Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Altares redoute une accélération des défaillances début 2021

Le recul des défaillances d'entreprises ne serait pour Altares que l'arbre qui cache la forêt.

Altares redoute une accélération des défaillances début 2021

Les défaillances d’entreprises ont chuté durant le troisième trimestre 2020 dans tous les secteurs, y compris celui du commerce et de la réparation automobile. Mais le pire serait toutefois à venir début 2021.

 

"Les entreprises retiennent leur souffle, mais la proportion croissante de liquidations judiciaires inquiète", tel est le titre de cette nouvelle étude d’Altares, qui chaque trimestre, s’emploie a analyser l’évolution des défaillances d’entreprises en France. 

 

Avec une bonne nouvelle, de prime abord, pour ce troisième trimestre 2020. Le nombre de défaillances d’entreprises a augmenté cet été par rapport aux mois précédents, avec 6 702 procédures comptabilisées. Ce niveau reste toutefois très en-deçà de ce qui était observé sur la même période en 2019,  soit -35,4 %. Il faut ainsi remonter à plus de 30 ans en arrière, 1989 précisément, pour trouver des données aussi peu élevées sur 12 mois glissants a fin septembre. 

 

Moins de procédures, mais plus d’issues fatales

 

Tout n’est pas blanc toutefois : alors qu’elles représentent traditionnellement un peu plus de deux procédures sur trois (68,4 % à l’été 2019), les liquidations judiciaires ont concerné au 3e trimestre 2020 plus de 3 entreprises sur 4, soit 75,8 % des procédures. Tous secteurs confondus, les liquidations judiciaires ont représenté 5 081 sociétés. "Une tendance qui indique qu’à l’heure post-Covid, les entreprises se présentent devant le tribunal dans des conditions financières ne permettant plus d’envisager une poursuite d’activité", constate Altares. Moins de procédures donc, mais davantage d'issues fatales…

 

Le constat est similaire pour le secteur du commerce automobile. Selon les chiffes fournis par Altares, 312 entreprises de commerce et de réparation d’automobiles ont été concernées par une procédure durant le troisième trimestre 2020, soit un recul de 21,6 % par rapport à la même période de l’année précédente. Dans le détail, 6 entreprises ont fait l’objet d’une procédure de sauvegarde, 65 d’un redressement judiciaire et 68 d’une liquidation judiciaire. Ainsi, le taux de liquidation judiciaire atteint 77,2 %, au-dessus de la moyenne tous secteurs confondus, déjà anormalement élevée (75,8 %).

 

L'heure de vérité debut 2021

 

Mais le pire pourrait être à venir selon Altares, pour qui ces reculs de défaillances d’entreprises par rapport à l’année précédente, tous secteurs confondus, dont le commerce et de la réparation automobile, n’est qu’un trompe l’oeil. "Ces chiffres traduisent mal l’incertitude qui prévaut en cette fin d’année. Les obstacles à la poursuite des activités n’ont pas disparu mais ils ont été contenus pour permettre aux entreprises de reprendre leur élan", souligne Thierry Millon, directeur des études Altares.

 

Si l’Etat a certes prolongé et élargi l’assiette de certains dispositifs pour certains secteurs (fonds de solidarité, activité partielle et report des charge), mais aussi aussi présenté son plan de relance de 100 milliards d’euros, le pire serait à venir. Une explosion des défaillances est ainsi redouté par beaucoup, et ce, dès le dernier trimestre 2020. "Mais en réalité, alors que l’économie n’aura pas encore pansé toutes ses plaies, c’est davantage sur le premier semestre 2021 - à la croisée des chemins de la reprise très gourmande en liquidités, et des premières échéances des Prêts Garantis par l’Etat à rembourser au printemps - que l’heure de vérité pourrait sonner", prévient Altares. 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault a soigné son pricing au troisième trimestre 2020

En conjuguant les effets de la reprise des ventes en Europe et une politique commerciale plus vertueuse, le groupe Renault a redressé la barre au troisième trimestre 2020. Le chiffre d'affaires s'établit

PSA se dote d’une business unit dédiée aux utilitaires légers

En France, une nouvelle direction en charge des VUL voit le jour chez PSA. Dirigée par Fayçal Hemia, elle doit permettre à Peugeot, Citroën et Opel de gagner des parts de marché en mobilisant les réseaux,

Ascom Invest (BymyCar) reprend les VTC Marcel

Selon nos informations, les VTC Marcel sont repris par Ascom, la holding de Jean-Louis Mosca, aussi connu pour être le président de BymyCar. Les tractations entre Renault et l'acquéreur ont été bouclées

Les constructeurs vont-ils échapper aux amendes sur le CO2 ?

L’association T&E estime que les constructeurs sont en passe d’atteindre leurs objectifs CO2 de 2020. Pas question de saluer les efforts consentis : T&E accuse les constructeurs de "petits arrangements"

Le véhicule électrique d'occasion aura son bonus

Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, a annoncé une prime de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion et confirmé que le territoire français serait jalonné

Chopard-Lallier bâtit la première Maison Citroën du réseau privé

La concession de Beaune de l’opérateur bisontin entame sa mue pour se transformer en la première Maison Citroën du réseau privé. Au programme : un lieu de convivialité aux derniers standards de la marque,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page