Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Clause d’essaimage : Travaux pratiques

Clause d’essaimage : Travaux pratiques

Alors que la clause d'essaimage n'entrera en vigueur qu'en octobre 2005, qu'est-ce qui empêche aujourd'hui un concessionnaire d'exposer des véhicules hors de sa zone, comme le font les revendeurs hors réseaux ? En pratique, pas grand-chose... Incroyable : ça bouge ! On savait que...

...la chasse aux contrats de concession disponibles était en cours depuis longtemps de la part des concessionnaires les plus dynamiques et les plus avisés. Parallèlement, on a vu certains concessionnaires ou groupes se désengager, pour des raisons diverses. Mais ce qui se passe à présent, en France et ailleurs, est la preuve que le message de la Commission européenne a été compris (et parfois interprété avec la volonté d'aller au-delà). Les constructeurs eux-mêmes, en tout cas certains d'entre eux, sortent peu à peu de leur immobilisme. S'agirait-il d'un embryon d'effet vertueux de la crise du marché européen, qui pousse vers une réduction rationnelle des coûts de distribution ? Peut-être, mais la contradiction reste évidente, pour la plupart des marques les plus affirmées, entre la nécessité de vendre moins cher et la volonté capricieuse de disposer de réseaux monomarques respectant des critères qualitatifs onéreux.

Bien joué, petit !

Comme nous le prévoyions il y a maintenant quelques années (c'était assez facile...), la belle unité des constructeurs n'a pas tenu longtemps, et les premiers à changer d'avis sont les "petits", à savoir ceux qui n'ont pas encore un réseau très développé. Ils n'ont pas tous viré leur cuti, mais certains l'ont fait et ont commencé à se fier à des concessions représentant déjà d'autres marques, dans les mêmes locaux. Intelligent, n'est-ce pas ? C'est la meilleure façon d'obtenir rapidement une visibilité jusque-là inespérée. A l'arrivée du nouvel entrant, la marque principale devra tout bonnement lui laisser un espace suffisant, même si le critère qualitatif "surfaces d'exposition" n'est plus respecté par le concessionnaire devenu multimarque. Le multimarquisme est donc en train de naître, bien avant l'abolition de la clause de localisation, prévue pour octobre 2005. C'était prévisible aussi. Ce qui l'était moins (et nous ne l'avions pas prévu...), c'est qu'un grand groupe européen aurait participé à cette opération par l'intermédiaire d'une de ses marques à faible volume. Jusque-là, chacune des marques avait tenté la voie du commerce strictement monomarque, accompagnée d'investissements exorbitants.

L'avenir naît comme il peut...

Le maintien de la fameuse clause de localisation rassure les constructeurs plus qu'il ne faudrait. D'accord : un distributeur n'a pas le droit "d'opérer à partir d'un lieu d'établissement non autorisé". Mais la vente active est permise partout où est en vigueur un système de distribution sélective. Peut-on, par conséquent, exposer des véhicules neufs où l'on veut, par exemple à l'occasion d'une quelconque manifestation locale ? Sans aucun doute. Et, par extension de ce concept, dans un magasin d'exposition n'appartenant pas, ou pas directement (encore que...) à la concession ? A notre avis, rien ne s'y oppose, comme rien ne s'oppose à ce qu'un vendeur aille démarcher des prospects là où il le souhaite. Il pourra, au passage, faire voir et essayer le véhicule exposé, au lieu d'utiliser des catalogues ou un ordinateur portable. Ce genre de choses est déjà en cours ici ou là, nous semble-t-il. Mais... la négociation aura-t-elle lieu dans la rue, dans la boue, sous la neige ? L'acte de vente sera-t-il signé ailleurs que dans le magasin d'exposition ? "Bien sûr, mon lapin, puisqu'il ne s'agit pas d'un lieu de vente autorisé." Mais même s'il en allait autrement, même si les premiers "coupables" étaient sanctionnés pour avoir voulu mieux servir les consommateurs, il faudrait tenir compte de deux faits : d'une part, le magasin d'exposition pourrait appartenir à un "intermédiaire" disposant d'un mandat qui l'autorise à "stocker un véhicule neuf" pour le compte d'un utilisateur final (considérant 14), ce qui réglerait la question dans la pratique ; d'autre part, combien de fonctionnaires faudrait-il déployer sur le territoire pour effectuer des contrôles qui, au demeurant, deviendraient rapidement impopulaires ? Personne n'a jamais gagné de bataille d'arrière-garde.

Vers une politique de distribution raisonnable ?

Le choix qui s'offre aux constructeurs est le suivant : soit ils acceptent (comme certains semblent le faire) l'idée d'une politique de distribution tournée vers l'avenir ; soit ils laissent leurs réseaux prendre tout seuls et dans le désordre des initiatives de survie, comme dans toute pétaudière digne de ce nom. A suivre...

Ernest Ferrari, consultant

ZOOM

A lire avant de signer !

En modifiant très sensiblement les règles du jeu de la distribution automobile, le nouveau règlement européen entend donner plus de libertés aux concessionnaires et agents. Encore faut-il savoir lesquelles. Après un premier ouvrage critique sur le système de distribution, Ernest Ferrari décortique dans ce deuxième livre, Réglementor, les conséquences concrètes du texte adopté par Bruxelles et qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain. Une lecture fort utile avant de signer les contrats que préparent aujourd'hui les constructeurs.
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault a soigné son pricing au troisième trimestre 2020

En conjuguant les effets de la reprise des ventes en Europe et une politique commerciale plus vertueuse, le groupe Renault a redressé la barre au troisième trimestre 2020. Le chiffre d'affaires s'établit

PSA se dote d’une business unit dédiée aux utilitaires légers

En France, une nouvelle direction en charge des VUL voit le jour chez PSA. Dirigée par Fayçal Hemia, elle doit permettre à Peugeot, Citroën et Opel de gagner des parts de marché en mobilisant les réseaux,

Ascom Invest (BymyCar) reprend les VTC Marcel

Selon nos informations, les VTC Marcel sont repris par Ascom, la holding de Jean-Louis Mosca, aussi connu pour être le président de BymyCar. Les tractations entre Renault et l'acquéreur ont été bouclées

Les constructeurs vont-ils échapper aux amendes sur le CO2 ?

L’association T&E estime que les constructeurs sont en passe d’atteindre leurs objectifs CO2 de 2020. Pas question de saluer les efforts consentis : T&E accuse les constructeurs de "petits arrangements"

Le véhicule électrique d'occasion aura son bonus

Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, a annoncé une prime de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion et confirmé que le territoire français serait jalonné

Chopard-Lallier bâtit la première Maison Citroën du réseau privé

La concession de Beaune de l’opérateur bisontin entame sa mue pour se transformer en la première Maison Citroën du réseau privé. Au programme : un lieu de convivialité aux derniers standards de la marque,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page