Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Alfa Romeo Mito : Du mythe à la réalité

Alfa Romeo Mito : Du mythe à la réalité

Symbole d'un nouvel esprit Alfa, toujours sportif mais en phase avec son temps, la Mito porte les ambitions d'une marque qui veut "retrouver ses lettres de noblesse". Elle marque aussi le point de départ d'une large...
...offensive produits devant conduire la marque à un centenaire festif.

Le 24 juin 2010, Alfa Romeo aura 100 ans. Une date historique qui va également être l'heure de vérité. En effet, Luca De Meo, le patron de la marque, a choisi ce symbole comme l'échéance de son plan de relance. "A cette date, Alfa Romeo aura retrouvé ses lettres de noblesse", affirme-t-il. "Dans les trois années à venir, nous allons lancer plus de produits que durant les 10 dernières années", prévient-il encore. Un festival de nouveautés dont la Mito mais surtout la 8C marquent le point de départ. Si la supercar s'attache à porter haut les couleurs et l'esprit retrouvés de la marque, la petite Alfa doit jouer le rôle de locomotive commerciale. Et Luca de Meo insiste : "La Mito est un concentré d'Alfa Romeo. Nous voulons créer une nouvelle génération d'Alfistes." Tout en précisant immédiatement l'importance de conjuguer Alfistes au féminin. A l'échelle hexagonale, cette "nouvelle génération" devrait compter 4 000 personnes supplémentaires d'ici la fin de l'année. Une nouvelle clientèle que Patrick Gourvennec, le directeur d'Alfa Romeo France, voit venir d'horizons divers. En effet, selon lui (voir entretien ci-contre), il ne faut pas raisonner en segment mais en raisons d'achat. Quoi qu'il en soit, on peut toutefois imaginer que la Mito souhaite aller chasser sur les terres de l'exclusive Mini sans renier la conquête de clients jusqu'ici tournés vers des généralistes comme la 207.

"Il fallait la lier à la 8C mais aussi à l'héritage de la marque"

Pour Manuel Dias, le père stylistique de la Mito, bien que cette Alfa soit tournée vers l'avenir, "il fallait la lier à la 8C mais aussi à l'héritage de la marque". Si les feux d'un arrière très pyramidal confirment sans conteste la filiation avec la 8C, pour lui, à l'avant, "on peut notamment voir une évocation de la 33.2 Stradale dans les optiques." Un savant mélange réussi. Même si le design demeure un élément subjectif. En revanche, certains d'entre eux sont quantifiables et palpables. Alfa la sportive vit avec son temps et cela se traduit notamment sur la balance et sur les motorisations. Après avoir franchement frôlé l'obésité avec les Brera et les 159, Alfa a retrouvé les vertus du régime ! En effet, la Mito pèse entre 1 080 et 1 205 kg selon les versions, soit une cinquantaine de kilos de moins qu'une 207. Sous le capot le downsizing devient également la règle. Ainsi, la petite Alfa reçoit le 1 368 cm3 turbo de 155 ch déjà monté sur la Bravo ou la nouvelle Delta. Même remarque pour le 1.6 JTDm 120 qui devrait représenter la majorité des ventes. Pourtant, les mécaniques essence modernes, dont fait partie ce 1,4 T-jet de 155 ch, offrent un agrément sans pareil pour des consommations raisonnables. Bien sûr, un VRP n'y trouvera jamais son compte, mais pour ceux qui roulent peu, c'est-à-dire la grande majorité, une réflexion devrait être engagée. Durant notre galop d'essai, ce petit bloc suralimenté a fait merveille même si les Alfistes ne retrouveront pas la sonorité maison. Offrant naturellement un couple de 206 Nm, il peut grimper jusqu'à 230 Nm grâce à l'Overboost de la position Dynamic du DNA. Pour l'heure seule mécanique essence au catalogue, elle sera épaulée dans le courant de l'automne par un 1.4 MPi atmosphérique de 78 chevaux. L'avantage de ce modèle baptisé Mito Junior est clair : séduire les jeunes avec une entrée de gamme à 15 000 e contre 19 200 e pour la version turbo.

LA MITO EN BREF

  • Date de lancement :
    Commandes ouvertes fin juillet
    Lancement 27 septembre

  • Segment de marché :  Citadines premium

  • Objectifs : 4 000 en 2008

  • Les principales concurrentes (prix TTC) de la Mito 1.4 T-jet 150 ch Selective (20 900 euros) : 207 1.6 THP 16V :

    Premium Pack 3 p 150 ch : 18 700 euros 

    Mini Cooper S 175 ch : 23 400 euros

  • Prix :
    Essence : De 15 000 à 20 900 euros
    Diesel : De 19 300 à 21 000 euros

  • En attendant la GTA

    Développée sur une plate-forme du groupe Fiat, celle déjà utilisée par la Grande Punto, la Mito possède cependant ses propres caractéristiques. Si effectivement, un ingénieur a concédé que le plancher était identique à sa cousine turinoise, pour le reste, la démarche a été différente durant les 16 mois de développement du modèle. Les changements sont logiquement nombreux. Les suspensions, les trains, les freins, la direction ont été modifiés, le centre de gravité est plus bas, la rigidité est supérieure, etc. Parmi ses spécificités, en plus du différentiel Electronic Q2, la petite Alfa inaugure des amortisseurs d'un genre nouveau et un package électronique baptisé DNA. Le train arrière, dont la traverse a été redimensionnée, se passe ainsi de barre antiroulis. En effet, cette fonction est remplie par les amortisseurs qui cachent chacun un ressort de rappel. Certains parlent aussi de suspension contractive. Kesako ? Placé dans le corps de l'amortisseur, chaque ressort additionnel permet d'agir sur la position de l'amortisseur lorsque la contrainte est forte, jouant ainsi le rôle d'une barre antiroulis. L'avantage est, qu'à faible vitesse, donc avec peu de contrainte, le système est neutre et préserve ainsi le confort des passagers qu'une barre antiroulis aurait dégradé. Cela permet également un gain de poids. Ensuite, avec le DNA, qui est actionné via une commande inspirée du Manettino Ferrari, le constructeur affirme offrir une électronique différente, passant une gestion castratrice vouée au bridage des sensations, à une gestion plus fine censée augmenter le plaisir notamment grâce au mode Dynamic du DNA qui modifie la cartographie, la démultiplication de la direction et relève les seuils d'intervention de l'ESP. Un DNA qui agira bientôt sur une suspension pilotée. En effet, la future version GTA en sera équipée. Une variante encore plus sportive déjà martyrisée sur les pistes d'essai de Balocco. Son bloc, un 1 750 cm3 turbo, développera 230 chevaux et cette version sportive bénéficiera également d'une nouvelle boîte à double embrayage. Le constructeur annonce déjà que les reprises de 80 à 120 km/h de la Mito GTA seront très proches de celles de la 8C. Ca promet !


    QUESTIONS À

    Patrick Gourvennec Directeur Alfa Romeo France.

    "Nous devrions accélérer les ouvertures"

    Journal de l'Automobile. Alfa Romeo connaît un début d'année difficile. Quelles en sont les raisons ?
    Patrick Gourvennec. Cela s'explique avant tout par la fermeture de l'usine durant deux mois en début d'année afin de procéder à une large réorganisation industrielle. Un arrêt de production nécessaire pour intégrer le formidable plan produits à venir, puisque d'ici fin 2011, nous aurons lancé 8 nouveautés. De ce fait, analyser les résultats commerciaux de la marque est un peu compliqué. Toutefois pour évoquer le bonus-malus, j'observe que depuis le mois de mars, cela se confirme d'ailleurs en juin, nous dépassons les résultats de l'année dernière en prise de commandes. La majeure partie de nos véhicules étant en zone neutre, nous ne souffrons pas exagérément du bonus-malus.

    JA. Quel objectif alors pour Alfa Romeo sur l'exercice 2008 ?
    PG. Il est très lié au lancement de l'Alfa Mito. Nous visons un volume annuel de 13 000 unités dont plus de 3 000 immatriculations de Mito pour un volume de commandes attendues de l'ordre de 4 000 unités.

    JA. Quel va être le positionnement de cette petite Alfa ?
    PG. Cette voiture va s'adresser à une population très large. Nous ne parlons plus réellement de segment mais plutôt de raisons d'achats. Nous allons intéresser des clients souvent possesseurs jusqu'ici de petits SUV, de voiture tendance voire de voiture généraliste. En tout état de cause, nous visons également une clientèle féminine. Ce n'est pas aujourd'hui le cœur de cible d'Alfa Romeo même si beaucoup de femmes interviennent dans le choix de la voiture.

    JA. La Mito ne risque-t-elle pas de faire beaucoup de tort à la 147 ?
    PG. Nous nous sommes effectivement posés la question mais la cible est différente, il y aura donc peu de cannibalisation. Avec la 147 nous travaillons beaucoup avec des séries limitées, comme dernièrement avec les Ducati ou Persol, qui suscitent un intérêt assez fort. Je pense même, au contraire, que le trafic généré par l'Alfa Mito va permettre de valoriser encore notre gamme actuelle et notamment la 147.

    JA. Qu'en est-il de votre réseau, êtes-vous satisfait de votre maillage ?
    PG. Nous comptons aujourd'hui 174 points de vente et services, avec environ 140 contrats de distribution. Nous voulons atteindre 200 points de vente pour environ le même nombre de contrats. Le maillage va être consolidé notamment sur les grandes villes avec par exemple l'ouverture d'un deuxième site à Lyon et un dans le 7e arrondissement de Paris. Puis, il nous reste des secteurs à forts potentiels à couvrir comme Nanterre et Courbevoie (92).

    JA. Concernant ces deux secteurs, proche de Paris, cherchez-vous des investisseurs privés ou envisagez-vous des filiales ?
    PG. Nous étudions toutes les pistes. En règle générale, lorsqu'il y a de gros investissements immobiliers, une filiale peut être envisagée. Cela dit, nous avons à faire à de grands groupes, il n'y a donc pas de règle et aucune certitude sur ce sujet. Pour les autres secteurs, la couverture est liée au potentiel et à la rentabilité. Avec l'arrivée de l'Alfa Mito, puis d'autres modèles en 2009 et 2010, nous devrions accélérer les ouvertures.

    JA. Quid de l'exclusivité ?
    PG. Le potentiel et la rentabilité demeurent les principaux critères. Mais il faut davantage comprendre notre volonté d'exclusivité dans le traitement du client. La marque Alfa Romeo doit être humainement séparée plutôt que physiquement.



    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page