Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La City car du futur se dessine

La City car du futur se dessine

Quand des ingénieurs se déchaînent et laissent carte blanche à Franco Sbarro pour la carrosserie ça donne un véhicule aux allures de soucoupe volante où le pare-brise devient un écran intelligent…"C'est no limit, on utilise toutes...
...les capacités technologiques, nos ingénieurs l'ont pris comme un loisir", soutient Martial Soula, responsable technique mécanique d'Assystem Automotive, une entreprise spécialisée en ingénierie et conseil en innovation. Une entreprise qui "s'est amusée" donc à concevoir ce qui pourrait être la voiture urbaine du futur la Assystem City Car, déjà présentée au Salon de Genève. Un an de travail a été nécessaire pour les 26 collaborateurs venant de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Espagne et d'Italie pour réaliser en collaboration avec le designer Franco Sbarro ce fameux véhicule aux allures d'ovni. On connaît les extravagances de Franco Sbarro mais là, le designer avait pour ordre de se lâcher ce qui est fait… il a choisi des roues en losange son "grand rêve", paraît-il… A chacun de juger ce qu'a donné cette énergie créatrice.

"On est totalement en rupture avec la voiture classique et hors des canons des constructeurs, ce n'est même pas un concept-car c'est un démonstrateur", insiste Martial Soula. Mais au-delà de la carrosserie futuriste, c'est la carrosserie du véhicule qui se présente comme révolutionnaire.

Du multimédia dans le pare-brise

C'est un véhicule à cinq places "intelligent" : il communique avec le conducteur et l'environnement. Jusqu'à présent, on ne parlait que d'incrustations de données dans le pare-brise, mais dans ce city car, toute la surface est un écran LCD. Le conducteur visualise alors la route par le biais de quatre caméras installées sur le véhicule et qui font office de rétroviseurs externes. L'écran qui à terme pourra s'effacer pour redevenir un pare-brise doit donner des informations d'aide à la conduite et à la sécurité. Fini le tableau de bord place à l'écran à touches tactiles. Le conducteur a accès au panel du multimédia : téléphone, TV numérique, Internet, lecteur DVD et MP3. En cas de panne, un télédiagnostic peut être établi depuis cet écran permettant ainsi de créer une base de données de tous les problèmes rencontrés. Sans compter que cette console géante permet à l'utilisateur de régler la température ou de regarder à l'arrêt, bien entendu, un film en home cinéma. Bref, le véhicule du futur est interactif et… sécurisé.
 

Sécurité des passagers renforcée

Sur le fameux écran d'abord, le contour des obstacles présents sur la route et des panneaux de signalisation sont renforcés. Pour cela, les ingénieurs ont installé une caméra à l'intérieur du véhicule. Elle analyse l'iris de l'œil du conducteur avant la mise en route du véhicule et contrôle sa vigilance au volant. Ce système permet aussi d'envoyer un sms au propriétaire en cas d'intrusion d'un malfaiteur. La forme du véhicule ovoïde est également un élément de sécurité : sa coque avant arrondie lui permet de se dévier en cas de choc frontal. Le principe de dual frame permet de diminuer le poids cinétique. De plus, la disposition des roues en losange et du centre de gravité situé à l'arrière de l'essieu central permet d'assurer une bonne tenue de route lors des décélérations.

LE ASSYSTEM CAR EN BREF

Dimensions : L/I/H 3,60, m/1,60, m/1,60 m
Masse : environ 600 kg
Capacité : 5 passagers avec des bagages.
Moteurs : double motorisation
avec un moteur électrique à
l'avant de 20 kw emmenant le
véhicule jusqu'à 50 km/h et avec 30 km d'autonomie, rechargeable sur secteur (80 % en une heure) pour une utilisation exclusivement urbaine. Et un moteur thermique à l'arrière de 60 chevaux emmenant le véhicule jusqu'à 130 km/h et 600 km d'autonomie grâce à son réservoir d'essence de 30 litres.

Ecologie oblige

Et qui dit voiture du futur dit indûment écolo… L'Assystem City Car dispose à cet effet d'un système de motorisation hybride et d'une structure modulaire dite dual frame à haut niveau de recyclabilité. La coque modulaire plastique indépendante du châssis porteur en aluminium permet d'anticiper les normes européennes de recyclabilité 2005/64/CE : prévues à partir de 2008, ces normes imposent aux véhicules d'être conçus pour être recyclables à 85 %.

L'Assystem Car n'a pour le moment pas attiré l'attention des constructeurs qui, selon Martial Soula, devraient s'y intéresser d'ici une quinzaine d'années. Le temps de baisser les coûts des petits joyaux de ce nouveau véhicule. Un concept-car très performant certes mais la technologie de pointe a un prix élevé que les ingénieurs se refusent pour l'instant de quantifier.

Photo : Le designer Franco Sbarro a choisi de mettre des roues en losange sur ce véhicule du futur et de lui donner une forme ovoïde qui permet d'amortir les chocs en cas d'accident.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page