Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Jaguar XF : Un animal s’éveille

Jaguar XF : Un animal s’éveille

Avec la XF, Jaguar tente le virage à 180° pour étroitement lier sportivité et raffinement et ainsi affirmer une pole position sur le segment "Premium". Pari osé mais avec de sérieux atouts.Alors qu'il n'était question...
...que du rachat par Tata Motors de Jaguar et de Land Rover, les premiers tours de roues de la XF sous la bruine francilienne appelaient inévitablement les regards des amateurs de belles voitures. C'est finalement ce qui est ressorti des essais : une bonne affaire pour Tata et pour les marques autrefois britanniques et un puissant animal lâché sur les routes du premium. La marque voulait marquer le coup, trancher dans le vif du coutumier et s'affirmer dans la sportivité avec un vrai nouveau design accordant l'intérieur à l'extérieur. C'est ainsi que sous de faux airs de coupé, la berline XF s'offre une vraie allure sportive et dynamique malgré une ossature massive. L'avant s'appuie sur la puissance que confèrent des lignes partant de la calandre, et la rejoignant par un effet visuel percutant. Au centre de la calandre en mailles métalliques, le logo s'affiche, royal, et l'on sent la volonté de faire converger les lignes et donc les regards sur le jaguar. Sursaut d'une marque ou réveil d'une bête ? Toujours est-il que les yeux de l'animal, deux monoblocs de belle taille aux phares bien ronds s'appuient jusqu'aux ailes pour rehausser l'impression de puissance. Ajoutons à cela les deux ouïes larges et obscures que strient deux pales d'acier et l'on aura une forte vision d'un nouveau style. Les puristes diront que le concept leur donnait plus d'allure, la sécurité passive, cependant, a des exigences qu'on ne peut contourner.

Plus aérodynamique que l'XK

D'aucuns ont du mal à appréhender l'ensemble du véhicule, à cerner les correspondances entre avant et arrière. Pourtant, en premier lieu s'affirme la revendication identitaire : au logo central de la calandre avant renvoie le dessin du jaguar trônant en bonne place sur le coffre et surplombant les lettres elles-mêmes. Dans le même esprit, les feux signant les deux côtés du coffre semblent prolonger ceux de l'avant grâce à la fluidité des lignes latérales, éléments de transmission stylistique évidents. De même, la mâle assurance des tuyaux d'échappement chromés ne sont pas sans rappeler les entrées d'air de l'avant. Une cohérence importante fondée sur la sportivité et affichant également des performances aérodynamiques plus importantes que tous les autres modèles de la marque précise le constructeur. L'aspect "coupé" n'y est pas étranger ainsi que la conception de l'arrière plus élevé et plus carré. La luminosité intérieure ne pâtit cependant pas de la courbe arrière, bien au contraire. Mais on préférera encore l'ambiance de fin de journée qui libère le halo bleuté émanant des éléments de la console centrale, des cadrans et des verrouillages de porte. L'idée étant de donner un côté nouvelle technologie à un habitacle très luxueux. C'est d'ailleurs cette ambivalence qui ressort comme impression première : intérieur chaud, élégant mais intégrant la touche "modern style" des innovations technologiques. De fait, quand on entre dans la XF, la sobriété chère à l'élégance s'estompe une fois qu'on a appuyé sur le bouton de contact. A ce moment, "la bête se réveille" comme le décrit avec passion, Jean-Pierre Thibaud, directeur des relations extérieures de Jaguar France : les parties lisses pivotent pour dévoiler les blocs d'aération, la navigation s'illumine, les cadrans s'entourent de lumière bleutée. Il ne reste plus qu'à inonder l'intérieur de musique via l'installation de Bowers et Wilkins, architectes musicaux appelés dès la création de l'habitacle pour être tout à fait bien. Il faut aussi souligner le choix délibéré de la fonction tactile : vous effleurez l'écran, les menus s'affichent très simplement, aussi facilement que la boîte à gants s'ouvre dès qu'on la touche. En fait, ce qui ressort de l'ensemble, outre l'espace réel consacré aux passagers avant ou arrière, c'est la simplicité d'utilisation de tous les éléments techniques dans un contexte de matériaux luxueux, chaleureux (les bois et textiles) associée à une forte présence de l'aluminium, destinée à montrer l'appartenance du modèle à l'ère sportive et moderne.

La Jaguar XF EN BREF

  • Date de lancement :
    Disponible
  • Segment de marché :
  • berline de luxe

  • Les principales concurrentes de la XF V6 2,7 l D Bi-turbo luxe : 48 900 euros

  • BMW 525d luxe 197 ch
    (50 800 euros),

    Mercedes E320 CDi Elegance 224 ch (52 100 euros),
     
    Audi A6 2,7 TDi 180 ch Ambition luxe (49 300 euros).

  • Objectif de ventes 2008* :
  • 700 unités.
  • Prix :
    Essence : de 48 900 à 81 100 euros
    Diesel : de 48 900 à 55 600 euros

    *Estimation JA

  • Une collection "d'assistants personnels"

    Pour le confort, on l'a vu, la simplification des commandes relève à part entière du luxe offert par la XF. Une simplification qu'on retrouve également dans le poste de "pilotage". Vous disposez sur simple pression des réglages de vitesse les plus sophistiqués, vitesse fixée à 130 km/h, vitesse maxi à 50 km/heure qu'on ne peut dépasser, espace imprescriptible entre la voiture qui précède et la vôtre etc. Dans le même esprit, le sélecteur de vitesse s'avère être une fine commande manuelle qui détermine également le mode de conduite, normal ou sport (système JaguarDrive Selector), par commande rotative. Question outils de communication, là aussi tout est facilité, à commencer par la technologie Bluetooth pour le téléphone mobile dont les appels s'affichent sur l'écran tactile, ou par le système d'accueil de lecteurs multimédia aussi diversifiés que les lecteurs audio portables, les iPod, les périphériques de stockage… Encore plus futuriste, la XF est équipée de reconnaissance vocale pour les fonctions navigation ou téléphone, ou audio ou climatisation etc. Faut-il ajouter qu'elle est également dotée d'une caméra de recul, et d'un tout nouveau système de détection latérale (angles morts) qui se traduit entre autres par un signal lumineux sur le rétroviseur ?  Bref, sans revenir sur les multiples positions des fauteuils, les selleries, ou encore les chromes disons que la XF s'installe dans le luxe. Définitivement.

    Une pléiade de motorisations et de versions

    Jaguar n'a pas joué pour ce lancement et s'appuie sur quatre motorisations très différentes en termes de musicalité et d'énergie mais pas de puissance : aucune ne s'avère trop faible pour la 1,8 tonne de la XF. Le Diesel qui fera l'essentiel des ventes est un 2,7 l V6 bi turbo qui développe 207 ch et un couple de 435 Nm avec un poids parmi les plus légers de sa génération. A côté, trois moteurs essence, un 3,0 l V6, un 4,2 l V8 et un 4,2 l V8 suralimenté. Ce dernier est une vraie bénédiction et permet de se faire plaisir même en respectant les consignes drastiques de la sécurité routière. Et c'est ce qui fait la grandeur de ces berlines de luxe : une légère poussée sur l'accélérateur et les chevaux pleuvent sans qu'il soit nécessaire d'aller vite, il suffit d'écouter pour être heureux. La puissance des quatre motorisations autorise tous les plaisirs et la boîte six rapports les met en lumière. Trois versions sont mises à disposition de la clientèle pour des prix, selon les motorisations, allant de 48 900 euros à 81 100 euros, soit une fourchette intéressante pour un panel clients plus large. Au sommaire de la première finition dite "Luxe", (sur le 2,7 D et le 3,0 V6), déjà beaucoup d'équipements de série. A commencer par la transmission automatique électronique à 6 rapports, le DSC, l'ABS/EBA et EBD… les phares halogène, les jantes en 17'', les régulateur/limiteur, le système audio 140 W ou encore les boiseries en noyer. La version "Luxe Premium" (sur les 2,7 D, 3,0 V6 et 4,2 V8) comprend en plus les jantes en 18'', les boiseries en loupe de noyer, le cuir pleine fleur sur le tableau de bord, les bandeaux de porte ou encore la navigation et le système audio 32O W Premium Sound. Enfin la troisième version, la SV8 seulement disponible avec le 4,2 suralimenté, s'offre la suspension active à gestion électronique et amortissement piloté et le contrôle JaguarDrive. Les phares en bi-xénon, les jantes en 20'', les boiseries en chêne foncé, ou encore les sièges chauffant (pour ne citer que cela) viennent compléter les précédentes versions. Si l'on considère que trois ans de garantie avec kilométrage illimité accompagnent le programme, on comprend mieux que déjà 500 pré-commandes ont été prises dont 80 % en Diesel. De belles perspectives pour le réseau !

    Photo : Sur le segment des berlines de luxe, le XF a son rôle à tenir : du Premium élégant, moderne et sans concessions.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page