Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le groupe Jean Rouyer lance sa filiale Loc'oto proposant aux flottes des formules de location.

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année opérationnelle.

 

L’an passé, alors que le marché automobile français du VP neuf perdait un quart de son volume, les immatriculations aux entreprises se sont exceptionnellement bien tenues, représentant un niveau record de 27 % du global. Une bonne raison pour les distributeurs de s’intéresser d’encore plus près à cette clientèle. C’est le cas du groupe Jean Rouyer qui vient de lever le voile sa nouvelle filiale Loc’oto. Son principe : proposer des solutions de mobilité aux entreprises. C’est entre les mains de David Guitton, tout droit venu du loueur longue durée Parcours, que le projet a été confié, a muri ces derniers mois et est désormais opérationnel depuis quelques jours, grâce notamment au support d’Autobonplan sur les aspects financiers et comptables.

 

Conquérir et sécuriser le portefeuille des clients professionnels

 

Pour le moment, le catalogue repose sur trois offres : l'une de location moyenne durée, l’autre de longue durée, conçues de manière tout à fait classique avec des durées de contrat allant de 24 à 72 mois et des paramètres de kilométrages et de durées flexibles. Une troisième formule, baptisée Pack Flexibilité, porte sur la location d’un véhicule électrique associé à un crédit permettant de disposer d’un thermique pour les besoins ponctuels. Pour chacune de ces formules de location multimarque, des prestations tels que l’entretien, les pneumatiques, l’assistance ou encore le véhicule de remplacement sont proposées à la carte. Cible de ces offres, les entreprises au parc allant de 5 à 300 véhicules.

 

Avantage de cette nouvelle filiale pour le groupe Jean Rouyer, aller chercher les clients qu'il ne peut actuellement pas adresser, bien que distribuant déjà un large panel de marques. "A travers sa filiale Loc’oto, le groupe peut désormais répondre à toutes les demandes. Si un client professionnel souhaite par exemple passer sa flotte d'une marque distribuée à une autre non représentée, Loc’oto pourra prendre le relai. Elle permet donc de conquérir de nouveaux clients, mais aussi de sécuriser les entreprises déjà clientes en les gardant dans l’écosystème Jean Rouyer", explique David Guitton.

 

350 véhicules mis à la route en 2021

 

Pour sa première année effective, Loc’oto ambitionne de mettre à la route environ 350 véhicules financés par le groupe Jean Rouyer. Un parc qui devrait progressivement s’accroître à mesure que l’offre de services s'étoffera. "Loc’oto veut devenir un acteur de la mobilité des entreprises. Nous souhaitons créer plus de produits, avec plus de souplesse pour accompagner au mieux les clients", souligne David Guitton. La filiale souhaite ainsi proposer une prestation d’auto-partage à travers la fourniture d’une plateforme aux entreprises clientes. Autre projet : procurer plus souplesse dans ses offres de location à travers un pack liberté permettant de changer de modèles de façon régulière. "Le fait d’être intégré au groupe Jean Rouyer prend tout son sens", souligne David Guitton.

 

Loc’oto prévoit en effet de s’appuyer sur les véhicules disponibles en concessions pour faire vivre cette offre, ainsi que sur des partenariats noués avec des loueurs courte durée. En 2022, ce sont 650 véhicules mis à la route qui sont ambitionnés, puis 1 500 d’ici trois ans. En termes de chiffre d’affaires, Loc'oto devrait réaliser, selon les prévisions, 5 millions d’euros d’ici 2023. Si la filiale est pour le moment implantée à Nantes, une deuxième représentation devrait voir le jour à Bordeaux avant de pouvoir constituer un maillage national avec une dizaine de représentations commerciales, dans les grands villes telles que Lyon, Paris, ou encore Marseille et Lille.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

Laurent Thézée, Mazda France :

Trois mois après sa nomination à la présidence de Mazda France, Laurent Thézée présente la feuille de route de la marque en France, dont la trajectoire vers le segment du premium se construit en partenariat

Guillaume Couzy, Peugeot :

Au coude à coude avec Renault sur les ventes aux particuliers, Peugeot réalise une belle année 2020 dans un contexte de marché inédit. La marque débute l'année 2021 avec un portefeuille de commandes

La fusion PSA-FCA validée par les actionnaires

A peine plus d'un an après l'annonce de la fusion entre PSA et FCA, les actionnaires des deux groupes ont donné leur aval, lundi 4 janvier 2021. Stellantis, le futur troisième groupe mondial en chiffre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page