Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Ford Focus CC : Ford suit la mode CC

Ford Focus CC : Ford suit la mode CC

Avec plus de six mois de retard, la Focus CC fait son entrée dans les showrooms. S'il n'apporte rien de nouveau, ce véhicule laisse aussi peu de prise aux reproches. D'une manière générale, avec un objectif annuel de 1000 ventes, la France ne fait pas partie des marchés clés du modèle. Après...

...quelques péripéties techniques, quatre points d'entrée d'eau dont un assez délicat à l'arrière au niveau d'un passage de roue, ayant retardé la sortie du modèle, la Focus CC est enfin prête. Il convient de souligner que ce problème de conception, découvert tardivement, est totalement imputable aux équipes de Pininfarina et la firme italienne a sans doute laissé beaucoup d'euros en chemin à cette occasion. Bref, après quelques changements de joints et ré-usinages de pièces, la Focus CC vient pointer le bout de son capot, qu'elle a fort élégant, tandis que sa poupe se révèle plus pataude, sur un segment en croissance depuis quatre ans. "Il s'agit d'un segment récent, mais en forte progression. Il se caractérise par une concurrence intense et par un effet de saisonnalité

FORD FOCUS CC EN BREF

  • Date de lancement :
    Avril 2007
  • Segment de marché :
    Coupés et cabriolets : 55 311 immatriculations en 2006 soit + 1,3 %/2005 (dont 32 440 sur M1 et 19 883 sur H1)
  • Principaux concurrents de la Focus CC tdci 136 ch Titanium :
    - Opel Astra Twin-Top CDTI150 Cosmo : 28 500 € ;
    - Renault Mégane C+C dCi 130 Dynamique : 28 750 € ;
    - Peugeot 307 CC HDi 136 Sport Pack : 31 250 €
  • Objectifs de vente (en année pleine) :
    20 000 en Europe et 1 000 en France (dont 65 % en Diesel et 60 % en finition Titanium)
  • Prix :
    23 350 € 1.6 100 ch Trend
    27 100 € 2.0 145 ch BVA Titanium
    27 200 € 2.0 TDCI 136 ch Trend
    28 800 € 2.0 TDi 136 ch Titanium
  • réduit, à l'inverse de ce que nous constatons pour les cabriolets où deux tiers des immatriculations se réalisent entre mars et août", détaille Jean-Luc Gérard, directeur général de Ford France.

    Un segment propice à la conquête

    A l'échelle européenne, Ford mise sur 20 000 ventes annuelles. Dans l'hexagone, les objectifs sont bien plus mesurés avec un volume de 1 000 immatriculations, dont 65 % en Diesel et 60 % en version haut de gamme Titanium, en année pleine. "Nous devons tenir compte du fait que nous ne sommes pas les premiers à arriver sur le marché et que les marques françaises, Peugeot en tête, représentent une concurrence difficile à bousculer", souligne Jean-Luc Gérard, avant d'ajouter : "Cependant, nous espérons atteindre un taux de conquête de l'ordre de 70 %, ce qui n'est pas déraisonnable dans la mesure où sur ce segment, l'attachement à une marque n'est pas déterminant et où le coup de cœur joue un vrai rôle. Du coup, il faut aussi savoir que ces clients sont très difficiles à fidéliser". Si les objectifs restent réduits pour l'hexagone, on peut penser que la Focus CC peut se muer en véhicule-image, d'autant qu'il s'agit du premier CC à toit articulé électrique de Ford Europe. Ce sera en partie le cas dans les halls d'exposition des distributeurs, qui ont d'ailleurs accueilli le modèle avec enthousiasme, mais pas fondamentalement pour Ford France. Jean-Luc Gérard indique ainsi que "l'investissement en communication sur ce modèle restera mesuré" et préfère concentrer l'énergie de ses équipes sur le lancement névralgique de la nouvelle Mondeo.

    En concurrence frontale avec l'Astra Twin-Top

    Pour se faire connaître, la Focus CC pourra néanmoins compter

    FOCUS

    Les immatriculations de Ford

  • Europe de l'Ouest (3 mois 2007) :
    364 889 (-1,8 %)
  • France (mars 2007) :
    9 626 (- 7,1 %)
  • France (3 mois 2007) :
    25 986 (- 3,4 %)
  • sur plusieurs atouts. Très homogène, le véhicule joue une partition consensuelle avec réussite (style, comportement routier…) et parvient à se distinguer par une vaste habitabilité pour les quatre passagers et par un volume de coffre digne de ce nom (248 à 534 litres !), ce qui n'est pas la norme chez tous ses concurrents. Par ailleurs, la segmentation de l'offre se révèle très lisible avec trois motorisations (1.6 100 ch, 2.0 145 ch, et 2.0 136 ch TDCI) et deux niveaux de finition (Trend et Titanium). Enfin, les tarifs de la Focus CC sont attrayants (de 23 350 € à 28 800 €) et positionnent le véhicule en entrée de gamme du segment et en concurrence frontale avec l'Opel Astra Twin-Top. La Focus CC ne devrait pas croiser le fer avec la Volkswagen Eos ou la Volvo C70. En revanche, l'écart de prix avec la Renault Mégane C+C et, à un degré moindre, avec la Peugeot 307 CC n'est pas suffisamment significatif pour en faire un point-clé de l'argumentaire de vente ou créer un effet de bouche à oreille. Ce qui justifie somme toute les objectifs confidentiels annoncés par la marque en France.

    Alexandre Guillet

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Vincent Cobée, Citroën :

    Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

    François Larher, Audi :

    En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

    Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

    Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

    Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

    Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

    La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

    En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

    Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

    Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page