Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Porsche  : 911 issime…

Porsche : 911 issime…

Depuis le 15 juillet, la Porsche 911 type 997 est en concession. Pour la 6e génération de ce mythe roulant apparu en 1963, Porsche a rendu une copie quasi parfaite. Avec le retour des phares ronds, l'apparition d'un nouveau 3,8 l de 355 ch ou encore un nouvel intérieur et une suspension pilotée,...

...cette 911 est plus Porsche que jamais.

Quarante ans et pas une ride ! Eternelle est peut-être le qualificatif qui sied le mieux à la Porsche 911. Depuis le Salon de Francfort 1963, elle fait vibrer la corde de la passion automobile. "Qu'est-ce qui fait l'originalité d'une Porsche ? Est-ce son naturel sportif, son comportement routier sublime ou son image unique ?", lance Michaël Macht, membre du comité de direction et directeur responsable de la production et de la logistique. Et sa réponse est claire : "C'est la somme de toutes ces qualités." Avec ce type 997, la 911 est plus Porsche que jamais. En effet, après une 996 qui a séduit - elle a été la 911 la plus vendue de tous les temps avec 160 000 unités entre 1997 et 2004 -, mais qui n'a toutefois pas totalement convaincu les aficionados de la marque, la 997 affiche plus que jamais sa filiation, avec notamment le grand retour aux phares ronds. Finies les optiques à virgule comme sur le Boxster, les designers de Stuttgart sont revenus à ce regard qui rend une 911 unique et incomparable. Comme pour des jumeaux, les phares ronds ont donc sauté une génération puisque la 911 type 993 avait été la dernière à avoir ce regard de 1993 à 1997. Un retour à la tradition remarqué qui ne doit pas cacher les autres changements apportés à cette 6e génération : la 997 n'est pas une simple évolution du type précédent, mais bien une nouvelle 911. Moteurs, boîtes, suspensions, intérieur, tout a changé !

Une nouvelle mécanique de 355 ch pour la Carrera S

 Si au premier coup d'œil cette 997 ne semble pas radicalement différente, hormis la face avant bien sûr, avec un peu plus d'attention et une 996 garée pas loin, on peut voir que les deux pur-sang ne partagent quasiment pas une pièce. Certes, la ligne générale reste intemporelle, mais les ailes arrière retrouvent un certain embonpoint pour la plus grande joie des puristes. A l'intérieur, même sentiment que pour la face avant, qui était trop proche de celle du Boxster. Aujourd'hui, ce reproche ne peut plus être adressé à la doyenne des Porsche qui retrouve son entière indépendance. Ou presque ! Car une fois de plus l'esprit de la 993 n'est pas loin, mais avec des matériaux et une finition de

5,06

C'est le chiffre d'affaires de Porsche, en milliards, sur les 10 premiers mois de son exercice (clôture 31 juillet 2004). En hausse de 14 %, le CA est accompagné d'une amélioration du résultat malgré les coûts de développement et de lancement de la nouvelle 911. Sur ces 10 mois, les ventes ont progressé de 18,2 % pour atteindre 61 496 unités dont près de 31 900 Cayenne.
meilleure qualité. De visu, cette 997 est donc une réussite. Toutefois, il serait réducteur de s'en tenir là. Après la découverte visuelle vient le temps de la découverte dynamique. Autant le dire tout de suite, cela se conjugue au superlatif. Si pour certains une Porsche 911 peut apparaître ostentatoire et sans intérêt, surtout aujourd'hui, qu'ils prennent simplement le volant de cette quadragénaire. Après avoir trouvé sa position de conduite, sans difficulté grâce aux nouveaux sièges dont même la largeur d'assise est réglable, et avoir tourné la clé de contact, le flat-6 fera le reste. Pour cette 6e génération, le moteur imaginé par le jeune ingénieur Ferdinand Piëch a encore franchi une étape. En effet, si le 3,6 l, connu, éprouvé et quelque peu modifié, fera encore les beaux jours de la Carrera avec ses 325 ch et ce son si caractéristique, les ingénieurs d'aujourd'hui proposent sur la Carrera S une version dont la cylindrée est passée à 3,8 l et la puissance à 355 ch. Ainsi propulsée, la Carrera S abat le 0 à 100 km/h en 4,8 s, soit 2 dixièmes de moins que la Carrera. Cela accélère donc très fort, mais freine tout autant. La Carrera S reprend le système de l'actuelle 911 Turbo avec 4 disques de 330 mm. Et si toutefois certains veulent encore plus performant, le PCCB, le Porsche Ceramic Composite Brake, est aujourd'hui disponible en option sur ces versions. Pour en revenir aux performances, les vitesses de pointe annoncées, 285 km/h pour la Carrera et 293 km/h pour la Carrera S, ne sont pas usurpées. Si la vitesse sur les autoroutes allemandes est une chose, de petites routes sinueuses permettent de réellement entrevoir le potentiel et l'efficacité de cette auto hors du commun.

 L'électronique ouvre de nouvelles voies

 L'exploitation de cette cavalerie se fait d'une manière encore plus efficace que sur les générations précédentes : Porsche vit avec son temps. En effet, l'électronique fait une entrée remarquée mais maîtrisée. Après le Cayenne, la 911 cache donc un bus Can et un bus Most. Deux anglicismes chargés de faire circuler les informations entre les 29 boîtiers que recèle la voiture. Pour sortir de cet abstrait électronique, le meilleur exemple de l'apport de cette technologie est le Porsche Active Suspension Managment (PASM). Avec cette nouvelle suspension pilotée, dérivée du Cayenne, 10 lois d'amortissement sont disponibles selon le style de conduite et la volonté du conducteur. En effet, si l'interrupteur de la console centrale offre simplement deux possibilités de tarage, Normal et Sport, ces dernières s'appuient sur 5 lois pour coller à la route, afin d'offrir le meilleur comportement et les meilleures sensations possibles. Une sensibilité à laquelle la nouvelle direction à démultiplication variable participe grandement grâce, notamment, à une précision remarquable et une bonne lecture de la chaussée. Une nouvelle architecture électronique qui a également permis de revisiter la boîte Tiptronic. Cependant, la nouvelle boîte mécanique à 6 rapports, capable d'encaisser les 400 Nm de couple du 3,8 l, demeure une meilleure solution pour cette sportive débridée.
Dernier point : les tarifs. Pour la Carrera, il faudra débourser 78 163 € et 88 449 € pour la Carrera S. Mais quand on aime, on ne compte pas !

Christophe Jaussaud

3 questions à

Detlev von Platen : directeur général de Porsche France

"Porsche a toute sa raison d'être dans le monde actuel"

JA. Avant même le lancement de la nouvelle 911, pourriez-vous tirer un bilan sur la santé de Porsche en France ?
Detlev von Platen. Pour l'année modèle 2004, qui va se terminer fin juillet, nous confirmons le très bon lancement du Cayenne qui devrait représenter, dans cette année de transition pour la 911, le principal volume de Porsche en France avec environ 1 400 voitures vendues. Il faut ensuite ajouter 1 000 unités pour le Boxster et la 911. Nous devrions donc frôler les 2 400 véhicules écoulés en France, incluant Andorre et Monaco : cela représente une progression de l'ordre de 40 % par rapport à l'année dernière.

JA. Et avec la nouvelle 911 ?
DvP. Les objectifs sont bien évidemment en hausse. Avec le Cayenne en année pleine, le Boxster en fin de vie et une nouvelle 911, uniquement sur deux modèles, la C2 et la C2 S, nous allons nous donner comme objectif total 2 800 à 2 850 unités pour l'année modèle 2005 qui va débuter le 1er août 2004. En répartition, cela veut dire environ 800 Porsche 911, sachant que certains modèles de type 996 seront toujours commercialisés, tels les 4 roues motrices (C4 S), les cabriolets et les modèles plus spécifiquement sport comme les GT3 et GT2. Ainsi, sur ces 800 voitures, nous devrions voir encore 25 % des ventes réalisées par des 996 sur la prochaine année. Le reste des ventes étant constitué par le Cayenne, avec un objectif de 1 650 unités, et le Boxster.

JA. N'avez-vous pas peur d'être pénalisés par les mesures annoncées par le gouvernement français ?
DvP. Il faut d'abord attendre un message clair de la part du gouvernement. Aujourd'hui, il y a beaucoup d'annonces sans véritable clarté. J'attendrai donc pour faire un commentaire précis. Cependant, je peux dire que nous refusons d'avoir une attitude de "persécutés" car nous essayons de positiver. Les mesures annoncées ne sont pas forcément mauvaises, que cela concerne la sécurité routière - et je ne dis pas cela pour être politiquement correct, c'est une bonne chose - ou tout ce qui se rapporte à la protection de l'environnement. C'est plutôt la manière dont c'est fait, dont c'est appliqué et dont on en parle qui me gêne et qui me force à rétablir un point de vue juste. Par ailleurs, Porsche a toute sa raison d'être dans le monde actuel parce que je considère que la passion de l'automobile y a toute sa place et que l'on s'efforce, comme les autres constructeurs, de proposer des modèles qui, tout en restant fidèles à leurs valeurs et à leurs traditions, évoluent énormément. Par exemple, entre la première 911, il y a quarante ans, et celle lancée en juillet, la consommation spécifique a énormément baissé, de l'ordre de 40 %. Les rejets de particules ont quant à eux baissé de 100 %, etc. Ce sont des voitures qui sont propres, sûres et qui, du fait de leur positionnement sportif et ultra performant, apportent beaucoup en termes de développement pour la sécurité de l'automobile en général.

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le réseau multimarque organisait, dans son fief de Saint-Herblain, la sixième édition de sa Distinxion Académie, journées destinées à former les membres du réseau. L'occasion de faire le point

Extension de garantie revisitée, location d'accessoires, vente en ligne, labels carrosserie et vitrage… Le service après-vente de Skoda France prépare un solide plan de bataille à mettre en action

Grand Prix des Marques Automobiles 2016 : et les gagnants sont...

Evénement mesurant l’attachement des clients VN à leur marque, la dernière édition du GPMA voit BMW triompher. Le constructeur allemand s'octroie ainsi quatre des huit prix mis en jeu. Le palmarès

Mercedes-Benz Vans en passe de lancer Mercedes Pro

Il s'agit d'une offre complète de gestion de flottes présentée au salon IAA d'Hanovre et dont la commercialisation est prévue pour la mi-2017.

Le bonus-malus revu de fond en comble en 2017 ?

Le Gouvernement aurait l'intention de modifier de façon significative les seuils de déclenchement ainsi que les montants des bonus et des malus dans le projet de loi de finances 2017…

Tuppin a le feu vert pour sa plateforme PR

Le groupe picard, qui immatricule plus de 6000 véhicules des marques Peugeot et Citroën, vient de recevoir l'aval du constructeur pour mettre en forme sa stratégie de distribution de pièces de rechange.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page