Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW coupé Série 3 : Pour réveiller l’essence

BMW coupé Série 3 : Pour réveiller l’essence

Après la berline et le Touring, BMW lance le nouveau coupé Série 3 mais surtout un nouveau 6 cylindres essence bi-turbo qui réveille les sens. Avec 306 chevaux associés à un couple de 400 Nm disponible de 1 300 à 5 000 tr/mn, cette mécanique fait du coupé 335i une nouvelle référence. Qui a...

...dit qu'une mécanique (seulement) essence n'avait pas d'avenir ?

Que faire face à la domination du Diesel, face à son agrément, son couple et ses consommations ? Déjà, un bon moteur essence capable d'en offrir autant, si ce n'est plus. Un pari que BMW vient de réussir. Le constructeur ne renie pas pour autant ses mécaniques Diesel, comme le prouve la toute dernière évolution du bloc 3 litres à double turbo qui développe maintenant 286 chevaux. Mais il varie les plaisirs. De plus, il ne faut pas perdre de vue qu'ailleurs sur la planète, l'essence alimente encore la majorité des moteurs. Alors si pour de nombreux français un 6 cylindres essence reste une hérésie, n'oubliez pas qu'il faut goûter avant de dire que l'on n'aime pas. Nous avons donc goûté, avec bonheur, à cette nouvelle mécanique essence de la Bayerischen Motoren Werke. Au point que l'on aurait presque oublié le nouveau coupé Série 3 qui est pour l'heure le seul à disposer de cette mécanique. Un nouveau coupé qui ne partage aucune pièce de carrosserie avec la 5e génération de la Série 3 apparue en début d'année 2005. Rappelons que la Série 3 est la star du hit-parade des ventes de la marque avec près de 40 % du mix global. Un volume très important où le coupé vient jouer un rôle non négligeable avec près de 32 000 unités annuelles à l'échelle mondiale. Si on se limite à l'Hexagone, en 2007, le coupé devrait représenter 2 260 unités une fois la gamme élargie avec de nouvelles motorisations. Ainsi, le 2 litres Diesel de 163 ch et le 2 litres essence de 150 chevaux, devraient être de la partie dès le mois de mars avant que n'arrive le nouveau cabriolet Série 3 qui sera en fait un coupé-cabriolet. En attendant, le printemps prochain, revenons sur ce coupé et sur le déjà fameux 335i.

Le poids est l'ennemi absolu

Conscient que le poids est l'ennemi absolu, nuisant au dynamisme mais pénalisant également les consommations et par voie de conséquence les émissions de CO2, BMW a encore effectué une chasse aux kilos sur son coupé. Résultat : le coupé n'est pas plus lourd que la génération précédente, voire même plus léger selon les versions (330d : - 15 kg). Concrètement, l'utilisation de plastique thermoformé pour les ailes avant a permis de gagner 3 kg par élément, l'adoption d'un carter entièrement en aluminium sur le bloc 3 litres Diesel représente 25 kg de gagné. Une

LE BMW COUPE SERIE 3 EN BREF

  • Date de lancement :
    21 septembre
  • Segment de marché :
    Coupés et cabriolets : 27 350 immatriculations au 1er semestre 2006 en baisse de 7,5 %, dont modèles entre 35 000 et 50 000 € : 4 002 unités en recul de 9,5 %
  • Principales concurrentes :
    - Mercedes CLK 350 V6 272 ch : 54 700 €
    - Alfa Brera 3.2 JTS V6 Q4 Selective 260 ch : 43 400 €
    - Chrysler Crossfire 3.2 Limited V6 218 ch : 38 300 €
  • Objectifs de vente :
    2006 : 870 unités ;
    2007 : 2 260 unités (avec la Série CC commercialisée en 2007)
  • Prix :
    325xi, 330xi, 330xd : + 2 600 €
    38 900 € 325i Confort 218 ch
    47 450 € 330i Luxe 272 ch
    50 550 € 335i Sport 306 ch
    43 600 € 330d Confort 231 ch
    53 650 € 335d Luxe ou Sport 286 ch
  • recherche qui a permis aux ingénieurs d'offrir plus d'espace (92, 25 et 26 mm de plus sur les longueur, largeur et hauteur et même 35 mm sur l'empattement), plus d'équipements et des consommations moindres. Sur ce dernier point, l'évolution des mécaniques est également à prendre en compte. Par exemple, le 3 litres essence de 272 chevaux du 330i consomme 12 % de moins tout en offrant une puissance supérieure. Et que dire du nouveau 3 litres 6 cylindres bi-turbo du 335i ? Avec 306 chevaux, mais surtout un couple de 400 Nm disponible dès 1 300 tr/mn et jusqu'à 5 000 tr/mn, le coupé 335i fait pâlir l'actuelle M3 avec ses 343 chevaux et son couple de 365 Nm.

    Des performances et des consommations à faire pâlir l'actuelle M3

    BMW signe ici son grand retour dans les mécaniques essences turbo. N'oublions pas le petit bloc, commun avec PSA, de la nouvelle Mini qui fait également partie de ce mouvement vers des motorisations essences high tech, avec turbo, injection directe, etc. Le 335i sera simplement la troisième BMW essence, de série, à être propulsée par une mécanique suralimentée. En 1973, la 2002 Turbo et ses 170 chevaux ont ouvert le bal avant que la 745i n'apparaisse près d'une décennie plus tard. Pour ce come-back, la marque n'a pas fait les choses à moitié. Elle a choisi de gaver son 6 cylindres avec deux turbos ! Mais à la différence du 3 litres Diesel des 535d, 335d, X3 3.0sd, où les deux turbos travaillent en série, ici, les turbines, d'origine Mitsubishi, soufflent ensemble en alimentant chacune trois cylindres. Dans les faits, le coupé 335i accélère très fort, d'une manière assez linéaire pour un plus grand confort. Doubler sur le rapport engagé est une simple formalité avec les 400 Nm de couple. Les reprises de 80 à 120 km/h, en 4e et 5e, sont bluffantes avec 5,2 s et 6,2 s. Mieux que la M3 qui demande pour le même exercice 5,3 et 6,9 s. Alors que les amoureux de la M3 se rassurent, BMW ne va pas laisser sa sportive à "l'abandon". La prochaine génération arrive dans moins d'un an avec un V8, dérivé du V10 des M5 et M6, qui devrait avoisiner les 415 chevaux. La performance est donc au rendez-vous mais comme souvent dans de pareil cas beaucoup ironisent en disant : "oui, la plus rapide d'une pompe à essence à l'autre !" Eh bien ce n'est pas le cas, le 335i affiche des consommations raisonnables. En effet, selon le constructeur, ce nouveau modèle ne demande que 6,7 litres aux 100 km en cycle extra urbain, 14,3 litres en ville et enfin 9,5 litres en cycle mixte. Soit en moyenne entre 3 et 6 litres de moins que la M3.
    Le coupé inaugure ici une nouvelle génération de mécanique, bientôt décliné dans les autres gammes du constructeur, qui n'a pas fini de venir bouleverser l'ordre établi. Car, bien sûr, d'autres constructeurs vont également venir garnir ce front des mécaniques essences "sexy" et économiquement plus intéressantes.

    Christophe Jaussaud

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Renault va lancer un label VO ZE

    A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page