes

De nouvelles fonctionnalités viennent enrichir le logiciel de gestion de parc automobile édité par WinFlotte Management. Il est désormais possible d’y gérer les flottes les plus complexes.

 

WinFlotte Management apporte à intervalles réguliers de nouvelles fonctionnalités à son logiciel de gestion de flotte. La version 9 de l’outil fait aujourd’hui un grand pas en avant dans la possibilité de gérer des parcs automobiles dits complexes. L’éditeur prend l’exemple d’entreprises dont la car policy n’est pas gérée au niveau central mais déclinée par secteurs, par métiers ou encore par régions.

 

Le logiciel répond désormais à de telles problématiques puisqu’il est possible, pour un utilisateur, de créer plusieurs catalogues avec leurs propres catégories et choix de véhicules. Un plafond d’options peut être fixé pour chaque catégorie et les conducteurs bénéficient d’un accès personnalisé au catalogue pour choisir leur modèle. Le gestionnaire de la flotte peut en prime déléguer la validation des commandes à un, deux ou trois niveaux de responsabilité au sein de l’entreprise.

 

Place de marché

 

Une autre nouveauté est l’intégration dans l’outil d’une place de marché connectant les conducteurs, les gestionnaires de flotte et les loueurs longue durée. L’idée est de faciliter l’émission de devis en phase de pré-commande des véhicules. La place de marché envoie également, de manière automatique, les demandes de devis aux loueurs sélectionnés et elle en assure leur suivi. Un chat permet de discuter avec le loueur pour affiner les offres et des outils sont à disposition pour comparer les différentes propositions reçues. Une autre évolution à venir prévoit que l’utilisateur puisse intégrer des grilles de fluidité dans le logiciel pour être alerté en cas de dérive par rapport à la loi de roulage optimale.

 

WinFlotte va ensuite plus loin dans le domaine du reporting et de l’analyse grâce à son outil de Business Intelligence. Ce dernier compare jusqu’à 60 indicateurs sur une période de deux ans comme l’évolution du TCO, des frais de restitution ou encore de la transformation énergétique du parc. Les utilisateurs sont ainsi en mesure d’établir par ce biais des projections de budget prévisionnel. L’outil intègre en outre deux indicateurs assortis d’alertes pour les véhicules ou les engins soumis à une échéance obligatoire de contrôle technique.

 

D’autres développements interviendront d’ici la fin de l’année 2020. Il est notamment prévu que les utilisateurs puissent passer des commandes massives de véhicules pour gagner du temps lors des renouvellements de parcs.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé

Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page