Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Suzuki  Ignis : Pour une petite place au soleil

Suzuki Ignis : Pour une petite place au soleil

La seconde génération de l'Ignis vient se mêler à la bagarre sur le segment B. Avec trois motorisations, dont une Diesel, et un prix attractif, la petite Suzuki devrait faire mieux que sa devancière. La nouvelle Ignis n'y échappera pas Comme la plupart de ses concurrentes sur le...

...segment B, la nouvelle Suzuki a eu le droit à une légère poussée de croissance. Si l'Ignis reste loin derrière l'Ibiza (3,95 m), le plus long véhicule de la catégorie, l'ajout de 16 cm pour une taille de 3,77 m lui permet de se placer plus confortablement au sein du segment B et de la différencier plus ostensiblement du WagonR, la véritable Suzuki de poche. Avec ses 5 portes et ses 5 places, l'Ignis prend non seulement de l'envergure, mais gagne également en personnalité. Les designers Suzuki ont procédé par retouches au niveau des épaules, des ailes, du regard et de son allure rehaussée (garde au sol surélevée de 170 mm), conférant au véhicule un air de ludospace, voire "de petit SUV", ose- t-on dire chez le constructeur. Des arguments esthétiques plus agressifs et plus conformes à la tendance actuelle. Malgré une planche de bord refaite, l'intérieur du véhicule reste sobre et ne fait ressortir aucun signe extérieur de richesse. On eût peut-être préféré, étant donné la position de conduite relativement élevée, un levier de vitesses placé plus haut pour faciliter la prise en main.

Une nouvelle motorisation Diesel et un prix attractif

Pour venir se frotter sur le segment B, point de salut sans motorisation Diesel, qui représente 55 % des ventes. La nouvelle Ignis existera donc en version essence avec deux moteurs, le 1,3 VVT de 93 ch et le 1,5 VVT 100 ch, celui-ci conçu pour la version 4x4, et sera également dotée d'un nouveau moteur Diesel, le DDiS 1,3 l de 70 ch (conçu par le joint-venture Fiat - GM - Power train). Une motorisation qui devrait constituer l'essentiel des ventes de la gamme Ignis (2 000 immatriculations), un peu plus que le WagonR (40 %) qui reçoit ce nouveau moteur Diesel. Outre une motorisation qui sied à l'agilité et la maniabilité du véhicule, essentiellement conçu pour le milieu urbain, l'autre atout de l'Ignis demeure son prix : 10 990 euros en entrée de gamme essence et 12 390 euros pour la version Diesel. Peut-être un moyen de se frayer un chemin sur un segment impitoyable.

Tanguy Merrien

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Volkswagen manque son objectif CO2 de 0,5 g

Malgré des ventes de modèles électrifiés multipliées par plus de quatre, le groupe Volkswagen n'a pas atteint son objectif CO2 en 2020. Il rate, avec le pool qu'il avait constitué, la cible de 0,5 g en affichant

Volvo France vise 20 000 livraisons en 2021

Porté par ses modèles hybrides rechargeables, Volvo Car France veut renouer avec la croissance en 2021. Il vise 20 000 livraisons, dont 55 % de PHEV. L'année sera aussi synonyme d'un engagement encore

Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page