Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Ford Focus CC : Ford suit la mode CC

Ford Focus CC : Ford suit la mode CC

Avec plus de six mois de retard, la Focus CC fait son entrée dans les showrooms. S'il n'apporte rien de nouveau, ce véhicule laisse aussi peu de prise aux reproches. D'une manière générale, avec un objectif annuel de 1000 ventes, la France ne fait pas partie des marchés clés du modèle. Après...

...quelques péripéties techniques, quatre points d'entrée d'eau dont un assez délicat à l'arrière au niveau d'un passage de roue, ayant retardé la sortie du modèle, la Focus CC est enfin prête. Il convient de souligner que ce problème de conception, découvert tardivement, est totalement imputable aux équipes de Pininfarina et la firme italienne a sans doute laissé beaucoup d'euros en chemin à cette occasion. Bref, après quelques changements de joints et ré-usinages de pièces, la Focus CC vient pointer le bout de son capot, qu'elle a fort élégant, tandis que sa poupe se révèle plus pataude, sur un segment en croissance depuis quatre ans. "Il s'agit d'un segment récent, mais en forte progression. Il se caractérise par une concurrence intense et par un effet de saisonnalité

FORD FOCUS CC EN BREF

  • Date de lancement :
    Avril 2007
  • Segment de marché :
    Coupés et cabriolets : 55 311 immatriculations en 2006 soit + 1,3 %/2005 (dont 32 440 sur M1 et 19 883 sur H1)
  • Principaux concurrents de la Focus CC tdci 136 ch Titanium :
    - Opel Astra Twin-Top CDTI150 Cosmo : 28 500 € ;
    - Renault Mégane C+C dCi 130 Dynamique : 28 750 € ;
    - Peugeot 307 CC HDi 136 Sport Pack : 31 250 €
  • Objectifs de vente (en année pleine) :
    20 000 en Europe et 1 000 en France (dont 65 % en Diesel et 60 % en finition Titanium)
  • Prix :
    23 350 € 1.6 100 ch Trend
    27 100 € 2.0 145 ch BVA Titanium
    27 200 € 2.0 TDCI 136 ch Trend
    28 800 € 2.0 TDi 136 ch Titanium
  • réduit, à l'inverse de ce que nous constatons pour les cabriolets où deux tiers des immatriculations se réalisent entre mars et août", détaille Jean-Luc Gérard, directeur général de Ford France.

    Un segment propice à la conquête

    A l'échelle européenne, Ford mise sur 20 000 ventes annuelles. Dans l'hexagone, les objectifs sont bien plus mesurés avec un volume de 1 000 immatriculations, dont 65 % en Diesel et 60 % en version haut de gamme Titanium, en année pleine. "Nous devons tenir compte du fait que nous ne sommes pas les premiers à arriver sur le marché et que les marques françaises, Peugeot en tête, représentent une concurrence difficile à bousculer", souligne Jean-Luc Gérard, avant d'ajouter : "Cependant, nous espérons atteindre un taux de conquête de l'ordre de 70 %, ce qui n'est pas déraisonnable dans la mesure où sur ce segment, l'attachement à une marque n'est pas déterminant et où le coup de cœur joue un vrai rôle. Du coup, il faut aussi savoir que ces clients sont très difficiles à fidéliser". Si les objectifs restent réduits pour l'hexagone, on peut penser que la Focus CC peut se muer en véhicule-image, d'autant qu'il s'agit du premier CC à toit articulé électrique de Ford Europe. Ce sera en partie le cas dans les halls d'exposition des distributeurs, qui ont d'ailleurs accueilli le modèle avec enthousiasme, mais pas fondamentalement pour Ford France. Jean-Luc Gérard indique ainsi que "l'investissement en communication sur ce modèle restera mesuré" et préfère concentrer l'énergie de ses équipes sur le lancement névralgique de la nouvelle Mondeo.

    En concurrence frontale avec l'Astra Twin-Top

    Pour se faire connaître, la Focus CC pourra néanmoins compter

    FOCUS

    Les immatriculations de Ford

  • Europe de l'Ouest (3 mois 2007) :
    364 889 (-1,8 %)
  • France (mars 2007) :
    9 626 (- 7,1 %)
  • France (3 mois 2007) :
    25 986 (- 3,4 %)
  • sur plusieurs atouts. Très homogène, le véhicule joue une partition consensuelle avec réussite (style, comportement routier…) et parvient à se distinguer par une vaste habitabilité pour les quatre passagers et par un volume de coffre digne de ce nom (248 à 534 litres !), ce qui n'est pas la norme chez tous ses concurrents. Par ailleurs, la segmentation de l'offre se révèle très lisible avec trois motorisations (1.6 100 ch, 2.0 145 ch, et 2.0 136 ch TDCI) et deux niveaux de finition (Trend et Titanium). Enfin, les tarifs de la Focus CC sont attrayants (de 23 350 € à 28 800 €) et positionnent le véhicule en entrée de gamme du segment et en concurrence frontale avec l'Opel Astra Twin-Top. La Focus CC ne devrait pas croiser le fer avec la Volkswagen Eos ou la Volvo C70. En revanche, l'écart de prix avec la Renault Mégane C+C et, à un degré moindre, avec la Peugeot 307 CC n'est pas suffisamment significatif pour en faire un point-clé de l'argumentaire de vente ou créer un effet de bouche à oreille. Ce qui justifie somme toute les objectifs confidentiels annoncés par la marque en France.

    Alexandre Guillet

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Le groupe Maurin poursuit son offensive dans le réseau Volvo

    L’opérateur a officialisé son intention de reprendre les affaires Volvo et Honda, situées à Aix-en-Provence. Une acquisition qui lui permettrait d'entrer dans le top 3 des distributeurs Volvo et d’ajouter

    CO2 : l’industrie automobile à l’aune des 95 grammes

    Les constructeurs sont désormais aux portes du défi imposé par l’Europe pour abaisser leur moyenne d’émissions de CO2. Bond du parc électrique, achat de crédits pollution, fusion…les spéculations

    Le groupe GCA bâtit sa flotte d’ateliers mobiles

    Le distributeur déploie sur sa zone de chalandise une flotte de camions aménagés en ateliers. Objectif, effectuer plus efficacement les campagnes de rappel et toucher une clientèle peu habituée des showrooms.

    Bras de fer entre Volkswagen et Toyota sur le marché français des particuliers

    Petite révolution dans le paysage automobile français : sur les huit premiers mois de l’année, Toyota est devenue la marque étrangère la plus achetée en France, devant Volkswagen. A moins de 50 petites

    PSA revoit sa copie en Chine

    Pour tenter d'enrayer la chute, PSA va revoir sa stratégie en Chine. Avant d'envisager à nouveau la croissance, le constructeur va faire des coupes franches pour abaisser son seuil de rentabilité à 150 000 unités

    Nissan veut renouer avec la croissance grâce au nouveau Juke

    La seconde génération du SUV urbain doit permettre à la marque japonaise de stopper son hémorragie commerciale. Elle mise pour cela sur un style reconnaissable, des mensurations plus généreuses et sur un fort

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page