Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Peugeot 308 : Plus féline que jamais

Peugeot 308 : Plus féline que jamais

Premier modèle de la marque au Lion à passer à la terminaison 8, la Peugeot 308 se veut un véhicule "nouvelle génération". Elle est plus dynamique, plus sûre, plus habitable, plus féline… mais aussi plus lourde. Un concentré de Peugeot agréable mais sans surprise.Avec...
...plus de 3 millions d'exemplaires écoulés durant sa carrière, la Peugeot 307 s'est au fil du temps imposée comme l'un des best-sellers de la marque. Plus de six ans après son lancement (avril 2001), la 307 n'est plus. Ou presque, elle continue sa carrière en Chine et en Argentine, notamment. Quant aux carrosseries SW et coupé cabriolet, elles seront pour quelque temps encore sur le Vieux continent. En outre, la disparition progressive de la 307 des showrooms européens n'aura rien de brutal, tant la 308 en est une apparente évolution. Contrairement à la révolution stylistique opérée par le constructeur sochalien au lancement de la 307.
Cette fois, PSA joue la carte de la continuité. Plus élancée, plus dynamique, la 308 possède sa propre identité mais reprend l'architecture semi-haute qui a fait le succès de son aïeule. Plus athlétique et plus racée que la 307, la nouvelle 308 n'en est pas moins fluide. Au contraire. En adoptant ce nez plongeant, apparu sur le concept 907, et plus récemment sur la 207 RC, la 308 va en effet plus loin dans l'esprit "félin" cher à la marque. Une sorte de lifting griffé du constructeur, qui rend l'ensemble plus agréable, sans révolutionner son aspect. On allonge le sourire, on étire les yeux, on affine le nez… et 307 devient 308. Le constat est d'ailleurs essentiellement valable pour les modèles d'entrée de gamme, qui ne débarqueront qu'à la fin de l'année. Car, dans des versions moins dépouillées, la 308 offre d'autres petites choses à voir que de simples retouches. A l'arrière, notamment, où apparaît un bouclier enveloppant, entrevu sur le coupé 407. A partir de la finition Premium pack, elle accueille même des inserts noirs et chromés qui ajoutent au caractère résolument sportif de ses lignes.

Un gain en habitabilité et en qualité

Côté habitacle, la filiation se fait cette fois moins présente. Moins pesante, serions-nous mêmes tentés de dire. La planche de bord, notamment, nous offre un galbe bien singulier et fort agréable. Son inclinaison semble conférer davantage d'espace et de visibilité au conducteur. Quant à son dessin, il semble s'inspirer de sportives… italiennes. Notamment avec ces trois aérateurs cylindriques au-dessus de la console centrale. A ce sujet, les passagers arrière bénéficient désormais, eux aussi, de deux aérateurs orientables, incrustés dans l'accoudoir central.
La 308 gagne indéniablement en habitabilité. Les 5,3 cm que le véhicule gagne en largeur se font sentir à la largeur de coude, bien plus importante que sur le précédent modèle.
Disponible en option, le toit panoramique accentue ce sentiment. Portant la surface vitrée de 3,6 m2 à 4,86 m2, il offre à tous les passagers cette sensation d'espace. Une habitabilité accentuée à l'arrière, grâce à l'utilisation de sièges à encombrement limité. Les passagers gagnent en effet 2,8 cm au niveau des jambes.
Peugeot a, semble-t-il, porté un effort certain sur la qualité des plastiques et la finition ainsi que sur les équipements, plus nombreux que sur la 307. Avec notamment cet accoudoir central, désormais de série, qui offre un espace de rangement appréciable. Mais également un nombre important d'agréments tels un range lunettes, un porte sac, des tablettes arrière… tout cela dans un univers sonore des plus calmes et un cocon olfactif régi par le diffuseur de parfum rechargeable, déjà vu sur 207. Un environnement un poil plus aseptisé qui va de pair avec le comportement routier de la voiture.

Trois essence, trois Diesel

Les premiers coups de volants sont en effet sans surprises. Précise, sûre, la 308 propose des trajectoires rassurantes. Trop, peut-être pour les conducteurs en quête de sensations. Une impression forcément renchérie par la position haute du poste de conduite. Mais aussi par les 60 kg pris par le modèle par rapport à 307, 80 kg même, si le véhicule accueille un toit panoramique. Agréable, la 308 l'est certainement. Elle offre, il est vrai un comportement routier digne de certaines routières. Un segment dont elle semble se rapprocher et dont les motorisations accompagnent la progression. Mais certains ne manqueront pas de remarquer ce poids pris par le véhicule. "Aujourd'hui, un véhicule prend en moyenne 100 kg quand il passe une génération", se défend-on chez Peugeot. Inévitablement, l'arsenal sécuritaire sera brandi pour expliquer cette prise de poids. Soit. Si cela se ressent légèrement à la conduite, cela ne semble heureusement pas agir sur les performances.
Sous le capot, la 308 offre un éventail de motorisations assez conséquent. Du 1,4 Vti 95 ch de base au 1,6 Vti 120 ch, puis au 1,6 THP 150 ch, issu de la collaboration avec BMW, Peugeot entend réaliser 30 à 35 % de ses immatriculations françaises par le biais de ses modèles essence. Côté Diesel, le constructeur sochalien affichera une offre constituée d'un bloc 1,6 HDi 90 ou 110 ch, puis d'un moteur 2,0 HDi de 136 ch. Notons que le plus petit des blocs Diesel n'accueillera pas de série le filtre à particules (en option à 600 euros).
Il est fort à parier que l'essentiel des immatriculations de 308 seront réalisées par le modèle 1,6 HDi 110 ch. Le delta de performances et d'agréments de conduite entre ce bloc et celui de 136 ch devant, sans doute, jouer en faveur d'un modèle HDi 110 ch agrémenté d'un meilleur taux d'équipement. Un bloc affichant une consommation de 4,7 l/100 km en cycle mixte, en baisse de 6 % par rapport au moteur de même cylindrée monté sur 307. Quant aux émissions de CO2, elles stagnent entre 125 et 130 g/ km (selon que le véhicule soit chaussé avec des pneus Michelin Energy Saver ou non). Effet de cette prise de poids peut-être, notons que les progrès en la matière apparaissent limités puisque ce même bloc affichait 129 ou 132 g CO2/km sur 307, selon que le véhicule était doté de Fap ou non.

LA 308 EN BREF

  • Date de lancement :
    20 septembre 2007
  • Segment de marché :
    Berline compacte
  • Objectifs :
    25 000 en France et 350 000, dont 110 000 en France en 2008
  • Principales concurrentes de la 308 1,6 HDi Fap BVM5 110 ch Confort Pack 5P (21 300 t) :
    Renault Mégane 1,5 dCi 105 ch eco2 Expression (21 750 e), Citroën C4 1,6 HDi 110 ch Fap Pack (22 000 e), Volkswagen Golf 1,9 Tdi 105 ch Confortline 5P ( 22 080 e), Toyota Auris D-4D 126 ch Luna 5P (21 350 e).
  • Prix :
    De 16 500 à 26 850 Euros
    De 18 550 à 29 400 Euros
  • 70 % de moteur HDi en France

    Une version bioéthanol débarquera sur le marché français avant avril prochain. Rappelons que dans un premier temps, seules les 307 SW et CC accueilleront ce type de motorisation, alors que Citroën et Renault ont fait le choix d'en équiper leur berline C4 et Mégane. Un "retard" toutefois peu préjudiciable à la vue du modeste démarrage de ce genre de véhicule. D'ailleurs, PSA continue de porter sa communication environnementale sur son Diesel propre. Des moteurs HDi qui devraient représenter en 2008, environ 60 % des immatriculations. Certains annoncent même près de 70 % des ventes en ce qui concerne le marché français.
    Entrée en production en avril dernier sur le site de Sochaux, pour sa version 5 portes, puis récemment à Mulhouse pour la carrosserie 3 portes, la 308 atteindra son rythme de croisière en janvier, atteignant alors les 1 530 unités produites par jour. Dès le 20 septembre prochain, les véhicules se dévoileront dans le réseau français avant de peu à peu en faire de même sur les autres marchés européens. Un déploiement qui sera terminé avant la fin de l'année. A cette date, une version société aura fait son apparition dans la gamme. En attendant une version SW prévue avant l'été prochain et que l'on pourra découvrir, sous forme d'un concept, à Francfort.
    Le parti pris de la marque de s'appuyer sur la même plate-forme que la 307 autorisait-il, une réelle nouveauté esthétique ? Non, sans doute. Mais y avait-il, au fond, besoin d'une révolution ? Peut-être s'agissait-il simplement de capitaliser sur les atouts de la 307 pour faire de la 308 un succès, de ne pas bousculer les outils de production et de dégager plus de rentabilité par véhicule…

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page