Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Tous les détails de la nouvelle prime à la conversion

La nouvelle prime à la conversion concerne toujours les thermiques, dont les diesel.

Tous les détails de la nouvelle prime à la conversion

Les 200 000 primes à la conversion étant écoulées, le gouvernement a présenté une nouvelle mouture du dispositif, avec un accent sur les ménages aux revenus les plus modestes et les gros rouleurs.

 

A peine deux mois : c’est le temps qu’il aura fallu aux Français pour vider le réservoir des 200 000 primes à la conversion exceptionelles, instaurées dans le cadre du plan de relance de la demande automobile, en pleine crise sanitaire et économique. Ainsi, selon les projections du CNPA, sur la base des enquêtes menées auprès des professionnels, le quota de 200 000 véhicules serait atteint le 5 août, avec un rythme de ventes de véhicules éligibles moyen s’élevant à 3 348 par jour. Rien qu'en juin 2020 par exemple, 18 % du total des véhicules vendus ont bénéficié d’une prime à la conversion. Alors que toutes les aides seront très bientôt octroyées, il reste désormais une semaine aux concessionnaires pour prendre les commandes des clients et trois mois pour leur livrer leur véhicule, afin que ces derniers bénéficient de cette prime exceptionnelle.

 

Celle-ci fera effectivement place à une nouvelle mouture, instaurée à partir du 3 août, dont les modalités ont été annoncées par la ministère de la Transition écologique. Au programme : un barème identique à celui qui prévalait avant le plan de soutien, mais recentré les ménages les plus modestes, avec un revenu fiscal de référence seuil grandement abaissé par rapport à la mouture 2019. Consolation toutefois : l'aide est toujours octroyée aux thermiques, dont les diesel, contrairement aux rumeurs qui bruissaient ces derniers jours. "Afin de permettre au plus grand nombre de ménages de bénéficier de cette mesure, resteront éligibles pour la mise au rebut tous les véhicules classés Crit'air 3 ou plus anciens (à savoir les véhicules essence immatriculés avant 2006 et les véhicules diesel immatriculés avant 2011)", précise d'abord le ministère. 

 

Jusqu’à 3 000 euros pour un thermique

 

La prime exceptionnelle prévoyait 3 000 euros pour un véhicule essence ou diesel et 5 000 euros pour une électrique. Désormais, concernant les thermiques, les particuliers pourront bénéficier de 1 500 à 3 000 euros. Dans le détail, ceux dont le revenu fiscal de référence se limite à 6 300 euros ou 13 489 euros mais qui sont aussi considérés comme gros rouleurs (avec une distance entre le domicile et le lieu de travail supérieure à 30 km ou effectuant plus de 12 000 km par an dans le cadre de leur activité professionnelle avec leur véhicule personnel ), pourront bénéficier d’une aide de 3 000 euros pour l’achat d’un véhicule Crit’Air 1 (<137 g/km de CO2) ou Crit’Air 2 (<137 g/km et immatriculé pour la première fois après le 01/09/2019), contre la mise au rebut d’un véhicule Crit’Air 3 ou plus ancien.

 

1 500 euros d’aide sont accordés pour ceux dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 13 489 euros pour ces mêmes véhicules et pour les mêmes conditions. La règle reste inchangée pour les professionnels : aucune aide n’est prévue pour l’achat de thermiques.

 

Juqu’à 5 000 euros pour les VE et hybride plug-in

 

Concernant les véhicules électriques et hybrides rechargeables disposant de plus de 50 km d’autonomie, les aides peuvent atteindre 5 000 euros, pour ceux dont le RFR est inférieur à 6 300 euros ou 13 489 euros mais aussi considérés comme gros rouleurs. 2 500 euros sont accordés pour ceux dont le RFR est supérieur à 13 489 euros et pour les entreprises.

 

A noter que l’éligibilité à la prime à la conversion de la transformation d'un moteur thermique en un moteur électrique, au même titre que l'achat d'un véhicule électrique, est maintenue. La surprime de l'Etat d'au maximum 1 000 euros lorsque le bénéficiaire habite ou travaille dans une zone à faible émission (ZFE) est également toujours d'actualité.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé

Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page