Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Azera : Hyundai se généralise

Azera : Hyundai se généralise

Comme prévu, Hyundai passe à l'offensive pour développer une gamme de généraliste. L'Azera, vaisseau amiral, ouvre le bal accompagné du relifting du coupé. En attendant, le FD, la grande nouveauté de la marque sur le segment C. "S'inscrire dans la lignée des généralistes",...

...s'était exprimé Jean-Claude Debard, président de Hyundai France il y a peu dans nos colonnes (JA n°986) en commentant le virage amorcé par la marque depuis quelques mois. En effet, la marque coréenne a écrit ses lettres de noblesse sur notre territoire grâce à ses SUV, Tucson et autres Santa Fe. Ceux-ci composent une grande partie des immatriculations de Hyundai en France. Peu à peu, la gamme s'est enrichie de petites citadines comme l'Atos et surtout la Getz (6 000 unités prévues en 2007 à nouveau). Pour le moment, l'heure est encore aux SUV. "Ils fonctionnent admirablement bien, c'est pourquoi nous pensons immatriculer cette année 7 200 unités pour chacun des deux véhicules", lance Jean-Claude Debard. Pour le moment seulement. Car si les SUV devraient représenter 50 % des immatriculations de la marque, la fin de leur hégémonie a peut-être sonné. En effet, Hyundai se prépare à occuper le très concurrentiel segment C avec le FD, qui sera présenté au Salon de Genève. Ce dernier devrait être lancé au second semestre et pourrait représenter jusqu'à 8 000 unités en année pleine.

L'AZERA EN BREF

  • Date de lancement :
    Disponible
  • Segment de marché :
    Segment E, berline haut de gamme 35 730 immatriculations en 2006 (- 17,1 %)
  • Principales concurrentes :
    - Peugeot 607 Executive Pack 2.2 Hdi 170 ch (40 250 euros),
    - Renault Vel Satis Carminat 2.2 Dci 140 ch (37 900 euros),
    - Volvo S80 Momentum 2,4 D 163 ch (37 600 euros),
    - Audi A6 Multi Ambiente 2,0 TDI 140 ch (40 880 euros)
  • Objectifs de vente :
    300
  • Prix :
    39 150 €
  • Bon rapport qualité/prix

    En attendant le FD, Huyndai prépare également le terrain avec d'autres berlines. A commencer par l'Azera. Après la Sonata (2005), il y a plus d'un an, la marque coréenne sort une nouvelle grande routière, mais sur le segment E cette fois-ci. Plus grande, plus luxueuse que la Sonata, l'Azera, sa grande sœur, se veut la digne héritière des Grandeur et XG (sur certains marchés). Conforme aux standards du segment, l'Azera est plutôt réussie. Si la calandre est semblable à celle de la Sonata, l'arrière du véhicule, réussi lui aussi, empreinte une image plus moderne avec des ailes arrière bombées qui se prolongent vers la malle.
    Avec un empattement de 2,78 mètres, l'intérieur de l'Azera a été privilégié : confort, luxe et surtout espace y sont de mise. En outre, la sobriété est aussi de rigueur, notamment au niveau du tableau de bord. Irréprochable sur sa présentation, la voiture est indéniablement conçue pour avaler les kilomètres. Justement, l'Azera est uniquement équipée du moteur 2.2 litres CRDI de 155 ch, proposé également sur le nouveau Santa Fe. La voiture est exclusivement couplée à une boîte de vitesses automatique 5 rapports. Si l'Azera est aussi agréable à bas régime qu'à grande vitesse et de surcroît silencieuse, ses 155 chevaux pourraient toutefois paraître insuffisants sur un segment dominé par les grosses berlines allemandes aux motorisations plus puissantes.
    Mais l'ambition de Hyundai n'est pas de dominer ce segment E (35 730 unités en 2006) où la marque vise les 300 unités et "même secrètement 500" glisse-t-on chez Hyundai. L'Azera sera avant tout une vitrine de la marque. Une marque qui apprend vite et bien.

    Tanguy Merrien

    ZOOM

    Hyundai Coupé, l'autre vitrine

    Si un véhicule peut se targuer d'être la vitrine de la marque, c'est bien le Hyundai Coupé. Apparu en 1996, avant un nouveau restylage trois ans plus tard, le véhicule, appelé Tucsani en Corée ou Tiburon aux Etats-Unis, refait surface avec un nouveau design en Europe. Plus racé, plus sportif que jamais, le Coupé bénéficie d'une refonte importante de son design. Un design qui montre également la maturité prise par la voiture depuis son lancement. Ainsi, le nouveau Coupé arbore des blocs optiques plus agressifs et plus sportifs. Le capot est également redessiné avec des rainures moins marquées. En outre, on décèle désormais des ouïes latérales qui accentuent l'aspect sportif de la voiture. Véritable 2+2 places, le Coupé est équipé d'un 2,0 litres essence de 143 chevaux tout à fait convenable. On aurait aimé une motorisation plus puissante pour améliorer les performances du véhicule (le 0 à 100 km/h en 9 secondes). Cependant, proposé dès 23 750 euros, le Coupé reste un véhicule plus qu'abordable au regard des prestations affichées. Son rafraîchissement devrait, en outre, lui permettre d'être vendu à hauteur de 600 unités en 2007.
    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Renault va lancer un label VO ZE

    A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page