Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Citroën C5 Aircross : enfin l'hybride !

La version PHEV du C5 Aircross ne sacrifie en rien son confort de conduite.

Citroën C5 Aircross : enfin l'hybride !

La marque aux chevrons inaugure sa gamme hybride rechargeable avec le C5 Aircross. Une technologie qui n’enlève (presque) rien au confort royal et à la modularité qu’offre le SUV, tout en lui permettant d’afficher un niveau de consommation intéressant.

 

Certes, Citroën est arrivé tardivement sur le segment des SUV compacts, mais il y a fait une entrée plutôt remarquée. Armé de son C5 Aircross, la marque aux chevrons n’a pas mis très longtemps à trouver sa place, avec 250 000 unités écoulées depuis son lancement en 2017, dont 70 000 dans l’Hexagone. Le SUV tout droit sorti de l’usine de Rennes, s’est ainsi imposé comme la deuxième meilleure ventes de constructeur l’an passé, mais s’est aussi placé en tant que deuxième SUV compacts préférés des Français, derrière son cousin le Peugeot 3008. Il lui manquait toutefois jusqu’à présent une technologie électrifiée dans l’air du temps.

 

Dire que l’hybride rechargeable était impatiemment attendu chez Citroën est un euphémisme. Non seulement parce que plusieurs concurrents – et surtout cousins – le proposent déjà depuis quelques temps, mais aussi parce que la marque entretien l’attente depuis plusieurs mois. Disponible à la commande depuis novembre 2019, le tout premier hybride rechargeable de la marque est enfin sur les routes aujourd'hui.

 

225 ch cumulés

 

Le C5 Aircross s’est positionné en tant que référence sur son segment pour deux particularités : sa modularité et son confort. La marque s’est attachée à préserver autant que faire se peut ces deux fondamentaux, malgré les contraintes que peuvent apporter l’électrification. Ainsi, le pack de batteries, logé en partie sous les sièges, n’a pas entaché la modularité et l’espace à bord du véhicule qui propose toujours trois vraies et confortables places à l’arrière, avec des sièges indépendants et coulissants. Le volume de coffre a toutefois été amputé de 100 l pour passer de 580 à 460 l.

 

A bord, apparaît une molette permettant de sélectionner les modes de conduite, électrique -actif jusqu’à 135 km/h -, hybride ou sport. S’ajoute aussi une touche permettant de visualiser les consommations et les flux d’énergies procurés par la technologique qui anime le C5 Aircross hybride rechargeable. Ce dernier reprend l’ensemble éprouvé par les Peugeot 3008 et Opel Grandland X, soit le bloc essence 1.6 l PureTech de 180 ch, associé à un moteur électrique de 110 ch (80 kW). Ce dernier, qui transfère toute l’énergie sur les deux roues avant, est alimenté par une batterie de 13,2 kWh. La batterie met entre 4 et 7 heures suivant le type de prise pour se recharger. Un délai qui peut toutefois tomber à moins de deux heures avec une Wall Box 32A.

 

Confort préservé

 

Poids des batteries oblige, les équipes de la marque ont dû modifier le calibrage des suspensions. Ce qui n’enlève pourtant quasiment rien au confort de conduite qui a fait la réputation du SUV. La différence avec la version thermique, bluffante de douceur et de confort, est à peine perceptible pour cette déclinaison hybride rechargeable, même chaussée de jantes de 19’’. Une qualité routière permise par les suspensions avec butées hydrauliques progressives, signature maintenant bien connue de Citroën. Confortablement installés dans les fameux sièges Advanced Comfort, d’ailleurs choisis par 90 % des acheteurs en thermique, le conducteur et ses passagers profitent, en prime du silence de roulage, permis par le mode EV, et de la conduite fluide… qui n’est toutefois pas synonyme d’apathique. Le SUV, de tout de même 1 770 kg sur la balance, parvient à offrir de belles reprises, notamment grâce au couple de 320 Nm, disponible immédiatement.

 

Pour tester à la fois l’autonomie électrique, homologuée à 50 km, et le mode hybride, nous avons choisi d’employer la fonction e-Save, permettant de conserver 10 ou 20 km d’autonomie. Ainsi, sur un parcours aux routes mixtes, le mode tout électrique, aidé de la fonction brake, s’est chargé de transporter deux personnes sur une trentaine de kilomètres environ, avant que le mode hybride prenne le relais. Sur un trajet d’une centaine de kilomètres, avec une réserve en électrique de 10 km, le C5 Aircross hybride a affiché une consommation moyenne de 4,5 l/100 km, sans pratiquer l’éco-conduite. Une moyenne donc, sans surprise, plutôt lointaine de celle affichée par le constructeur, soit 1,4 à 1,5 l/100 km pour 32 ou 33 g/km de CO2.

 

A partir de 39 950 euros

 

La gamme du C5 Aircross hybride se compose de trois finitions dont une entrée de gamme bien équipée, notamment en ADAS. Aux jantes alliage 18’’, la climatisation automatique bi-zone, le combiné numérique de 12,3’’, Citroën Connect Nav, l’aide au stationnement avant, la caméra de recul, l’accès et démarrage mains libres, s’ajoutent le chargeur embarqué de 3,7 kWh mais surtout, le pack Savety (alerte active de franchissement involontaire de ligne, l’alerte risque collision, reconnaissance des panneaux, système actif de surveillance d’angle mort). Cette entrée de gamme se négocie à partir de 39 950 euros, prix auquel peut être retrancher les 2 000 euros de bonus. C’est donc tout de même près de 3 900 euros de moins par rapport au 3008 hybride rechargeable de 225 ch, et 1 750 euros de moins que l’Opel Grandland X.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
LS Group en bonne voie pour entrer dans le réseau Volvo

L'opérateur a notifié auprès de l'Autorité de la concurrence son intention de reprendre le groupe Defrance Automobiles, marquant son entrée dans le réseau Volvo.

Hervé Miralles :

Le groupe Emil Frey France a ouvert le plus grand centre de reconditionnement de véhicules d'occasion en France à Ingrandes (86). A terme, plus de 30 000 véhicules seront rénovés dans cette usine

Automobile : ce que le gouvernement pourrait retenir de la Convention Citoyenne pour le Climat

Publicité sur les produits émetteurs de CO2, indemnités kilométriques, bonus sur les électriques neufs et d'occasion, création d’un malus basé sur la masse… Quels sont les points de la Convention

Le groupe Hess vise cinq sites Renault Retail Group

L’opérateur du Grand Est devrait finaliser, d’ici la fin de l’année 2020, l’acquisition de cinq sites appartenant à Renault Retail Group. Cette opération lui permettrait de faire son entrée

En 2022, les émissions de NOx devront être identiques en laboratoire et sur route

Les députés européens viennent de voter pour une correspondance parfaite des émissions de NOx en laboratoire et en conduite réelle dès le mois de septembre 2022.

Taxe selon le poids des véhicules ? Une mesure

Le secteur automobile se dresse vent debout contre la possibilité de durcir les règles du malus auto, en fonction de la masse des véhicules. Les professionnels de l'automobile dénoncent une mesure

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page