Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercédès CLC : A l’heure des choix

Mercédès CLC : A l’heure des choix

Mercedes ne voulait pas renouveler le Coupé Sport, mais certains marchés, dont la France, ont insisté pour conserver ce véhicule de conquête. Le constructeur a alors tranché pour la remise au goût du jour de l'existant....

...

LE CLC EN BREF

  • Date de lancement :
    20 juin 2008

  • Segment de marché : Coupé premium

  • Objectifs* : 3 500 unités en 2008. 5 000 en 2009

  • Les principales concurrentes du CLC 220 CDI 150 ch (31 600 euros) :
    Audi A3 2.0 TDi 140 ch 3p Attraction : 25 650 euros
    Alfa GT 1.9 JTm 150 ch Distinctive : 29 900 euros
    BMW 120d Coupé Première 177 ch : 30 200 euros

  • Prix :
    Essence : de 28 300 à 37 600 euros.
    Diesel : de 29 600 à 31 600 euros.

    * Estimation JA

  • Star de la Fashion Week de Berlin en janvier dernier, puis incontournable durant le 78e Salon de Genève, le CLC va commencer son défilé le 20 juin prochain dans les showrooms français. Presque un soulagement pour Mercedes France qui a dû se battre pour que le Coupé Sport ait une suite. En effet, à l'heure du renouvellement du Coupé Sport, il y a trois ans, l'état-major de Mercedes-Benz avait décidé qu'il faudrait faire sans. Les 320 000 Coupé Sport vendus dans le monde depuis 2001 n'ont pas plaidé pour son renouvellement. Certes, ce n'est pas un échec, mais ce n'est pas non plus un succès. Sa non-commercialisation aux Etats-Unis a sûrement été un handicap de plus. Puis il faut se souvenir qu'il y a trois ans, à l'heure de relancer le projet, Daimler, alors DaimlerChrysler, était dans une mauvaise passe et le Coupé Sport n'était sans doute pas la priorité du moment. La France, mais également l'Angleterre, ont alors insisté pour retrouver un coupé d'entrée de gamme. Dans l'Hexagone, le Coupé Sport s'est vendu à plus de 25 000 unités avec un taux de conquête de 70 %. De plus, parmi ces nouveaux clients, 43 % sont restés fidèles à l'Etoile par la suite. On comprend donc mieux l'insistance de la France. Cependant, fallait-il encore régler la difficile équation économique. Le board de Daimler a alors tranché pour un gros face-lift et non le développement d'un nouveau coupé sur la base de la nouvelle Classe C. Le CLC reprend donc la base technique du Coupé Sport soit celle de l'ancienne Classe C. Toujours afin d'optimiser la rentabilité de ce projet, la production du CLC et des derniers Coupé Sport d'ailleurs, a été transférée au Brésil dans l'usine de Juiz de Fora. Mais on verra que ce "conservatisme" n'est pas automatiquement une tare.


    1 100 nouvelles pièces

    Le CLC va donc débouler avec la ferme intention de marcher dans les pas de son prédécesseur. Certes les 5 200 unités de 2002 ne sont pas pour tout de suite, mais Mercedes-Benz France estime que dès 2009, un volume de 5 000 unités est possible. Pour 2008, c'est-à-dire un demi-exercice pour le modèle, le constructeur pense pouvoir atteindre 3 500 unités. Il faut dire que le passage du Coupé Sport au CLC est plutôt réussi. Le design a largement été revu, repositionnant clairement le CLC dans la gamme actuelle des coupés de la marque comme en témoigne la large calandre à trois lamelles. Ce point établit également la filiation avec la nouvelle Classe C, même si techniquement, elle n'existe pas. La partie arrière évolue, elle aussi, largement avec notamment un nouveau hayon abandonnant sa partie basse vitrée et de nouveaux feux. Un remodelage réussi et la partie est sans doute à moitié gagnée car le design demeure l'un des critères d'achat le plus important. A l'intérieur, peu, voire pas, de surprises : le CLC reprend le même habitacle que son prédécesseur à quelques détails près. En effet, le volant trois branches est nouveau comme la couleur de l'instrumentation. La seule vraie nouveauté à l'intérieur sera disponible en septembre prochain avec l'arrivée du nouveau système d'info-divertissement. Au final, 1 100 nouvelles pièces différencient le CLC du Coupé Sport.


    ZOOM

    CL 4Matic

  • L'ensemble des coupés Mercedes ont eu droit à leur petite modification, il n'y avait pas de raison pour que le CL échappe à la règle malgré sa récente commercialisation. Mais à l'inverse du reste de la famille, ce qui a changé sur le CL ne se voit pas du tout de l'extérieur. En effet, pour la première fois, à partir de cet été, le grand coupé sera disponible en quatre roues motrices. Le CL 500 4Matic adopte la technologie maison, déjà vue sur la Classe S, où la répartition avant/arrière 45/55 demeure fixe. Un surpoids de 70 kg qui ne grève pas les performances puisque le CL 500 4Matic abat le 0 à 100 km/h en 5,4 s comme la version deux roues motrices. De la même manière, la consommation moyenne reste identique, à 12,1 litres. Seul le prix est en hausse puisque la version 4Matic est affichée à 127 700 e, soit 5 500 euros de plus. En 2007, Mercedes a immatriculé 271 CL en France.

  • Des Diesel sans malus

    Sous le capot, la continuité est également de mise. En effet, l'offre de 6 mécaniques est identique. Cependant, les améliorations sont nombreuses, notamment sur les Diesel qui représentent l'écrasante majorité des ventes en France. Les CLC 200 et 220 CDi développent toujours 122 et 150 chevaux, mais leur consommation et leur rejet de CO2 ont été revus à la baisse. Ainsi, de 172 g/km, le CLC 200 CDi se limite à 152 g/km aujourd'hui. Un gain synonyme de zone neutre, donc sans malus à l'achat, alors que le Coupé Sport 200 CDi aurait dû s'acquitter d'une taxe de 750 euros s'il avait été commercialisé aujourd'hui. Même le 220 CDi avec 156 g/km rejoint la zone neutre de la réglementation sur les émissions. Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, le CLC est, une fois n'est pas coutume chez Mercedes, pas plus cher que le modèle qu'il remplace. Le prix facial du 200 CDi est même inférieur de 100 euros alors que l'équipement est plus important. Mercedes met en avant un avantage client de près de 1 000 e. Une "économie" que les packs et options auront toutefois vite grignotée. La gamme essence compte 4 mécaniques. Les V6 3,5 l et 2,5 l, développant respectivement 272 et 204 ch, demeurent inchangés, comme le 180 K, alors que le CLC 200 K hérite des dernières améliorations lui permettant d'offrir plus de puissance (184 ch contre 163 auparavant) avec une consommation moyenne en baisse de plus de 10 %. La remise au goût du jour du Coupé Sport est donc réussie. Mais sera-t-elle suffisante pour faire du CLC un succès aux yeux de Stuttgart ?


    ZOOM

    CLS

  • Un coup de maître ! Le CLS n'en finit plus, depuis son apparition en 2004, d'inspirer les autres constructeurs. Après 4 années et 130 000 unités vendues dans le monde (5 600 en France), il est normal que Mercedes fasse évoluer son modèle. Mais autant le dire tout de suite, les modifications sont très très légères. A l'extérieur, deux lamelles viennent barrer la grille de calandre pour renforcer la filiation avec les autres coupés de la marque. A l'arrière, les feux adoptent des LED et les sorties d'échappement ont changé. Sous le capot, le coupé 4 portes gagne une nouvelle mécanique "d'entrée de gamme" avec le V6 3 litres essence développant 231 ch. Elle lui permet tout de même d'atteindre 100 km/h en 7,7 s et une vitesse de pointe de
    245 km/h. Le CLS 280 est facturé 57 200 euros soit 6 300 euros de moins que le 350 CGI. La version 63 AMG évolue également avec notamment l'arrivée de la version Plus de la boîte Speedshift pour davantage de plaisir. 

  • Photo : Si le design a assez largement évolué, pour le reste, le Coupé Sport est toujours bien vivant. Un choix assurant la rentabilité du projet.


    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Ventes/France : la

    Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page